Tahiti Infos

Nouvel appel à la mobilisation contre l'obligation vaccinale


La manifestation du 18 septembre avait notamment rassemblé plus de 2 500 personnes devant la présidence et le haut-commissariat. Les collectifs en attendent au moins le même nombre ce samedi.
La manifestation du 18 septembre avait notamment rassemblé plus de 2 500 personnes devant la présidence et le haut-commissariat. Les collectifs en attendent au moins le même nombre ce samedi.
Tahiti, le 30 septembre 2021 - Plusieurs collectifs tels que Nūna'a a Ti'a, Nūna'a a Pato'i, Covid a Ti'a, le collectif des Femmes de Polynésie ou encore l'association A Tamau i te Hono appellent, samedi, à une nouvelle marche contre l'obligation vaccinale. La manifestation partira de la place To'ata pour se diriger ensuite vers Taraho'i. 

“Notre objectif est de montrer notre détermination à faire supprimer cette loi sur l'obligation vaccinale. Cette loi nous retire notre libre-arbitre.” Le message est de nouveau clair pour plusieurs collectifs décidés à marcher encore une fois contre la loi du 23 août sur l’obligation vaccinale. Les collectifs, Nūna'a a Ti'a, Nūna'a a Pato'i, Covid a Ti'a, le collectif des Femmes de Polynésie appellent ainsi le plus grand nombre à manifester, ce samedi. Le départ d'une marche sera donné à 9 heures sur la place To'ata. Le cortège se dirigera ensuite vers Taraho'i. 



Des stands divers

En plus de la marche les organisateurs ont également prévu d'organiser des “stands divers” lors de la manifestation de samedi. Un stand “de conseil et d'assistance juridique” est notamment prévu, afin “d'informer les employés, mêmes les patrons s'ils le veulent, sur leurs droits”, indiquent les représentants des différents collectifs. 

Le but de la manifestation est également d'informer sur “l'existence de traitements contre le Covid-19”. Les traitements à l'Ivermectine ou encore au rā'au tahiti sont notamment avancés par les collectifs. “On souhaite recueillir des témoignages de gens qui ont été soignés du Covid par divers traitements. Et également recueillir des témoignages de personnes sur leurs expériences post-vaccinale, parfois désastreuses pour certaines.” 

Rappelons que la loi sur l'obligation vaccinale est applicable depuis fin août. Un délai de deux mois a néanmoins été accordé aux nombreux professionnels qui devront se soumettre à cette loi. A partir du 23 octobre, des contrôles seront diligentés par l’Agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (Arass), épaulée par les agents de la Direction de la santé. 

Rédigé par Désiré Teivao le Jeudi 30 Septembre 2021 à 19:33 | Lu 1678 fois