Tahiti Infos

Migrations: Washington et Mexico jugent fructueuse la visite d'urgence de Blinken


Rodrigo Oropeza / AFP
Rodrigo Oropeza / AFP
Mexico, Mexique | AFP | jeudi 28/12/2023 - Le Mexique et les Etats-Unis ont estimé que le voyage d'urgence mercredi à Mexico du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a permis des avancées pour gérer la crise migratoire, au moment où les deux pays s'apprêtent à entrer dans une année électorale.

Aucun communiqué n'a rendu compte de ce rare déplacement de M. Blinken à l'étranger pendant les fêtes, intervenu au moment où les élus républicains au Congrès exigent un accord sur l'immigration avec le gouvernement du président Joe Biden en échange de leur soutien à une nouvelle enveloppe d'aide pour l'Ukraine.

Les Etats-Unis ont d'ailleurs annoncé mercredi le déblocage de 250 millions de dollars d'aide militaire pour Kiev, leur dernière tranche disponible sans un nouveau vote au Congrès américain.

Accompagné du secrétaire à la Sécurité nationale, Alejandro Mayorkas, et de la conseillère pour la Sécurité nationale à la Maison Blanche, Liz Sherwood Randall, M. Blinken s'est entretenu pendant un peu plus de deux heures avec le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.

Le président mexicain a indiqué jeudi matin que les Etats-Unis avaient accepté de rouvrir les passages frontaliers qu'ils avaient suspendus.

Face à l'afflux de migrants en provenance du Mexique, les Etats-Unis avaient annoncé la fermeture de points de passages le long des plus de 3.000 kms de frontières communes, par exemple le chemin de fer entre El Paso et Ciudad Juarez, déjà rouverts.

"Il y a de plus en plus de mouvements à la frontière, sur les ponts, et c'est pour cette raison que nous devons être attentifs à ne pas fermer les passages. Nous sommes parvenus à cet accord", a déclaré jeudi matin le président mexicain à la presse, parlant de "normaliser la situation".

"Le Mexique et les Etats-Unis sont les principaux partenaires commerciaux au monde", a-t-il souligné. Les échanges commerciaux entre les deux voisins se chiffrent à 860 milliards de dollars, avait indiqué la veille la ministre mexicaine des Affaires étrangères Alicia Barcen, qui avait également annoncé un communiqué après la rencontre.

Selon un responsable du gouvernement américain, les dirigeants mexicains ont évoqué la répression des passeurs qui envoient les migrants vers la frontière des Etats-Unis en train ou en autobus.

"Vraiment impressionnés"

"Nous avons été vraiment impressionnés par certaines des nouvelles actions qu'entreprend le Mexique, et nous avons vu ces derniers jours une réduction assez significative des passages de la frontière", a déclaré ce responsable dans l'avion de M. Blinken pendant le voyage de retour vers Washington.

Toutefois, les Etats-Unis "ne tirent jamais de conclusions basées sur des fluctuations au jour-le-jour" du nombre de migrants, a poursuivi le responsable américain, précisant que les contacts se poursuivront étroitement en 2024.

L'année prochaine, le président Biden joue sa réélection en novembre et des élections présidentielles et locales sont prévues au Mexique en juin pour la succession de Lopez Obrador.

L'ancien président républicain Donald Trump, qui cherche sa revanche dans les urnes face à Joe Biden, a récemment redoublé ses attaques contre les migrants, les accusant d'"empoisonner le sang" des Etats-Unis, des propos qui selon ses détracteurs font écho à la rhétorique nazie.

Dans ce contexte politique tendu, les démocrates tentent de trouver un accord sur l'immigration avec les républicains au Congrès afin de faire approuver en parallèle des dépenses de 61 milliards de dollars pour aider Kiev dans sa guerre avec Moscou.

La Maison Blanche a prévenu qu'elle serait "à court de ressources" pour l'Ukraine "d'ici la fin de l'année".

Ces dernières semaines, quelque 10.000 personnes par jour ont tenté de traverser illégalement la frontière sud des Etats-Unis, soit près du double des chiffres enregistrés avant la pandémie, débordant les autorités américaines. 

Et une caravane de milliers de migrants a quitté le sud du Mexique dimanche pour tenter de rejoindre les Etats-Unis.

"Personne ne va arrêter la migration. Personne ne peut arrêter avec tout l'or du monde le fait que des gens cherchent de meilleures conditions de vie", a déclaré à la presse un activiste organisateur de cette marche, Luis Garcia Villagran.

M. Lopez Obrador, qui s'est entretenu au téléphone avec Joe Biden le 21 décembre, s'était engagé à renforcer les mesures pour contenir des migrants dans le sud du pays, à la frontière avec le Guatemala.

"Nous allons continuer à le faire et nous voulons nous mettre d'accord parce qu'étant donné qu'il y a aussi des élections aux Etats-Unis, le sujet va animer les esprits", a-t-il déclaré avant sa rencontre avec M. Blinken.

Dans les négociations, l'administration Biden a notamment proposé de financer 1.300 postes de plus au sein de la police aux frontières. 

La plus grande partie des migrants fuient des pays d'Amérique centrale ravagés par la pauvreté, la violence et les catastrophes naturelles, où la crise politique, économique et sociale au Venezuela.

le Jeudi 28 Décembre 2023 à 07:21 | Lu 305 fois