Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Michel Monvoisin : "Nous ne sommes pas une destination low cost"



PAPEETE, le 6 septembre 2016 - Le P-dg de Air Tahiti Nui et président du conseil d'administration de Tahiti Tourisme estime que baisser les prix des billets d'avion n'amènera pas plus de touristes en Polynésie. Il affirme que les efforts à faire ont été faits par la compagnie. Explications.

Pourquoi souhaitez-vous revenir sur l'interview que vous avez donnée à Polynésie 1ère samedi dernier et la polémique qui en a découlé?

J'ai dit que, en ce moment, baisser les billets d'avion ne fera pas venir plus de touristes car nous avons un problème de capacité hôtelière et de chambres. Je suis à l'écoute des marchés et je suis à l'écoute des professionnels. Aujourd'hui, si on va sur le site booking.com (NDLR : il sort son téléphone et va sur le site) et qu'on fait une recherche pour deux nuits dans un hôtel de Punaauia pour un week-end prochainement, on peut voir qu'il ne reste que très peu de chambres, même pour les pensions de famille. Je n'invente rien ! Tout est comme ça. Quand certains disent qu'il faut une autre compagnie aérienne, cela veut dire 300 sièges en plus. Il n'y aura pas assez de chambres disponibles pour les accueillir.

Selon vous, il n'y a pas lieu de baisser les prix?

Mais baisser les prix pourquoi? Pour créer de la frustration? En ce moment, tu vas baisser les prix et les gens vont se dire : "Super je viens à Tahiti!" Mais ils vont avoir quoi comme réponse? "Je suis désolé il n'y a plus de disponibilité aux dates que vous demandez." L'industrie aérienne c'est celle qui fait les plus petites marges. Les comptes d'ATN sont publics, les rapports d'activité ont été publiés. Tout le monde peut les consulter sur le site. Le ciel est libre mais les compagnies aériennes ne viennent pas. Si ATN faisait des marges honteuses avec des prix excessifs, il y aurait de la place pour les autres. Il faut arrêter de regarder en l'air et de dire des âneries. Il faut regarder les chiffres. Quand la demande est supérieure à l'offre, les prix augmentent. Sauf que nous, nous n'avons pas augmenté nos prix, et nous les avons déjà baissés.

Quelle baisse avez-vous effectué sur vos tarifs?

Nous avons baissé nos tarifs d'un milliard en année pleine. C'est en fait un milliard de recettes que nous avons fait grâce à trois baisses successives de surcharge carburant. Nous sommes une des plus rares compagnies aériennes à l'avoir fait. Normalement, le marché ne le demandait même pas puisque nous avons une demande qui est supérieure à l'offre.

Quand avez-vous effectué cette baisse ?

En 2015, nous avons vendu 50 000 billets à prix cassés, jusqu'à moins 30 % de réduction. Est-ce qu'il y a eu 50 000 touristes de plus? Non. Il y a des chanceux qui en ont bénéficié. Ils avaient prévu de venir à Tahiti de toute façon. Nous ne pouvons pas faire venir des touristes si le produit n'est pas conforme et s'il n'y a pas la capacité d'accueil correspondante. J'ai rencontré les tour-opérateurs américains et ils sont d'accord avec moi. Nous sommes tous en phase aujourd'hui pour dire que nous sommes saturés.


Mais pour ceux qui aimeraient venir en Polynésie et qui ne le peuvent pas à cause du prix des billets d'avion?

En ce moment on fait Auckland à 60 000 Fcfp. C'est moins cher que d'aller aux Marquises ; mais personne n'en parle. On parle toujours du tarif du vol Paris/Papeete en haute saison! Paris, nous le vendons à 160 000 Fcfp aussi, mais pas au mois de juillet ou au mois d'août. A cette période, nous n'avons pas assez de sièges d'avion. Nous sommes une entreprise commerciale quoiqu'il en soit. Nous avons de nouveaux avions à payer. Quand nous n'avons pas assez de sièges, les gars du management poussent les prix, et les prix passent parce que nous avons une demande sur juillet/août qui explose! Donc, à un moment donné, s'ils veulent partir, il y a des prix cassés toute l'année. Mais ça dépend de la saison, ça dépend de la période… Aujourd'hui, baisser les prix pour ne pas vendre plus, ce n'est pas possible…

Vous dites que cette baisse n'est pas demandée ?

Par les gens qui nous vendent! Et c'est là la grosse confusion! Quand je parle des tour-opérateurs et de mon incertitude à ce qu'ils répercutent les prix. Ils fabriquent des packages et ils les vendre aux agences de voyage. Comment est composé ce prix? Je n'en sais rien. A quel prix est vendu notre billet d'avion, je ne sais pas. Si je baisse le prix demain, qui me garantit que les tour-opérateurs vont répercuter?

Vous voulez plus de chambres, plus d'hôtels. Cela signifie que la Polynésie aura toujours le même type de touristes fortunés…

Mais nous n'allons pas nous en plaindre! C'est un créneau que nous pouvons avoir. C'est une destination qui leur plaît. Les gens parlent du low cost sans savoir! La Polynésie n'est pas un pays low cost! A faire venir des sacs à dos, qu'allons-nous leur proposer quand ils vont arriver ici? Le coût de la vie est ce qu'il est. On peut citer la république Dominicaine mais quel est le coût de la vie là-bas? Combien gagnent les gens ?

Vous voulez dire que la Polynésie française restera une destination inaccessible à une certaine partie de la population?

Après, c'est un choix de vie, ce n'est pas à moi de le dicter. Aujourd'hui, nous ne sommes pas une destination low cost. Après, les compagnies low cost, je veux bien, mais c'est quoi une compagnie low cost? C'est le même avion qu'ATN avec 50 sièges en plus et surtout, un siège social basé dans un pays qui n'est pas regardant sur les droits du travail. C'est ce qu'on veut? On ne veut plus de droit social? On veut de la précarité? Si on veut faire du low cost, la destination doit l'être. Nous ne pouvons pas nous disperser. Nous ne pouvons pas aller tous azimuts sur les marchés. Nous ne pouvons pas aller chercher toutes les niches.

Rédigé par Amelie David le Mardi 6 Septembre 2016 à 16:17 | Lu 15127 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

30.Posté par SV le 07/09/2016 06:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Basse saison 160 000fcp !! alors, on est encore en haute saison, pas de bol pour moi ... je voulais partir cette semaine, billet 230 000 f pour Paris ... pourtant hors vacances scolaires ... Bon je regarde le concurrent, 189 000 f , bon, c'est encore cher, mais c'est donc lui que je prends.

29.Posté par wakrap le 07/09/2016 03:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.boursorama.com/actualites/ryanair-s-installe-a-toulouse-et-ouvre-sept-nouvelles-liaisons-05531c6f1ba9d94da9c3bd8ffa149ae3
Quelle tristesse pour les toulousains d'avoir du low cost et des emplois qui se créent.

28.Posté par wakrap le 07/09/2016 03:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Relevons aussi la dernière phrase : "Nous ne pouvons pas aller chercher toutes les niches." L'intérêt de la population polynésienne est une niche qui ne l'intéresse pas. Au moins c'est clair, mais malheureusement pas pour tous; Combien sont encore à croire que l'intervention de l'autorité Territoriale dans l'économie est nécessaire et utile. Nous avons là un fail chimiquement pur de cette intervention. Monvoisin est un salarié modèle, mais il clair que son employeur n'est pas la population polynésienne, c'est le suceur de cette population qui a trouvé ici un moyen supplémentaire aux impôts directs et indirects pour se gaver.

27.Posté par wakrap le 07/09/2016 03:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans la pratique, il défend un service high cost, pour une prestation dans l'avion médium cost et une destination high cost et low service. Du high cost pour du low service. Et l'on s'étonne que tout ceci végète. La question la plus intéressante par sa réponse est celle ci :" Quelle baisse avez-vous effectué sur vos tarifs" Il y écrit que le marché ne demande pas la baisse. Or un marché ne demande rien, c'est le résultat de la réunion des offreurs, des demandeurs et de la réglementation imposée par les lois dans ce marché non libre. Et quand ceux qui font les lois et contraintes sont aussi ceux qui offrent les demandeurs n'ont aucune offre répondant à leur souhait

26.Posté par wakrap le 07/09/2016 02:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle unanimité dans les commentaires. M Monvoisiin est trop intelligent et compétent pour que l'on puisse croire un instant à la sincérité de cette collection d'absurdités économiques. Il fait simplement son travail Avez vous remarqué que pas un seul instant n'est évoqué l'intérêt des habitants de Polynésie par rapport à l'usage qu'il peuvent faire de cette compagnie. Pas une seule fois durant cette longue interview! Le donneur d'ordre dans toute compagnie est l'actionnaire ou le CA. Ici c'est le Territoire Souvenez vous de la création de la "compagnie pour l'intérêt des polynésiens". Création de l'ère Flosse sur des disquettes économiques 5.1/4 périmées avant usage.

25.Posté par ......... le 06/09/2016 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lol "En ce moment, tu vas baisser les prix et les gens vont se dire : "Super je viens à Tahiti!""
Baisser les prix pour que nous puissions nous dire "super je prends des vacances en dehors de Tahiti" surtout, quel clown!

24.Posté par Papounetdu70 le 06/09/2016 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il raconte n'importe quoi cet homme là !!! Il veut garder la manne pour lui !!! Il a complètement oublié que lorsqu'il y avait AOM et Corsair en plus de Air France, les billets étaient accessibles au plus grand nombre : pour 6.000 FF de l'époque on pouvait avoir un billet Aller/Retour.

23.Posté par Natua le 06/09/2016 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Y'a que chez nous qu'on peut entendre des aberrations pareil, c'est hallucinant, super salaire pour dire des conneries, si y a pas plus de voyageurs dans le sens Paris ou USA - Tahiti, mais alors baisse le prix dans le sens Tahiti - USA ou France...
on est pas une destination low cost.......mais low service.....aux Hawaii...y'a du Low, du MID et du HIGH......combien de touristes par an.....7 000 000......et nous meme pas 250 000....et fier de se vanter....chez nous c pas du low cost....

Donc on aura pas plus de touristes alors pourquoi depenser des milliards en promotion si on a plus de place dans les hotels
des milliards....et on arrive meme pas a 300 000....arretez de gaspiller en promotion.....on arivera jamais a 300 000

22.Posté par emere cunning le 06/09/2016 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ TOM et cie,
C'est marrant, vous passez votre temps à casser ATN (que, pourtant, vous considériez tous comme "une des nombreuses lubies du mégalo", inutile de le nommer) sans jamais vous en prendre à Air France. C'est à croire que vous n'avez aucun espoir qu'elle fasse un effort sur ses tarifs alors qu'elle aurait de quoi. D'autant qu'elle mise sur sa filiale low-cost sur les autres destinations qu'elle dessert. Did you ever ask why not here ???

21.Posté par Zorro le 06/09/2016 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En meme temps Monvoisin avant l'OSB il vendait des voitures alors pour le reste merci Pastour et le petrole a 47 dollars le baril.

20.Posté par Claudin le 06/09/2016 20:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon dieu qu il a rien compris. Il le fait exprès le monsieur. ATN égoïste

19.Posté par emere cunning le 06/09/2016 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

So, so, so... what is THE conclusion : MAHANA BEACH !
Sauf que Fritch ma ne savent pas faire au delà d'un certain chiffre.

18.Posté par Moea Pereyre le 06/09/2016 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ouh là, comment est ce possible, en tant que PDG de sortir autant d'aberrations économiques en si peu de lignes ?? Ce cher Monsieur aurait il des intérêts que nous ne sommes pas capable de percevoir ??? quoi qu'il en soit, ce n'est pas leur priorité est ailleurs que dans l'économie et le développement de la PF...

17.Posté par Popoti le 06/09/2016 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand la compagnie low cost "Corsair" était là, beaucoup des clients " pseudo fauchés" dit "sacs à dos"faisaient le bonheur des campings et pensions de famille.
Mais c'était une autre époque où il y avait de la concurrence.... tout cela aurait il été oublié ?


16.Posté par Noel Flantier le 06/09/2016 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Son raisonnement est spécieux, surtout il oublie que lorsque Corsair et AOM proposaient des tarifs deux fois moins chers qu'Air France, les avions étaient pleins, comment l'explique t'il avec sa logique de chambres en nombre insuffisant ? Tant d'hotels auraient ils fermé depuis 20 ans ?
Non, la réalité c'est que c'est la demande qui crée l'offre.
Tant qu'on ne fera pas cet effort, les hoteliers ne créeront pas de nouvelles chambres.

15.Posté par teiva le 06/09/2016 19:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il n' y a pas que les touristes,, il y a aussi tous les polynesiens qui vivent en france avec leur famille , qui ne peuvent revenir à cause du prix des billets d'avion et là c'est pas une question de chambres dispo, et dans le sens tahiti - paris idem trop chére pour aller voir la famille ou les enfants qui font des études donc baiser le prix n'est pas lié qu'aux nombres de chambres et aux touristes on peu trés bien remplir des avions sans les touristes si les billets baissent

14.Posté par arnoldest le 06/09/2016 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est sûr que les bidonvilles partout, les gens qui marchent pied nu, la saleté globale des plages et de l'île, la beauté de l'architecture de papeete, les chients errants, les alcoolos avec leur hinano sur le coin de la route et la qualité de nos routes et infrastruture font de Tahiti une destination haut de gamme soyons réaliste!!!! on vient une fois à tahiti (on se fait pigeonner on paie trè cher) on en repart très déçu et on ne revient jamais. Dans ces conditions pourquoi baisser le prix du billet?

13.Posté par tortue verte le 06/09/2016 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien pratique son discours. On reste entre gens de bonne compagnie... Un cercle vicieux pour confisquer le marché pour quelques grands groupe... Alors qu'en baissant le prix de la destination et en faisant voler plus d'avions, d'autres projets hôteliers pourraient voir le jour, les pensions de famille et les îles éloignées en bénéficieraient.
Mr Monvoisin oublie totalement de prendre en compte que de nombreux hôtels ont fermé (Tikehau, 2 à Bora, plusieurs à Tahiti - dont le Sofitel), les club-meds)... Tout ça parce que la situation n'était plus viable. Maintenant, les hôtels restants sont saturés. Il n'y a aucune vision globale du développement du tourisme et du pays.

12.Posté par manutearii le 06/09/2016 18:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on a l'impression d'écouter des extra terrestres

11.Posté par ermo le 06/09/2016 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces propos sont tout simplement scandaleux. Des billets pour la France à prix cassés chez ATN, à 160.000 Fcp ? Personnellement, je n'en ai jamais vus... Et encore moins la pub pour ces tarifs !
Pour info M. Monvoisin, lorsque Corsair venait en Polynésie, les 7-4-7 comme on disait alors, déversaient des centaines de pax sur le tarmac et, ne vous en déplaise, une bonne partie de ces passagers avait des sacs à dos. Et ils trouvaient à se loger dans les pensions ! C'était l'époque où le nombre de touristes annuels en Polynésie dépassait allègrement les 200.000 !!!
Oui M. Monvoisin, baisser les prix des billets fait venir les touristes. Et les touristes remplissent les pensions !
Pour preuve à notre petite échelle, lors des salons du tourisme deux fois par an, Air Tahiti et les pensions de famille font des prix attractifs et ça remplit les établissements . CQFD...
Avec cette sempiternelle lithanie du "toursme de luxe", on avancera jamais. La preuve avec les chiffres du tourisme depuis des années...

10.Posté par TEKI TOA le 06/09/2016 18:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OK Michel, on a compris que baisser le prix du billet ne fera pas venir plus de touristes. Et baisser le prix pour soulager notre portefeuille quand on voyage avec femme et enfants? Qu'as tu à répondre? Au cas ou tu te le demanderais, je n'ai pas droit aux billets GP.....

9.Posté par Le Vieux le 06/09/2016 18:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai la nausée après la lecture de cet article.

8.Posté par Kriss le 06/09/2016 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"l'industrie aérienne c'est celle qui fait les plus petites marges" ... ?? alors 5 milliards, c'est un petit bénéfice ? il se foutrait pas un peu de notre gue*le !!!??
il oublie aussi qu'ATN est financée en partie par le contribuable polynésien. Alors s'il ne veut pas baisser les tarifs pour tous, qu'il le fasse au moins sur les vols au départ de PPT, pour que les polynésiens en profitent avant tout !!!

7.Posté par substance le 06/09/2016 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ben fais en sorte que ce soit moins cher pour nous qui envoyons nos enfants étudier en France, ou pour nous qui allons leur rendre visite!
Jamais on ne parle des polynésiens qui partent en métropole. Combien de billets plein pot ATN vend???

6.Posté par Jeremy le 06/09/2016 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est bien d'entendre parler business, profits, investissements, marché, et d'entendre souligner que cette compagnie aérienne est une "entreprise commerciale". Notre destination n'est d'une part pas "low cost", mais de plus elle manque cruellement à ce jour de capacités d'accueil suffisantes et surtout d'infrastructures dignes d'un pays touristique (dessertes maritimes, pistes cyclables, trottoirs, etc...longue liste). Une réserve: les clients des pensions de famille pourraient être plus nombreux avec des tarifs aériens plus abordables. Un sujet qui ne peut se résoudre avec un simple "y faut que..."

1 2 3 4 5
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019