Tahiti Infos

Meurtre sur fond de “haine” aux assises


Tahiti, le 28 mai 2024 – Le procès d’un pêcheur poursuivi pour avoir provoqué la mort d’un quinquagénaire le 17 mai 2022 à Tiarei s’est ouvert lundi devant la cour d’assises. En ce premier jour d’audience, l’accusé, qui s’était littéralement déchaîné sur la victime, a expliqué qu’il avait “disjoncté” le jour des faits.
 
“Quand on voit cette vidéo, on voit la haine qui monte dans les propos de l’accusé, dans ses insultes et sa manière d’agir. Il s’est acharné sur la victime, d’autant plus qu’elle n’émettait aucune résistance. Elle ressemblait à un pantin qui encaissait les coups les uns après les autres.” Au premier jour du procès aux assises d’un pêcheur de 34 ans poursuivi pour avoir tué un homme, le 17 mai 2022 à Tiarei, le gendarme qui était en charge de l’enquête est revenu sur la vidéo de la scène filmée par un témoin qui se trouvait sur les lieux.
 
Ce jour-là, l’accusé et la victime – un homme de 54 ans effectuant des petits boulots dans le domaine du BTP –, avaient commencé à boire du rhum et du komo dès 8 heures du matin sur un pont situé à Tiarei. Durant l’après-midi, le quinquagénaire avait tenu des propos obscènes à l’encontre d’une jeune femme de 20 ans, cousine éloignée de l’accusé. Ivre et fou de rage, ce dernier avait porté de nombreux coups à la victime en lui disant qu’elle ne “méritait pas de vivre”. Il lui avait notamment mis un coup de pied circulaire dans la poitrine.
 
Malgré l’intervention d’habitants du quartier, l’ouvrier était décédé sur place malgré des tentatives de réanimation effectuées durant plus d’une heure par les pompiers puis par le Samu. L’autopsie pratiquée quelques jours plus tard avait permis d’établir que l’individu était mort des suites d’une “perforation du cœur causée par un traumatisme thoracique”.
 
Amateur de MMA
 
Confronté à l’extrême violence de son geste, l’accusé – père de deux filles – a expliqué à la barre de la cour d’assises, lundi, qu’il avait complètement “disjoncté” et qu’il ne savait pas pourquoi il s’était mis dans une telle rage. L’homme a cependant répété qu’il avait été énervé par les propos, selon lui obscènes, tenus par le quinquagénaire, un homme décrit comme non violent qui buvait parfois plus que de raison. Chapelet autour du cou, le jeune homme a ensuite expliqué qu’il n’avait pas voulu la mort de son compagnon de beuverie mais juste lui “faire du mal”.
 
Tel qu’il en est d’usage au début d’un procès d’assises, la cour a également abordé la personnalité de l’accusé, un jeune homme amateur de MMA qui n’avait, lui non plus, pas la réputation d’être un bagarreur. Son ex-compagne et mère de leurs deux enfants, qui avait vécu 12 ans avec lui avant de le quitter car il l’avait délaissée, a pour sa part assuré qu’il n’avait jamais été violent avec elle. 
 
Perpétuité encourue
 
Présente sur les lieux lors du drame, une jeune femme est venue clore les témoignages de ce premier jour de procès en expliquant qu’elle n’avait jamais vu une telle violence. “Ça se voyait qu’il voulait le tuer, c’était sûr qu’il allait mourir. Il voulait aller jusqu’au bout.” Visiblement éprouvée de devoir de nouveau se figurer la scène, elle a ensuite assuré que la victime, surnommée “Papi”, n’était pas un homme méchant. 
 
Au terme de ce procès, qui doit s’achever mercredi, l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité s’il est reconnu coupable du meurtre dont il est accusé.
 

Rédigé par Garance Colbert le Mardi 28 Mai 2024 à 06:16 | Lu 3768 fois