Tahiti Infos

Manutea Millon et Iloha Eychenne planent sur la Viper Race


Manutea Millon, sur son va'a bleu, au coude à coude avec le Shellien, Taputea Tehetia, sur son va'a vert, lors de la première étape.
Manutea Millon, sur son va'a bleu, au coude à coude avec le Shellien, Taputea Tehetia, sur son va'a vert, lors de la première étape.
Raiatea, le 12 décembre 2022 - Le dernier rendez-vous de la saison de V1 se tenait ce week-end à Raiatea pour la Viper Race 2022. C’est Manutea Millon qui remporte cette 4e édition à l’issue des deux étapes autour de l’île sacrée. Iloha Eychenne décroche quant à elle la première place chez les femmes.

L’événement organisé par le club de Tumara’a va’a, en partenariat avec Viper Va’a, a rassemblé plus de 90 rameurs qui étaient prêts à en découdre ce week-end à Raiatea. La dernière course de la saison, et certainement l’une des plus éprouvantes, a pour principe de faire le tour de l’île en deux étapes, soit encaisser les 70km en deux jours. Les 'aito pouvaient également s'aligner en relais sur la course. 

Mais en solo, c’est avec un temps général de 5h21'04 que Manutea Millon s’est imposé, devant Hotuiterai Poroi et Taputea Tehetia qui finissent respectivement en 5h23'15 et 5h23'42. Tetahio Tapea, le premier rameur de Raiatea, termine au pied du podium en prenant une belle quatrième place. 

Deux étapes deux ambiances

Les épreuves ont été 100% lagonaires cette année. Le sens de la course et le parcours ont été déterminés selon les conditions météo car “on avait envie que les rameurs se fassent plaisir”, a déclaré Nathalie Pelou, trésorière de Tumara’a Va’a. 

Le top départ de la première étape a donc été donné, samedi, sur la plage Temaruao à Tevaitoa, avec un beau temps et une mer calme. Direction le nord pour rejoindre Uturoa. Au niveau de l’aéroport, un groupe de tête s'était déjà formé. Après le ravitaillement à la “piscine”, les rameurs ont pris le cap au sud pour rejoindre le marae de Taputapuātea. Au niveau du motu Ofetaro, le groupe de tête était toujours détaché mais un petit vent de travers s'était levé. Manutea Millon allait alors s'emparer seul des rênes de la course du motu Iriru jusqu’à l’arrivée et s'offrir une première victoire d'étape assez confortable sur cette Viper Race. Le coach et barreur de Manihi Va'a avait en effet déjà plus d'une minute d'avance sur son dauphin, Taputea Tehetia, et sur Hotuiterai Poroi, troisième.  

Le lendemain, dimanche, le départ du marae de Taputapuātea s'est fait sous un ciel bien couvert, direction plein sud. Dès le départ, le groupe était déjà moins compact. La tête de course commençait déjà à mettre de la distance dès le Pain de sucre, avec des conditions moins clémentes que la veille. Mais la surprise s'est faite lors de la remontée côte ouest, où les rameurs se retrouvaient pris dans de grosses conditions au niveau de Vaiaau.  Une grosse pluie s'est également abattue sur les athlètes, avec une remontée face au vent à négocier. C’est au mental que tout s'est joué, et Manutea Millon, “pas spécialement préparé pour la course”, a puisé dans ses réserves pour s'adjuger également cette deuxième étape et la victoire au général.

Iloha Eychenne seule au monde

Du côté des dames, à noter la belle performance de Iloha Eychenne, première féminine, qui boucle le tour en 5h59'28. La native de Huahine, victorieuse de son premier Te 'Aito en juin dernier, a survolé les débats sur les deux étapes en repoussant sa plus proche poursuivante, Aurélie Laplanne, à près de 40 minutes. A noter également la grosse performance de la cadette, Mihinoa Paari, troisième de la course et qui a bouclé son tour de l'île en 6h47'54.

Manutea Millon, vainqueur chez les hommes : “C’est au mental que ça s'est joué”

“Pour la première étape, sur le début j’ai eu un peu de mal à trouver les bonnes sensations. C’est au ravitaillement qu’on m’a dit que je prenais 20 m, alors je me suis dit que j’allais creuser l’écart, et j’ai essayé, la chance m’a souri. Pour la deuxième étape, c’était un départ très difficile. J’étais bloqué dans le paquet, j’ai dû faire le forcing pour revenir en tête de course. Ça a été de la gestion étant donné que j’avais déjà une bonne avance au classement général. Donc j’ai géré et au moment où il y a eu le grain, j’ai essayé de profiter de cette occasion pour me détacher. C’était quelque chose d’exceptionnel. C’était vraiment fort, c’est au mental que ça s'est joué. J’ai pu me détacher avec le premier des relais. C’est lui qui m’a tiré, car il était plus frais que moi. C’est ce qui a fait que j’ai creusé l’écart avec le reste des concurrents. Je suis satisfait, je n’avais pas vraiment de pression d’être le tenant du titre. Honnêtement, je ne me suis pas vraiment préparé. Heureusement que Nathalie et Alex ont insisté pour que je vienne. Merci à eux d’ailleurs, et toute l’organisation, avec tout leur staff. Et félicitations à tous ceux qui finissent. Comme chaque année, la Viper Race, que ce soit dans un sens ou dans l’autre, c’est difficile, qu’il y ait du vent ou que ce soit flat.”

Iloha Eychenne, victorieuse chez les dames : “C’était super intéressant de se confronter aux séniors hommes”

“Samedi, dès le départ en entonnoir depuis la plage, ça a bataillé. C’était top de pouvoir faire ça avec les gars, les vétérans, les juniors. C’était super intéressant de se confronter aux séniors, c’est comme ça qu’on fait progresser les catégories. J’étais à l’aise sur la première partie, et après le ravitaillement, j’étais en forme et j’ai fait une remontada jusqu’à la fin. Et l’étape de dimanche, c’est parti direct dans le surf. On a bien glissé la grosse première moitié, c’était agréable. Après au grain, il fallait serrer les dents parce que tu regardais les kilomètres à faire, tu regardais la vitesse et tu te dis ‘je ne suis pas encore arrivé’. Finalement j’ai pu en profiter, j’ai fait une belle remontée mais mon père est arrivé à côté pour le combat. J’avais pas envie de le laisser passer si facilement. Donc on a bataillé. Il est passé quand même mais du coup ça m’a fait tenir sur le dernier tronçon. C’est la première fois que je fais une course aussi longue. Je pensais beaucoup subir et finalement ça a été. Mais c’est aussi la préparation. On est en fin de saison, donc physiquement prêts. Ce qui compte c’est le repos, la dernière semaine, tu manges bien, tu te reposes bien, t’arrives sans douleur pour être frais et avoir les crocs. Je tire mon chapeau à mes concurrentes, surtout les jeunes, pour oser s’aligner sur ce type d’effort. Elles ont bien ramé. La prochaine étape pour moi c’est la Glagla Race en janvier sur le lac d’Annecy.”

Les résultats

Séniors Solo
1er Manutea Millon en 5h21'04
2e Hotu Poroi en 5h23'15
3e Taputea Tehetia 5h23'42

Juniors Solo
1er Rony Tama 5h31'24
2e Tereiharoa Vairoa 5h37'28
3e Raufea Toofa 5h43'48

Femmes Solo
1ère Iloha Eychenne 5h59:28
2e Aurélie Laplanne 6h39'04
3e Mihinoa Paari 6h47'54 (cadette)

Vétérans 40 Solo
1er Manutea Owen 5h34'44
2e Bruno Tauhiro 5h34'45
3e Kamehameha Tamarii 5h35'23

Vétérans 50 Solo
1er Heimana Bastien 5h59'19
2e Daphnis Helme 6h04'21
3e André Atapo 6h04'37

Relais senior
1er Jacques Maimaro et Riro Moea 5h23'37
2e Ridge Chung et Keith Vernaudon 5h30'20
3e Hart Tyron et Mama Tamatahiarii 5h31'16

Relais vétérans
1er Teinaore Joseph et Lepotier Yannick 5h36'35
2e Feiyu vatea et Moeino Maita 5h44'26
3e Telanupuaioura Tautu et Airima Colby 5h46'03
 

Rédigé par V.Leroi le Lundi 12 Décembre 2022 à 16:09 | Lu 1596 fois