Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Mahana Beach : "On ne s’en ira pas d’ici", martèlent les irréductibles d’Outumaoro



PUNAAUIA, 15 avril 2016 - Sous la menace de l’ouverture d’une procédure d’expulsion à la demande de l'établissement public Tahiti Nui aménagement et développement (TNAD), une poignée de familles s’accrochent encore à un terrain dont elles revendiquent la propriété sur le littoral d'Outumaro.

Vendredi matin, sous la houlette de Monil Tetuanui, l’heure était aux grandes déclarations devant la presse à Outumaro, sur le domaine du projet de Tahiti Mahana Beach. Installés dans les profondeurs du côté mer, et pour les plus chanceux à l’ombre d’un cocotier nain, en bordure de servitude, les représentants des associations « Vahine A Irea » et « Outumaoro se lève » ainsi que quelques sympathisants : une trentaine de contestataires terriens des familles Irea et Ariipeu, dans le quartier Tunaiti.

Têtus, ce sont les derniers irréductibles à demeurer encore sur place après avoir systématiquement refusé toute solution de relogement, et quelque forme de conciliation que ce soit avec la puissance publique. Lorsqu’elles n’étaient pas déjà dans le domaine public, les terres qu’ils occupent toujours ont fait l’objet d’une procédure d’expropriation en 2015. Aujourd’hui, pour le Pays, il n’y a plus de sujet.

Tout le monde a reçu une sommation de quitter les lieux avant le 15 avril, notifiée par huissier le 9 mars. Une conférence de presse était improvisée sur place vendredi matin, pour l’échéance de ce délai. En question la propriété d’un lot estimé à 1,8 hectare bord de mer.

"La terre est à nous. On ne s’en ira pas d’ici", martelait Monil Tetuanui, en prétendant représenter les intérêts de 21 familles. "Pour ici, nous avons un Tomite de 1862 qui est un titre de propriété irréfutable. Nous sommes sur cette terre depuis plus de 200 ans. Jamais on s’en ira ! Si nos tupuna (ancêtres, ndlr) sont nés ici, sont morts depuis déjà sept générations, ce n’est pas aujourd’hui qu’on va se faire traiter comme des canards sauvages", a aussi lancé celui qui se présente comme le "représentant légal" de l’association Vahinetua A Irea.

Six familles contestent encore, selon TNAD

Mais à la direction de TNAD, Claude Drago détricote : "Aujourd’hui, sur ce site, il y a 44 familles. Parmi elles, 29 ont accepté une solution de relogement", explique le directeur général de l'établissement public à caractère industriel et commercial : "cinq en logement collectif, quatre dans un appartement en location-vente et 20 dans un fare OPH sur un terrain qu’elles possèdent ailleurs. Reste donc 12 familles qui s’opposent à tout, dont Monil Tetuanui. Nous leur avons adressé une lettre de sommation les mettant en demeure de quitter ce domaine foncier appartenant à TNAD, faute de quoi nous engagerions une procédure judiciaire en vue de leur expulsion. Trois familles ont alors manifesté leur souhait d’une solution de relogement. Reste donc neuf familles. Parmi elles, trois ont déjà obtenu un logement social il y a quelques années et ne sont donc plus éligibles. Voilà le tableau présent". TNAD est affectataire de cet espace foncier de 34,1 hectares de terres domaniales où pourrait s'implanter le complexe touristique Tahiti Mahana Beach, sur le littoral d’Outumaoro. Avant que ne soient lancées les procédures d'expropriation, en 2014, une centaine de familles habitaient là. Presque toutes ont accepté d'être déplacées.

"Ils peuvent dire ce qu’ils veulent", ajoute Claude Drago face à la poignée d'irréductibles. "Ils ont multiplié les procédures et toujours été déboutés à ce jour. TNAD est propriétaire de ces terres. Nous avons des jugements qui le reconnaissent. Pour l’instant, nous n’avons que des palabres face à nous. (…) Le délai de la sommation est aujourd’hui accompli. Je vais retourner devant le juge et demander l’expulsion. J’aurais tout essayé pour trouver une solution".

A deux pas de la conférence de presse improvisée par Monil Tetuanui, vendredi matin, un quinquagénaire nous arrête alors que nous passons devant son portail. Il assure que Berthe Spenser, sa femme, une descendante Temarii et Pomare, dispose d’un tomite Patuohureataataaaure, bien antérieur à 1862, par lequel elle se trouve ayant-droit sur un domaine allant de la rivière Piafau à Faa’a jusqu’à celle de Matatia à Punaauia, du récif jusqu’aux crêtes. Une terre royale… La promesse de nouvelles revendications ?

En jaune, sur cette vue, les terres qui font encore l'objet d'une revendication irrégulière selon TNAD.
En jaune, sur cette vue, les terres qui font encore l'objet d'une revendication irrégulière selon TNAD.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Vendredi 15 Avril 2016 à 15:45 | Lu 3107 fois






1.Posté par pif paf le 15/04/2016 18:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il suffit de les placer à Miri : ils occuperont une autre terre en litige.

2.Posté par pif paf le 15/04/2016 18:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monil = homme-poisson : j'avais cru comprendre que cette zone avait été remblayée.

3.Posté par paku le 16/04/2016 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

des tomités validé par le colonisateur

4.Posté par boran le 16/04/2016 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la politique du mahoi tres paresseux de nature (je parle des 70%) c'est de construire sur un terrain nu avec 3 toles pourries et une toilette a la mahoi un "chateau" et ensuite attendre que le gouvernement lui fournisse une maison sociale a la place pour quitter les lieux occupes illegalament .
c'est la politique de leur chef mahoi , "oscar"" la vedette de Faaa.

5.Posté par TAAHOA le 16/04/2016 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh Poste 4, on ne dit pas Mahoi mais plutôt MAOHi. Arrêter d'égratigner les mots en tahiten.

6.Posté par M le 17/04/2016 02:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Taahoa, lorsqu'on ne sait pas conjuguer il vaut mieux éviter de faire des leçons d'orthographe aux autres?

7.Posté par fh le 17/04/2016 02:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dabord si tu sais pas écrire MA''''OHI n''''écrit pas. Sa va faire 60 ans que j''''occupe ce terrain là et c pas aujourd''''hui que je vais sortir d''''ici. Avec 3 tôle, 1 château et un cabinet j''''ai pas de dette a payé à l''''OPH.

8.Posté par fh le 17/04/2016 03:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P1 T ki toi pour nous juger, le petit toutou de TNAD celui qui obéit au doigt et à l'oeil.

9.Posté par fh le 17/04/2016 06:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tahiti info pourquoi tu n''a pas mis mais commentaire

10.Posté par paku le 17/04/2016 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

p 4 c"est ta bombe qui a mis le peuple maohi dans cet état ta bombe et les voleurs d"autonomistes collabo avec le colon comme en 1940 en france

11.Posté par TAAHOA le 17/04/2016 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

àPoste 6 lis le commentaire de poste 10. Il a tout dit.

12.Posté par Abel Aubert du Petit-Thouars le 17/04/2016 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 4: Vous représentez dans la meilleure de façons l'esprit colon français pur et dur avec toutes ses préjudices....les polynésiens plus paresseux que le farani, c'est pratiquement impossible.

13.Posté par Hirinake le 17/04/2016 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

14.Posté par Taahoa roa le 18/04/2016 08:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dès qu'on les contrarie "mentalité colon" "bombe nucléaire" "farani ma". Tera hoa l'ancienne mentalité. ! "On vis dans la misère mais on a internet". Ca demande tout le temps des aides, faut que le territoire et l'état donne des sous, mais après ça traite les autre de colonisateur et le territoire de complice de la colonisation. Allez travailler et vous pourrez payer votre OPH au lieu mei d'attendre que les sous tombe !

15.Posté par Ha''''a titi ei horo le 20/04/2016 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monil, dis nous pourquoi depuis quelques décennies tu es à Punaauia et non plus à TAHAA ?

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués