Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Macron attendu aussi par ses détracteurs



Tahiti, le 21 juillet 2021 - Le collectif du fait nucléaire rassemblant le Tavini huiraatira, l'associations 193 et Moruroa e tatou, l'Église protestante ma'ohi et Eden Park, s'est réuni mardi soir à Faa'a. Au programme, le bilan de la marche du 17 juillet dernier et également les actions à mener lors de l'arrivée du Président Emmanuel Macron en Polynésie.
 
A l'approche de l'arrivée du Président de la République Emmanuel Macron en Polynésie et de son programme qui s'affine de jour en jour, les associations et collectifs citoyens anti-nucléaires, mais aussi anti-vaccination, aiguisent eux aussi leur programme d'accueil. Ainsi, mardi soir, une réunion s'est tenue à Faa'a avec le collectif du fait nucléaire qui rassemble le Tavini huiraatira, l'association 193, l'association Eden Park et l'association Moruroa e tatou ainsi que l'Église protestante ma'ohi. A l'ordre du jour, le bilan de la marche du 17 juillet en commémoration du tir Centaure qui a rassemblé 2 000 manifestants mais également les préparations d'éventuelles actions en vue de la venue du Président Emmanuel Macron au fenua.

“Ce n'est pas ici qu'il doit venir c'est à New-York”

Le leader indépendantiste et tāvana de Faa'a, Oscar Temaru, a précisé que le Tavini huiraatira ne prévoyait pas d'aller “accueillir” le Président Emmanuel Macron, mais qu'il souhaitait lui rappeler que le parti bleu ciel “demande à la France depuis des lustres de respecter le droit des peuples à l'autodétermination et de respecter la résolution internationale de l'ONU”. Le chef de file du Tavini a rappelé que la Polynésie avait été réinscrite sur la liste des Pays à décoloniser le 17 mai 2013 et que la dernière résolution de l'ONU le 10 décembre 2020 “rappelle à la France le respect de notre droit de souveraineté de notre Pays, de notre droit de propriété sur les ressources de notre Pays et les informations sur les conséquences des essais nucléaires qu'il y a eu pendant une trentaine d'années. Donc ce n'est pas ici qu'il doit venir c'est à New-York”. Pas encore de précision sur les modalités concrètes de ce “rappel” de la situation au Président. “Nous sommes en train de voir ce qu'on va mettre en place”, a indiqué Oscar Temaru.
 
La secrétaire générale du parti bleu ciel, Vanina Crolas, a néanmoins évoqué quelques actions. “On lui montrera que nous sommes là et que ce Pays nous appartient”. Elle assure que le parti bleu ciel n'appellera pas à la mobilisation de la population ni de ses troupes mais “on sera présent autant que possible pour afficher nos messages. On ne l'accueillera pas, mais on lui montrera notre attachement à notre Pays”.

Le président du groupe Tavini huiraatira à l'assemblée Tony Géros explique ne pas pouvoir tout dévoiler de la stratégie que va mettre en place le parti. “Dans la continuité de la mobilisation de samedi, on va voir comment on va organiser quelque chose pour être présent”.

Du côté de l'association 193, Frère Maxime a affirmé que “si le collectif du fait nucléaire ne faisait rien, on est déterminé à faire quelque chose”. Il demande au Président de la République de “nous respecter” : “Ce n'est pas en nous ignorant que cela va faire avancer les choses”. Résigné, il a également affirmé que “ce n'était pas la peine de le rencontrer, car cela ne sert à rien”. Le sociétaire de 193 se dit d'ailleurs persuadé que sur le fait nucléaire le Président de la République ne “va pas apporter grand-chose, à moins qu'il passe au-dessus de ce que ses collaborateurs ont prévu. Il est capable de cela, mais il ne faut pas trop rêver”

Des anti-nucléaire… et des anti-vaccins

Du côté de l'Église protestante ma'ohi et de Moruroa e Tatou, le porte-parole de l'association Hiro Tefaarere rappelle l'invitation faite au Président Emmanuel Macron de se joindre aux travaux du synode de l'Église qui auront lieu ce week-end. Hiro Tefaarere affirme que Moruroa et Tatou n'ira pas accueillir le Président à l'aéroport. “Peut-être qu'ils se disent que c'est Hiro Tefaarere qui est à la tête de l'association et qu'on va empêcher l'avion d'atterrir, je n'en sais rien”, glisse le président de l'association dans une référence douteuse aux événements de 1995. Hiro Tefaarere reste néanmoins lucide puisqu'au vu du programme de la visite présidentielle, il ne concède “ne pas voir à quel moment il va pouvoir venir nous voir”. “Franchement il s'en fout de nous”, lâche le militant qui prévoit d'adresser une lettre ouverte au Président de la République pour “perturber l'esprit de Macron quand il sera ici avec l'esprit de tous nos anciens qui sont morts à cause des essais nucléaires. Cela ne va pas les laisser indifférents et insensibles”.
 
Par ailleurs, la désormais célèbre militante anti-vaccination, Holly Temarii, annonce qu'un collectif de citoyen contre la vaccination obligatoire a décidé d'accueillir à sa façon le Président Emmanuel Macron. “Il mérite qu'on l'accueille avec tout le mana du fenua pour contrer ses projets liberticides”, lance la porte-parole de ce collectif. Holly Temarii dit espérer que les parlementaires du fenua voteront contre le projet de loi sur la gestion de la crise sanitaire, rendant obligatoire la vaccination pour le personnel soignant, les sapeurs-pompiers ou encore les transporteurs sanitaires. Elle estime qu'avec 70% de la population du fenua non vaccinée, les anti-vaccins sont “majoritaires” quand les autres “30% sont des cobayes”. Selon elle, plusieurs sites ont été choisis pour que les membres du collectif soient visibles de la délégation présidentielle.

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 21 Juillet 2021 à 19:51 | Lu 2700 fois






Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus