Tahiti Infos

Lutter contre l’échec scolaire par l’apprentissage de l’art déclamatoire


Lutter contre l’échec scolaire par l’apprentissage de l’art déclamatoire
Pour sa première participation et dans le cadre de l’obtention du label européen des langues, la direction de l’enseignement primaire, sous l’impulsion du ministère de l’éducation, a présenté un dossier relatif à «La lutte contre l’échec scolaire et l’illettrisme par l’apprentissage de l’art déclamatoire, ‘Orero, à l’école primaire. »

Il s’agit d’encourager les nouvelles initiatives en matière d’enseignement et d’apprentissage des langues, de récompenser les nouvelles méthodes dans le domaine de l’enseignement des langues, de participer à leur notoriété et de favoriser les bonnes pratiques. Les initiatives doivent être originales, créatives et transférables, apporter une valeur ajoutée dans le contexte national, en améliorant de manière visible l’enseignement et l’apprentissage des langues, aux niveaux quantitatif et qualitatif, et enfin motiver les apprenants comme les enseignants et les inciter à améliorer leurs compétences linguistiques.

Ainsi, l’apprentissage de l’art déclamatoire a été jugé innovant, pertinent et transférable.

Innovant puisque l’élève aborde les langues polynésiennes par le biais de savoirs ancestraux et culturels (légendes, contes, danses, chants…). En effet, il ne s’agit plus d’apprendre une langue pour une langue, mais de s‘approprier sa culture pour mieux maîtriser sa langue et surtout mieux en saisir les subtilités. L’importance accordée à sa culture, à son passé, offre également à l’élève la possibilité de mieux se comprendre et donc, de mieux appréhender l’autre.

En outre, ce dispositif concilie les exigences des programmes scolaires et celles inhérentes à l’art oratoire. Il représente un véritable défi motivant, tant pour les enseignants qui abordent l’enseignement des langues sous un aspect original et pertinent, que pour les élèves qui découvrent une nouvelle méthode d’apprentissage.

Enfin, la force de cet enseignement réside dans l’exploitation d’un élément culturel fort pour un meilleur apprentissage linguistique. Ce concept, transférable quelque soit le contexte, peut donc constituer une réelle source d’inspiration et faire figure d’exemple dans l’apprentissage des langues. En effet, l’utilisation d’un élément caractéristique d’une culture donnée permet à la fois d’enseigner toute langue rattachée à ladite culture, et de s’adresser à toute catégorie d’âge. La pertinence du choix de l’élément culturel au regard des contraintes et exigences définies reste toutefois la clé de réussite du projet.

Les lauréats reçoivent un certificat et un trophée délivrés lors d'une cérémonie officielle.

Pour les lauréats 2010, cette cérémonie se déroulera le 04 février 2011 à l’occasion du salon Expolangues. Par ailleurs, la promotion de la méthode récompensée est assurée grâce à l'autorisation d'utiliser le logo du label européen des langues sur les productions, et la publication des dits travaux sur le site web de la Commission européenne et sur celui de l'agence Europe-Education-Formation France.

Rédigé par extrait du conseil des ministres le Mercredi 29 Décembre 2010 à 21:07 | Lu 879 fois