Tahiti Infos

Loïs Vasapolli piste l'équipe de France


Le jeune pistard tahitien s'était classé deuxième du keirin lors des championnats de France de cyclisme en août 2019.
Le jeune pistard tahitien s'était classé deuxième du keirin lors des championnats de France de cyclisme en août 2019.
Tahiti, le 30 décembre 2020 - Loïs Vasapolli, 19 ans, pistard tahitien, devait montrer l'étendue de ses progrès entre le 19 et le 23 décembre à l'occasion des championnats de France de cyclisme sur piste qui ont été annulés. À défaut de compétition officielle, le jeune sprinter a réalisé des tests de performance max. "Les résultats montrent que je me rapproche des meilleurs sprinters français", a indiqué l'athlète. 

En août 2019, le jeune tahitien, Loïs Vasapolli, 18 ans à l'époque, décrochait le titre de vice-champion de France juniors de keirin. Les championnats de France de cyclisme sur piste, prévus initialement du 19 au 23 décembre, mais qui ont été annulés par la Fédération française de cyclisme, auraient dû être l'occasion de constater les progrès réalisés par le pistard tahitien. "Quand ça fait un an et demi que tu t'entraines dur et que finalement il n'y a rien, ce n'est pas facile à encaisser, déplore le jeune homme. Mais j'ai pris le bon côté et j'en ai profité pour rentrer au fenua pour des vacances improvisées."

"Je me rapproche de ce que Kevin Sireau était capable de faire à son pic de forme"

À défaut de compétition officielle et de confrontation directe face à l'élite du sprint français, l'intéressé a réalisé des "tests de performance max" avant de s'offrir quelques jours de vacances. "Les chiffres ne vont pas trop parler mais on s'est aperçu que je me rapprochais du niveau des meilleurs sprinters français, ajoute le jeune espoir. Avec mon rapport poids/puissance, je me rapproche par exemple de ce que Kevin Sireau, double médaillé d'argent aux Jeux olympiques et triple champion du monde de vitesse, était capable de faire à son pic de forme."

Kevin Sireau justement, le Tahitien a l'occasion de bénéficier de ses conseils depuis près de deux ans au sein du pôle "France jeunes ultramarins" à Hyères, qui rassemble, comme son nom l'indique, les meilleurs pistards des Outre-mer. Un pôle qui a notamment vu passer Ariitea Bernardino, son premier entraineur. "Évidemment, j'ai commencé par le cyclisme sur route et c'est Ariitea qui m'a orienté vers la piste et qui a vu le potentiel que j'avais. Et Kevin Sireau c'était un peu mon modèle quand j'ai commencé et aujourd'hui c'est un ami. Forcément lorsque tu t'entraines aux côtés d'un si grand champion, tu ne peux que progresser. C'est obligé", confie le pistard.

Objectif Paris 2024

Loïs Vasapolli aux côtés de Kevin Sireau, son entraineur double médaillé d'argent aux Jeux olympiques et triple champion du monde de vitesse par équipe.
Loïs Vasapolli aux côtés de Kevin Sireau, son entraineur double médaillé d'argent aux Jeux olympiques et triple champion du monde de vitesse par équipe.
Le jeune homme, qui suit également des études d'ingénieur en alternance, doit repartir ce jeudi pour la métropole pour reprendre le chemin de l'entrainement et pour fixer ses objectifs pour la prochaine saison. "On doit en discuter avec Kevin Sireau, même si pour le moment on n'a pas trop de visu sur l'année prochaine parce que les calendriers n'ont pas encore été communiqués. Mais l'objectif, clairement, c'est de faire des sélections en équipe de France et faire ensuite des compétitions internationales", assure Loïs.

Une participation aux Jeux olympiques de Tokyo en juillet prochain n'est évidemment pas au programme du Tahitien. Mais les Jeux de Paris en 2024 constituent pour Loïs Vasapolli un challenge des plus intéressants. "Depuis trois ans, je ne fais que progresser. Et je sais que je peux compter sur le soutien de ma famille, de la fédération tahitienne de cyclisme quand j'ai un coup de moins bien. Les Jeux olympiques en 2024… je me dis 'Pourquoi pas ?'" C'est bien tout le mal qu'on lui souhaite. 

Rédigé par Désiré Teivao le Mercredi 30 Décembre 2020 à 18:33 | Lu 1090 fois