Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Les trésors cachés des Zingibéracées... (1ère partie)



TAHITI, le 3 juillet 2020 - La grande famille des Zingibéracées (Zingiberaceae en latin) fournit à la fois des « fleurs » d’une extraordinaire beauté, mais aussi des feuilles et des rhizomes aux multiples propriétés. Deux de ces derniers sont universellement utilisés dans le monde entier, à savoir le gingembre et le curcuma.

En Polynésie française, le climat tropical chaud et humide est particulièrement adapté à la culture des Zingibéracées qui ont à peu près tous un point commun, avoir besoin d’eau en abondance pour leur croissance.
Dans cet article, nous allons vous présenter les plus communes d’entre ces plantes, mais nous serons bien loin d’être exhaustifs puisque dans le monde, cette famille regroupe une cinquantaine de genres et environ 1 500 pespèces à rhizomes. Beaucoup d’entre elles ont pour origine l’Asie du Sud-Est tropicale, la zone appelée « indo-malaise ».
Parmi les Zingibéracées que l’on trouve en Polynésie française, figurent sept genres ayant, bien entendu, souvent des ressemblances : Il s’agit  des genres Alpinia, Costus, Curcuma, Etlingera, Hedychium, Tapeinochilos et Zingiber.
Dans la cuisine locale, deux gingembres sont incontournables : le curcuma ou safran d’Océanie (re’a Tahiti) et le gingembre chinois (re’a tinito) utilisés comme épices ou condiments.
Si vous résidez en Polynésie, profitez de l’abondance de ces deux gingembres aux propriétés médicinales reconnues pour en faire un large usage lors de vos repas. Ces produits naturels valent cent fois mieux que les compléments alimentaires qui en contiennent certes, mais dont les principes actifs n’ont pas les mêmes vertus. C’est, bien entendu, en saison chaude et humide qu’ils sont les plus abondants sur les marchés comme dans les magasins et grandes surfaces.
Enfin les amateurs de fleurs se rappelleront que les Zingibéracées offrent une variété d’inflorescences spectaculaires, qui ont le mérite de très bien tenir dans le temps.

La semaine prochaine, la suite de notre présentation des principales Zingibéracées de Polynésie française.

Fleurs, bractées et inflorescences

La plupart des Zingibéracées produisent de très belles fleurs, qui sont ainsi appelées sans en être pourtant. Si l’on prend l’exemple de l’opuhi (Alpinia purpurata), les fleurs sont blanches et très petites comparées à l’inflorescence rouge qui les porte, elle-même composée de splendides bractées (parfois appelées à tort les « pétales »). On le voit bien sur notre photo ; une fleur blanche se détache de l’inflorescence, alors que deux ou trois autres, antérieures, apparaissent fanées. Il faut donc admettre que le mot « fleur » utilisé pour évoquer les bouquets composés de Zingibéracées n’est pas scientifiquement le plus convenable...

Rhizome et non racine

Les Zingibéracées sont fixées à leur substrat non pas par des racines, mais par des rhizomes, organes d’où partent des racines plus petites ; ces rhizomes ont la particularité de permettre à la plante de se multiplier à l’horizontale, avec l’apparition de nouveaux jeunes plants dans le prolongement des rhizomes existants.

Si beaucoup de ces rhizomes, sans être toxiques, ne présentent aucun intérêt sur le plan culinaire, il en existe qui, au contraire, font que la culture de certaines Zingibéracées ne se justifie que par l’exploitation que l’on fait de ces rhizomes ; chez nous, essentiellement le gingembre (re’a tinito) et le curcuma (re’a Tahiti).

Enfin une grande partie de ces plantes, le plus souvent leurs rhizomes, sont utilisées pour leurs vertus médicinales dans les pharmacopées traditionnelles.

Gingembre rouge, alpinia - Alpinia purpurata - Nom tahitien : Opuhi

Origine : Asie du Sud-Est.
En moins de quatre décennies, cette fleur est devenue la reine des  bouquets polynésiens. La couleur rouge carmin très vive des bractées de ses hampes florales allongées tranche magnifiquement avec le vert de ses longues feuilles (1,20 m à 4,50 m !) et permet effectivement de somptueuses compositions, à condition d’avoir un vase assez grand ! Beaucoup de soleil (pas trop), de chaleur, d’humidité - et d’engrais - permettent d’obtenir des floraisons à répétition.

Gingembre rouge, alpinia panaché "kazu" - Alpinia purpurata (var.)

Le genre Alpinia compte entre 200 et 300 plantes à rhizomes, originaires de l'Asie du Sud-Est. La plupart des alpinias sont cultivés pour la beauté de leur inflorescence, comme c'est le cas de cet "opuhi" dont les couleurs vont du rouge au rose clair. Une petite fleur blanche apparaît à sa base, sur la droite.

Gingembre rose, lpinia rose - Alpinia purpurata (var.)

Cette variété d'alpinia est moins fréquente que la précédente ; elle est aussi plus élégante, notamment dans les compositions florales où elle se marie parfaitement avec des lis blancs.

Gingembre panaché - Alpinia vittata

Cet alpinia est facile à reconnaître avec ou sans fleur, puisque ses feuilles vertes sont zébrées de rayures blanc cassé très caractéristiques. L'inflorescence est beaucoup plus petite que celle d'Alpinia purpurata. C'est pourquoi cet "opuhi" est surtout cultivé pour son feuillage.

Comme tous les "opuhi", le vittata est facile à multiplier par division de son rhizome.

Gingembre coquille - Alpinia zerumbet

Fleuri presque toute l'année, le très élégant "opuhi orchidée", comme il est parfois surnommé, offre au jardinier qui le soigne de superbes inflorescences longues de 20 à 30 cm. La fleur se caractérise par sa corolle campanulée, blanche à l'extérieur, jaune et rouge feu sur sa face interne incurvée. Comme la plupart des alpinias, celui-ci aime les sols plutôt gras, fertiles, humides, et il apprécie les zones ombragées.

 

Reine de Malaisie - Tapeinochilos ananassae

Originaire de Malaisie, cette boule de feu a presque la grosseur d’un ananas dont elle a la forme.

Plante herbacée aux grandes feuilles composées, elle produit des fleurs constituées de bractées d’un beau rouge carmin et de très petits boutons jaunes.
Elle est aussi gourmande en lumière (mais pas en soleil) qu’en humidité et en chaleur.

On utilise sa fleur généralement seule dans les compositions florales, mais il faut avouer qu’un bouquet d’une dizaine de ces touffes rouges est tout simplement superbe.

Gingembre blanc, lis de la vierge - Hedychium coronarium

Originaire d'Asie du Sud-Est (Himalaya), cette plante bulbeuse pousse en formant de jolis massifs. Ses longues feuilles rubanées sont larges et épaisses et laissent apparaître à l’extrémité de solides hampes florales des grosses fleurs blanches aux étamines saillantes et aux larges pétales dont le bout se recourbe légèrement. Ses magnifiques et délicates fleurs dégagent un parfum presque entêtant. Pour offrir de belles floraisons au jardinier, le gingembre blanc demande beaucoup d’humidité. A noter que les fleurs du genre Hedychium sont les fleurs nationales de Cuba.

 

Gingembre jaune, lis de la vierge - Hedychium flavescens

On distingue H. flavescens de H. coronarium à la couleur des pétales, légèrement jaunes chez cette dernière espèce (originaire d'Inde et de la région himalayenne). Ce lis est autant apprécié pour son parfum que pour la beauté de son feuillage. Mais naturalisée en Polynésie, cette plante a vite tendance à devenir envahissante. On la trouve ainsi fréquemment au fond de fossés ou en bord de ruisseau ou de rivière où sa croissance, au détriment des autres plantes, est souvent impressionnante.

Gingembre de l’Himalaya - Hedychium garnerianum

Originaire des zones tropicales de l’Himalaya, ce gingembre aux inflorescences orange et aux étamines rouges est nettement plus rare dans nos jardins polynésiens que le gingembre blanc (Hedyuchium coronarium). Il est légèrement moins parfumé, mais son port très élégant en fait une plante ornementale appréciée. Sa multiplication se fait facilement par division des rhizomes. On notera que toutes les espèces du genre Hedychium peuvent relativement aisément se développer dans des zones très ensoleillées, pourvu qu’elles soient constamment humides. Ce gingembre himalayen est considéré comme une plante envahissante aux îles Hawaii.

 

Gingembre rose - Hedychium coccineum

Ce gingembre ornemental, aux inflorescences délicatement tintées de rose, est en quelque sorte le « frère jumeau » de Hedychium flavescens, le gingembre jaune. Comme lui, il est originaire de l’Inde et de la basse région himalayenne et comme lui, il se plaît dans des zones très humides. Plante facile à cultiver, le gingembre rose a tendance à se naturaliser facilement comme toutes les plantes du genre Hedychium et à ainsi se répandre dans la nature si on ne prend pas garde à limiter sa croissance.

Gingembre torche, rose de porcelaine - Etlingera elatior

Originaire de la Malaisie, la rose de porcelaine a des exigences : de l’ombre, encore de l’ombre, toujours de l’ombre et de l’humidité, encore de l’humidité, toujours de l’humidité. Et quand même aussi un peu de patience de la part du jardinier... C’est le prix qu’il faudra payer pour récolter quelques-unes de ces somptueuses fleurs. Ces inflorescences, portées par de longues tiges et entourées d’immenses feuilles découpées (2 à 4 m) sont constituées de bractées variant du blanc au rouge  et portent de minuscules fleurs. La rose de porcelaine est une invitée de marque dans les compositions florales un peu sophistiquées. Cette fleur est certainement la plus lourde des jardins puisqu’elle peut atteindre la livre. Les rhizomes sont comestibles.


Rédigé par Daniel Pardon le Jeudi 2 Juillet 2020 à 11:58 | Lu 2178 fois





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 20:44 Chez les Small Nambas de Malekula

Jeudi 31 Décembre 2020 - 12:30 Les cannibales de Tematangi

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies