Tahiti Infos

Les poisons de nos jardins (première partie)


Tahiti, le 17 décembre 2021 - Sous notre climat, nous avons la chance de vivre au cœur d’un véritable jardin tropical qui ferait envie à bien des jardiniers entretenant à grand-peine des serres en régions tempérées. Pour autant, si fleurs et fruits ne manquent pas, un grand nombre de ces plantes sont toxiques, voire mortelles en cas d’ingestion. Cela concerne les humains bien entendu, mais aussi leurs animaux de compagnie (chiens, chats). Notre petite liste publiée aujourd’hui est bien entendu loin d’être exhaustive mais permettra à ceux qui se posent des questions de savoir à quoi s’en tenir sur ces quelques plantes..

(La semaine prochaine, nous vous présenterons une vingtaine d’autres espèces toxiques)

Adenium obesum

Rose de Bangkok, tipanié de Bangkok
Petit arbrisseau résistant à la sécheresse, le tipanié de Bangkok comme la plante est aussi surnommée est aussi beau que dangereux. Toutes les parties de cet Adenum (un genre d’une demi-douzaine d’espèces) sont toxiques, notamment la sève qui s’écoule des tiges coupées. A manipuler avec précaution.

Solandra maxima

Liane trompette
Cette Solanacée produit des fleurs magnifiques, mais malheureusement, cette plante originaire du Mexique s’avère très toxique. Il convient donc de la manipuler avec soin, notamment lorsqu’on entreprend de la tailler car si elle trouve un sol généreux, elle a vite tendance à prendre beaucoup de place.

Allamanda cathartica

Monette
Il existe plusieurs espèces de monettes et tout autant de variétés ; cette liane permet de très vite recouvrir une haie disgracieuse ou un coin de jardin. Même si elle produit toute l’année des fleurs et qu’à ce titre elle est très appréciée, elle n’en demeure pas moins extrêmement toxique, sa sève blanche notamment étant redoutable.

Aglaonema commutatum

Aglaonéma
Cette plante d’ombre et de sous-bois est très décorative et ses fruits rouge vermillon sont du plus bel effet, mais la plante contient des substances irritantes pour la peau et les muqueuses. Potentiellement très toxique, elle doit demeurer hors de portée des enfants et des animaux.

Strelitzia reginae

Oiseau de paradis
Cette herbacée de la même famille que les bananiers (une Musacée) est très toxique ; toutes les parties de la plante présentent des dangers en cas d’ingestion : douleurs abdominales, vomissements et complications plus sérieuses en cas de forte dose ingérée. 

Thevetia peruviana

Laurier à fleurs jaunes
Incontournable dans les parcs, jardins et espaces publics, le laurier à fleurs jaunes, originaire d’Amérique tropicale, est extrêmement toxique ; les substances tonicardiaques que renferme la plante peuvent être mortelles pour l’homme. Les fruits notamment, en forme de berlingot, attirent l’attention des enfants qui doivent être informés du danger que cette plante représente.

Calotropis gigantea

Calotropis
Cet arbuste aime bien les sols faits de sable, de corail et de sel des atolls des Tuamotu où il est très fréquent (à ce titre, c’est une plante halophile, c’est-à-dire supportant parfaitement bien le sel). C’est également un arbuste ornemental fréquemment planté dans les parcs et jardins, mais sa sève (comme toutes les autres parties de la plante) est très toxique. En Inde et en Afrique d’où il est originaire, la sève de l’arbuste permet de fabriquer de redoutables poisons.

Dracaena fragrans

Dragonnier panaché
Omniprésents dans les paysages polynésiens, tous les dragonniers sont très toxiques ; sève, feuilles, écorce, racines peuvent provoquer une forte salivation, des vomissements (parfois sanguinolents) et des diarrhées. L’empoisonnement demeure une épreuve extrêmement épuisante pour la victime qui met du temps à s’en remettre.

Anthurium andraeanum

Anthurium
L’inflorescence de l’anthurium est très appréciée en Polynésie mais attention à cette plante originaire de l’Amérique tropicale et de la Caraïbe ; la sève renferme des cristaux d’oxalate de calcium qui provoquent de violentes irritations des muqueuses de la bouche, mais aussi de l’estomac et même de la peau.

Datura metel

Datura
Les noms vernaculaires de la datura, herbe du diable, herbe aux sorciers, herbe des magiciens, herbe aux voleurs, chasse-taupe, endormie, pomme épineuse, sont éloquents quant à la dangerosité de toute la plante dont l’ingestion peut être mortelle. Il convient de faire attention aux jeunes enfants volontiers attirés par ces grosses clochettes...

Nerium oleander

Laurelle, laurier rose
Que ses fleurs soient blanches, roses ou grenat, le laurier de nos parcs et jardins est l’une des plantes les plus toxiques que l’on puisse rencontrer ; toutes les parties de la laurelle provoquent des empoisonnements violents, souvent mortels. Attention aux jeunes enfants, il y a là un réel danger de mort !

Catharanthus roseus

Pervenche de Madagascar
Hé oui, même notre petite pervenche de Madagascar est une plante extrêmement dangereuse. En cas d’ingestion, la personne (ou l’animal) pourra souffrir de troubles neurologiques et intestinaux et sera confrontée à de graves difficultés respiratoires. La plante contient de nombreux alcaloïdes dont la vincristine et la vinblastine, par ailleurs utilisées en médecine contre certains cancers.

Crescentia cujete

Calebasse, gourde
Attention à ce fruit magnifique, qui se prête admirablement à la fabrication de contenants, voire, s’il est ouvragé, de lampes. La calebasse originaire de la Méso-Amérique est produite par un arbre pas très haut ; le fruit contient une pulpe blanchâtre très toxique, dont certains composés sont proches de l’acide cyanhydrique. A ne pas confondre avec l’autre gourde, Benincasa hispida, qui est une liane rampante et dont le fruit est comestible.

Ficus lyrata

Figuier lyre
Le figuier lyre, qui peut devenir un arbre de taille impressionnante (il y en a un devant l’entrée de la salle de spectacles de la Maison de la culture) est sans doute le plus dangereux du genre Ficus. Sa sève, un latex blanc laiteux, est toxique pour les animaux de compagnie comme pour les humains. C’est la plante d’intérieur d’origine tropicale la plus commune dans les pays tempérés.

Strongylodon macrobotrys

Liane jade
Incontestablement très à la mode et très populaire, notamment pour faire de somptueuses tonnelles, la liane jade pose une interrogation sur sa dangerosité, tous les auteurs n’étant pas d’accord sur le degré de cette toxicité. Par prudence, et compte tenu de l’engouement que cette plante originaire des Philippines suscite, il nous a semblé important de signaler qu’elle pourrait présenter des dangers, même si, encore une fois, tous les spécialistes ne sont pas du même avis sur ce point.

Cassia fistula

Pluie d’or
Lorsque Cassia fistula est en fleur (décembre chez nous), l’arbre disparaît sous une avalanche de fleurs jaunes. Les fruits, de longues capsules, renferment une pulpe qui serait comestible (prudence...), en revanche, les graines, elles, sont toxiques et redoutablement dangereuses, les intoxications qu’elles provoquent en cas d’ingestion ne se limitant pas à de simples troubles intestinaux.

Azalea indica

Azalée
Pas si faciles à faire s’épanouir sous nos latitudes, les azalées sont certes très belles, mais également toxiques. Toutes les parties de cette plante provoquent, en petites quantités, de sérieux maux d’estomac, mais c’est le bulbe qui est le plus dangereux, provoquant, si on le consomme, une salivation extrêmement forte, des vertiges, des vomissements, des diarrhées et de terribles douleurs abdominales.

Brunfelsia australis

Brunfelsie pauciflore
Ce petit arbuste, reconnaissable par sa taille, produit des fleurs qui pourraient être confondues avec les pervenches de Madagascar. Cette plante, riche en brinfelsamidine, provoque de violents troubles neurologiques pour qui la consomme. Elle est particulièrement vénéneuse pour les animaux domestiques.

Caesalpinia pulcherrima

Faux flamboyant
Ce petit arbuste ornemental est fréquent dans les parcs et jardins où il colore en orange, mais aussi en rose foncé les pelouses. Parfois utilisées dans la fabrication de couronnes de tête, ses fleurs et ses graines sont très toxiques. Il convient donc de prévenir les jeunes enfants des dangers de cette plante.

Crinum augustum

Poireau de mer
Qu’il s’agisse de l’espèce à fleurs roses (notre photo) Crinum augustum, ou de l’espèce plus courante à fleurs blanches, Crinum asiaticum, les “poireaux de mer” ou riri, comme on surnomme ici ces Amaryllidacées, présentent les mêmes dangers ; toutes les parties de la plante sont toxiques et même la sève peut provoquer de pénibles irritations sur la peau.

Rédigé par Daniel Pardon le Vendredi 17 Décembre 2021 à 17:03 | Lu 7678 fois