Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Les pensions visent un service de qualité



Tahiti, le 18 février 2020 - Les professionnels de la petite hôtellerie suivent une formation jusqu'à jeudi pour améliorer la qualité de leurs prestations. Cette formation gratuite a permis de mettre au jour certaines lacunes sur lesquelles les professionnels souhaitent travailler.

Les professionnels des pensions de famille suivent une formation jusqu'à demain, dans les locaux de HSF , à Punaauia. Selon la gérante de HSF Espace Formation, Karine Villa, cette formation a pour objectif de leur "donner des outils pour les aider à satisfaire les attentes de la clientèle et de permettre de partager les bonnes pratiques entre gérants de pensions".
 
Sur l'année 2019-2020, la formation des professionnels de la petite hôtellerie a représenté un investissement de 20 millions de Fcfp de la part du Pays. Pour les personnes formées, aucune participation financière n'est demandée. La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, qui était présente hier matin pour rencontrer les professionnels ne cache pas les motifs de cette formation : "Les tours opérateurs et les agences de voyages ont relevé d'excellents produits dans le secteur de la petite hôtellerie. Mais parfois, ils pointent aussi du doigt les mauvais accueils et la qualité même des infrastructures, qui ont parfois besoin d'être rénovées." La ministre rajoute que ces mauvais points peuvent "être destructeurs sur l'image de la destination".
 
Cette formation semble d'autant plus importante que, pour la ministre, la pension de famille est un produit spécifique à la Polynésie. "On est vraiment dans un tourisme d'immersion puisque nos visiteurs, en choisissant ce genre d'hébergement, viennent à la rencontre des familles et des exploitants. Ils participent également aux activités. C'est ce qu'on appelle un tourisme authentique." Avec près de 300 professionnels répartis sur l'ensemble des cinq archipels. De manière générale, Nicole Bouteau relève que "les professionnels en sont conscients, puisqu'ils sont en demande d'accompagnement sur la qualité de service, sur la professionnalisation de leur activité". Il était donc crucial de proposer des formations accessibles au plus grand nombre. D'ailleurs, les formateurs de HSF Espace Formation se déplacent sur les cinq archipels pour rencontrer et former les gérants des pensions.
 

Les bases d'un service de qualité

Ainsi, dans leur formation sur "Les bases d'un service de qualité", qui s'est déroulée en début de semaine, une dizaine de professionnels de la petite hôtellerie ont travaillé sur la conformité et sur l'hygiène. Léonard Tinorua, gérant de la pension Sunset Lodge à Punaauia, en bon élève, explique : "La conformité, c'est tout ce qui touche à la pub que l'on fait. C'est-à-dire qu'il faut faire correspondre les images qu'on met en ligne pour les touristes étrangers, et la vraie pension. On ne va pas mettre une photo de plage de sable blanc si on est situé côté montagne par exemple." Pour ce qui est de l'hygiène, il était notamment question des chambres et bungalows. Le formateur a donc décrit les attentes de la clientèle avant de proposer un focus sur le nettoyage des espaces. De manière plus pratique, il a aussi été question de la connaissance des habitudes alimentaires des clientèles française, européenne, américain et asiatique, pour proposer des repas susceptibles de satisfaire la majorité.

L'hygiène alimentaire

Pour les deux derniers jours de formations, il sera question de l'hygiène alimentaire. Les professionnels seront sensibilisés au b.a.-ba des règles d'hygiène de base en cuisine. Elles concernent la réception et le stockage des denrées et des produits, la préparation des repas, les règles à suivre pendant le service et les bonnes pratiques en matière d'élimination des déchets.

Léonard Tinorua Gérant de la pension Sunset Lodge à Punaauia

"Je pensais que je connaissais tout. Mais je découvre plein de choses"

Pourquoi avez-vous choisi de participer à cette formation ?
"J'ai voulu participer déjà parce que c'est une formation gratuite. Et puis, moi, j'accueillais les touristes à la polynésienne. Comme on a l'habitude de faire à la maison. Mais dans une pension de famille, c'est autre chose. Et ça, je l'ai bien vu hier [lundi, ndlr] !"
 
Vous avez appris de nouvelles choses ?
"Je pensais que je connaissais tout. Mais en fait, je découvre plein de choses que je ne connaissais pas, que je ne maîtrisais pas. Sans compter qu'il y a des choses comme la conformité que je négligeais. On apprend beaucoup sur les méthodes de travail, sur les outils de travail, que je ne possédais pas jusqu'alors. Maintenant je vais pouvoir les mettre en pratique et aussi les transmettre à mes employés. Même au niveau de la présentation de la nourriture, je ne savais pas comment m'y prendre en fait. Je ne savais pas qu'il fallait respecter une certaine température pour la présentation, ou qu'il fallait éplucher les fruits comme les 
mangues !"

Vous allez donc changer vos mauvaises habitudes ?
"Bien sûr ! Aujourd'hui, je vais m'acheter des appareils pour présenter mes produits à une température adéquate. Ensuite, j'aimais bien respecter l'intimité des touristes quand ils séjournaient chez moi. S'ils restaient dix jours, je ne rentrais pas dans leur chambre. Mais il y a peu, j'ai décidé d'assurer le ménage et le changement des draps plus régulièrement pendant leur séjour. Et lors de la formation, on m'a confirmé que c'est bien ce qu'il fallait faire."

Rédigé par Ariitaimai Amary le Mardi 18 Février 2020 à 18:00 | Lu 1142 fois






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Mars 2020 - 12:15 Covid-19 : La solidarité, le maître-mot

Samedi 28 Mars 2020 - 11:50 L'école à la maison à compter du 6 avril

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus