Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Les leaders polynésiens veulent "taper du poing sur la table"



PAPEETE, le 15 juillet 2015 - Six des huit membres du Polynesian leaders group (PLG) ont rejoint la Polynésie pour s'entendre sur les termes d'un pacte en prévision de la COP 21. Ils ont été accueillis mercredi matin à la présidence par une cérémonie traditionnelle avant de s'assoir autour d'une même table pour la journée. Bilan des discussions ils entendent frapper fort en décembre.

Tout a commencé par une cérémonie d'accueil traditionnel à 8 h 30 à la présidence. Les artistes ont dansé et chanté aux pieds des sept leaders polynésiens : Édouard Fritch, président de la Polynésie française, pays hôte, Toke Talagi, premier de Niue, président en exercice du PLG, Henry Puna, premier ministre des Îles Cook, Tuilaepa Sailele Malielegaoi, premier ministre de Samoa, Aliki Faipule Siopili Perez, Ulu de Tokelau, Akilisi Pohiva, premier ministre de Tonga et Enele Sosene Sopoaga, premier ministre de Tonga. Seul manquait à l'appel, le leader des Samoa américaines.

Trois discours d'ouverture ont lancé les festivités : celui de Toke Talagi, premier de Niue et président en exercice du PLG, celui de Lionel Beffre, Haut-commissaire et celui d'Édouard Fritch, président de la Polynésie française. Les discussions ont suivi sans attendre.

DIMENSION POLITIQUE

Cette première journée de travail du PLG était consacrée aux discussions et échanges relatifs au Polynesia against climate threats (PACT). Un document de quatre pages concentrant les messages des territoires de Polynésie à porter à la COP 21. "C'est la première fois que nous, les polynésiens, les Mélanésiens et les Micronésiens, avons l'occasion de nous faire entendre à haut niveau", a rappelé Édouard Fritch mercredi à l'issue des discussions. "Nous aurons même un entretien en tête-à-tête avec le Président de la république en amont de la COP 21. François Hollande nous l'a promis à Nouméa". Des rendez-vous que les membres du PLG ont la ferme intention d'honorer.

Alors que la première version du Pact s'attardait essentiellement sur les aspects environnementaux et scientifiques, sur les solutions testées ou envisagées, sur les actions à mener, une deuxième version plus "politique" se prépare. "Le sentiment est unanime", a résumé Toke Talagi. "On a souhaité ajouté une dimension politique pour pouvoir être entendu. Il nous faut prendre les informations scientifiques, les utiliser pour apporter une autre lumière à notre point de vue. Il faut dire au monde la réalité des choses et prendre des décisions, enfin, qu'elles soient désagréables ou agréables." Les membres du PLG se sont dits las devant la "lenteur des choses". "Il y a pas mal de personnes en place qui n'ont pas eu le courage de prendre les décisions qu'il faut". Le temps passe, les discours se répètent, rien ne change. "Il nous faut taper du point sur la table" a martelé Akilisi Pohiva.

Par ailleurs, il ressort des discussions le besoin de trouver un ou des "partenaires" plus puissants, la France, l'Europe ou tout autre volontaire qui aurait une vision partagée des problématiques des petits États insulaires du Pacifique. Enfin, dernier point, et pas des moindres, les finances. "Il faut que les grandes nations, qui remplissent des caisses de fonds bleus, de fonds verts, etc. les utilisent vraiment à la lutte contre le changement climatique." Des fonds auxquels les membres du PLG disent avoir peu ou pas d'accès en raison notamment de difficultés administratives. Les dossiers très compliqués à constituer. Le Pact deuxième version, doit être signé aujourd'hui sur le marae Taputapuatea de Raiatea. Les discussions, suivies de près par Marie-Hélène Aubert, conseillère auprès du Président de la République pour les négociations internationales climat et environnement et par Marc Vizy, conseiller auprès du Président de la République pour l'outremer seront rapportées mot par mot au chef de l'État.



"Le changement climatique ne doit pas nous mettre sur la défensive"

Dans son discours d'ouverture, Édouard Fritch a conclue en expliquant que "le changement climatique ne doit pas seulement nous mettre sur la défensive et nous positionner en tant que victimes. Il doit aussi être l'occasion de mettre en avant nos formidables atouts et capacités d'adaptation. Nous sommes le peuple de la pirogue qui a traversé de bout en bout le plus grand océan de la planète, et nous n'avons pas peur de relever les défis qui se posent à nous. Le changement climatique présente de nouvelles opportunités de développement durable que nous devons saisir."

"Je me ferai un honneur de faire entendre cette déclaration au plus haut niveau de l'État"

Lionel Beffre, Haut-commissaire, a insisté dans son discours d'ouverture sur son rôle : "Je me ferai un honneur et un devoir de faire entendre cette déclaration au plus haut niveau de l’État français. Et nul ne doute que la voix des dirigeants polynésiens, appuyée d’une argumentation scientifique spécifique sur la vulnérabilité des îles basses polynésiennes et océanienne face aux effets du changement climatique, résonnera lors de la grande conférence internationale de cette fin d’année."

"Nous ne sommes pas restés les bras ballants"

Toke Talagi, premier de Niue et président en exercice du PLG, a insisté sur les actions des petits pays insulaires dans son discours d'ouverture. "Nous sommes ici pour montrer que nous ne sommes pas restés les bras ballants et que nous prenons nos responsabilité envers la planète, envers nos enfants."


Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 15 Juillet 2015 à 18:39 | Lu 1236 fois






1.Posté par teivatane le 15/07/2015 19:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On veut des sous pour acheter des gros 4x4 qui polluent ....et qui nous permettront d'acheter encore plus de 4x4...
Le développement durable quoi !!!!!!

2.Posté par TIHOTI le 16/07/2015 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois qu'au niveau de notre territoire il serait bon de balayer devant notre porte avant toute chose car pour ce qui est de l'environnement , tout est a faire ici ! Ne prenant que Tahiti , la pollution de l'air par les voitures est enorme car pas de controle technique et nombre d'epaves qui roulent toujours , et dans les îles , on en parle même pas .Une politique de l'energie basée sur le petrole , les autres energies pas vraiment encouragées , pas d'eau potable , pas de station d'epuration , etc etc.....La liste est longue .Alors que la Polynesie Francaise est surement la mieux dotée en moyens par rapport au reste du pacifique sud , elle ne donne vraiment pas l'exemple et la fibre ecologique est pratiquement inexistante

3.Posté par Olivier le 16/07/2015 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout a fait d'accord avec TIHOTI, il faut commencer par "balayer devant sa porte". Avant de prononcer des discours lénifiants sur le développement durable et le recours aux énergies propres et renouvelables (ENR), il faudrait peut être commencer par arrêter de subventionner en catimini l'électricité d'origine thermique fossile produite par EDT. Aujourd'hui, c'est une aide déloyale (vis a vis des ENR) que l'on donne via le FRPH au concessionnaire, de 25,545 F/l au fioul brulé par les groupes EDT, dont la combustion est pourtant très polluante tant localement (émanation de NOx et de SO2) que globalement (CO2). Cette subvention contribue aussi au profit considérable du délégataire EDT dont la justice avait pourtant déjà estimé la marge déraisonnable ! (décision de la CAA de Paris du 01/07/2014).

4.Posté par michel le 16/07/2015 09:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi, je ne fais pas de politique; je suis venu pour assister au HEIVA , tout simplement superbe !!!!!!!!

mais j'ai constaté quand même , lors des ballades des monticules de déchets, d'ordures, et le reste.......

Aussi ,en métropole, nous avons les contrôles techniques tous les deux ans, avec maintenant les vignettes
de couleur concernant la pollution; c'est consternant l'air vicié que j'ai pu respirer
et peu de nuits se sont déroulées dans le calme: les chiens, les camions à trois heures du matins ,
je ne devais pas être dans un quartier calme mais dans une zone sensible vu les comportements de certains

oui ,vous avez beaucoup de boulot !!!!!!!
en tous cas , bravo pour votre équipe de beach soccer

5.Posté par COOL RULER le 16/07/2015 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"taper sur la table" ? Les "leaders polynésiens" ? Wow, Obama et Jimping ont du s'enfermer dans leur blockhaus en apprenant la nouvelle. Je ne serai pas étonné qu'ils annulent leur venue à Paris.

Je rejoins les autres commentateurs sur le fait qu'avec les moyens dont dispose la PF, la première des choses serait de se faire tout petit et de commencer à bosser mais bon, l'espoir ...

6.Posté par simone grand le 16/07/2015 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh oui pa'i,
c'est facile de déclamer la main sur le cœur l'autre dans la poche.
déclamer c'est vraiment la mode dans tous les domaines

7.Posté par Tiarelantana le 16/07/2015 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vérité sur le réchauffement de la planète selon le rapport de 125 experts scientifiques adressé au président de l'ONU sur www.contrepoints.org

8.Posté par coyote le 16/07/2015 17:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils tapèrent sur la table avec leurs petits poings ! et ?

9.Posté par Sebulba le 28/07/2015 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle grosse et mauvaise blague ... cette simili-fougue politique ne relève que de la mascarade !

Avant de pouvoir crier à l'urgence encore faudrait-il être un peu plus crédible et commencer par faire preuve d'un semblant de courage politique à l'échelle locale ... Les exemples sont légion mais commencer par instaurer le contrôle technique en vue de limiter la circulation de poubelles ultra-polluantes serait un bon début. Instaurer le tri sélectif généralisé y compris dans les poubelles de rue et faire en sorte que ces déchets soient recyclés sur place et pas en Malaisie, ça créerait de l'emploi et ça limiterait les émissions de CO² liées au transport. Miser sur les énergies renouvelables au lieu de s'apprêter à noyer une vallée entière pour un barrage, .... enfin bref, charité bien ordonnée commence par soi-même !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus