Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Les kiters de Moorea attendent un rendez-vous avec le maire



La photo de famille des défenseurs de la pratique du kitesurf à Moorea, ce samedi sur la plage de Tiahura.  "Réglementation et non interdiction" était le mot d'ordre.
La photo de famille des défenseurs de la pratique du kitesurf à Moorea, ce samedi sur la plage de Tiahura. "Réglementation et non interdiction" était le mot d'ordre.
TIAHURA, le 8 août 2015. Environ 70 personnes étaient réunies, ce samedi en fin de matinée, sur cette plage de Moorea où le kite est désormais interdit par arrêté municipal. Les kiters souhaitent avant tout renouer le dialogue pour avancer dans le sens d'une réglementation.

Depuis le 23 juillet dernier, pratiquer le kitesurf à Moorea est devenu mission impossible. Un arrêté municipal, dont la validité court jusqu'en 2021, interdit ce sport dans les zones de Tiahura, Temae et Tahiamanu. Autant dire partout. Le spot de Tiahura (sur la plage des Tipaniers) était jusque là le spot N°1 de la pratique de ce sport à Moorea. C'est là que les conditions optimales sont assurées quasiment 115 jours/an avec un vent stable et du sable sous les pieds : de quoi démarrer en toute sécurité. Sur les autres spots de l'île, la pratique est limitée aux conditions du vent (à peine 15 ou 20 jours par an) et à des kiters plus aguerris, car les conditions sont nettement plus dangereuses. "Cet arrêté d'interdiction conduit à mettre tous les pratiquants de ce sport en danger" indique Franck Grassi, secrétaire de l'association Moorea Kitesurf.

Depuis que l'arrêté municipal d'interdiction est tombé, quelques kiters ont été gentiment priés de quitter la plage. Il n'y a pas eu encore de PV dressé. Depuis, l'association Moorea Kitesurf tente, sans succès jusqu'ici, de renouer le dialogue. Un courrier avec une demande de rendez-vous a été adressé au maire il y a deux jours, mais n'a pas encore reçu de réponse. Ce que ne comprennent pas les pratiquants de ce sport c'est qu'il y a eu interdiction pure et simple, en prenant prétexte d'une altercation, au lieu d'une réglementation qui aurait permis à tous les publics de cette plage de cohabiter en bonne intelligence. "L'activité présente un risque c'est sûr, mais c'est comme sur la route, il faut des règles. Ça doit pouvoir se gérer. S'il fallait interdire tout ce qui est dangereux alors il faudrait interdire le jetski et pourquoi pas la baignade".

Par ailleurs, les éventuelles situations conflictuelles restent rares. Il faut pour cela la combinaison des vacances ou de week-ends, avec un afflux important de "touristes", mais aussi les conditions de vent requises, pour que sur cette plage publique de Tiahura on puisse se retrouver à l'étroit. D'autant que de mémoire de kiter, depuis 15 ans que cette activité est apparue sur l'île de Moorea, il n'y a pas eu d'accident notoire. Ironie de la situation, ce samedi pendant le rassemblement sur la plage, les voiles n'étaient de sortie que pour l'illustration car le vent n'était pas au rendez-vous. Le kitesurf est aussi une activité appréciée des touristes : à Moorea on compte deux écoles de kitesurf et trois fournisseurs de matériel.


Rédigé par Mireille Loubet le Samedi 8 Août 2015 à 16:18 | Lu 1621 fois







1.Posté par septique le 09/08/2015 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

perdez pas votre temps en rendez vous, foutez le au tribunal administratif cet arrêté pour le faire annuler !

2.Posté par Franck le 10/08/2015 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai que cela ne donne pas une image très moderne et attractive pour Moorea.
Le Kitesurf avec le paddle sont les sports de glisse inscrits dans la tendance. D'autres destinations l'ont bien compris.
De plus en plus d'entrepreneurs à succès, de cadres dynamiques pratiquent ces activités.
Ces interdictions renvoient une image négative de l'île et d'autant plus dans la manière dont est abordé le problème...il semblerait qu'aucune solution n'est été cherchée. On interdit et point barre...n'y a t-il vraiment pas d'alternative...pas joli joli tout ça :/

3.Posté par kikik le 10/08/2015 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De toute façon c'est la manière de faire de ce maire : Problème il y a, on interdit sans se poser de question.
Beaucoup d'exemples, pétanque au fond de la baie de Paopao, Maria Tapas, baignade au quai de débarquement des bateaux à Paopao... Au lieu de réglementer il interdit. Les gens n'ont plus le droit de rien faire sur cette île et la délinquance monte...Mr le maire réagit !

4.Posté par Papaya le 10/08/2015 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet arrêté ne permet pas seulement à mettre les pratiquants en danger mais à mettre les baigneurs hors de danger car les baigneurs et leurs enfants font confiance à leur bon sens et l'instinct de préservation du danger car quant une dizaine de kitters passent à moins de 5 mètres du rivages on attend pas d'arrêté pour se mettre en sécurité et du coup pas d'accident puisque les baigneurs ne veulent pas prendre de risques. Économiquement quelle part de marché apporte cette discipline par rapport à un tourisme traditionnel?

5.Posté par tari le 10/08/2015 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le maire de la commune prefere voir la plage fréquentée par des délinquants et des poivrots plutôt que par des touristes et une population active et dynamique pratiquant une activité aquatique. le respect s'apprend...il suffit de mettre à plat les choses et de communiquer ! que fait le maire ? croit il avoir tout pouvoir et bloquer la com ? ! connait il la democratie ?

6.Posté par Rio le 10/08/2015 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y en a assez du discours ambiant "pas touche aux voiles, parce que c'est cool".

Quant t'es nageur, te prendre un gars qui va à 40 km/h sur la tête c'est pas agréable.

Quand les kiteurs squattent totalement les plages, ce n'est pas une situation normale.

7.Posté par rotui le 10/08/2015 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dis moi Rio, peux-tu nous donner des exemples de nageur ayant reçu un kiteur sur la tête à Moorea ???
moi je souviens de plusieurs nageurs ayant été découpé par des helices de bateau. A-t'on interdit aux bateaux de naviguer pour autant ?

c'est sur que c'est pas agréable pour les baigneurs de voir ces kiteurs squatteurs sur la plage, mais si tu viens durant les jours ou le vent est fort, je peux te dire qu'il n'y a pas beaucoup de baigneurs qui viennent sur ce spot.
Les baigneurs choisissent plutôt les plages à l'abri du vent, non ??

8.Posté par Simone grand le 10/08/2015 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SApristi avons-nous affaire à à des muets butés?
Négocier est signe de civilisation
L'interdiction sans concertation c'est nul

9.Posté par emere cunning le 10/08/2015 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Franck,
Sapristoche, parce que "le kitesurf est tendance et que des entrepreneurs à succès et des cadres dynamiques" pratiquent cette activité, les familles de baigneurs n'ont plus qu'à aller se rhabiller et c'est bon, bon, bon ! Comme tu y vas Franckie! Résultat des courses à force d’avertissements qui n’ont rien donné, on est arrivé à la solution extrême, INTERDIRE. Eh oui, y'a plus que ça pour vous donner à réfléchir et partager un petit coin de parasol et un bon bain tranquilos.

10.Posté par emere cunning le 10/08/2015 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Simone Grand,
négocier quoi donc ? Ah oui, qu'ils déploient de moitié leur pauma pour laisser aux familles un bout de plage ! C'est bien sûr, fallait y penser. Bravo Simone ! lol

11.Posté par rotui le 11/08/2015 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Cunning
Sapristoche de sapristoche, donc pour toi " partager un petit coin de parasol et un bon bain tranquilos" revient à interdire à une catégorie de personnes l'accès à ce petit coin.
Je n'ai pas l'impression que tu connaisses la signification du mot PARTAGE.
comme le dis si bien Simone : négocier est signe de civilisation et l'histoire nous à montrer à mainte reprises de quoi est capable le genre d'individu pour qui la négociation n'existe pas.
Fort heureusement pour nous, toi et ton maire n'avez pas beaucoup de chance de vous retrouver aux commandes d'un pays un jour.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 9 Décembre 2017 - 19:41 French blue contre-attaque et casse les prix

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance