Tahiti Infos

Les jeunes d’aplomb pour la Aimeho Va’a


La Aimeho Va'a se déroulera le 26 et 27 avril à Moorea.  Crédit : archive Tahiti Infos
La Aimeho Va'a se déroulera le 26 et 27 avril à Moorea. Crédit : archive Tahiti Infos
Tahiti, le 19 avril 2024 - Ce vendredi, l’USSP a annoncé le départ prochain de la 20e édition de la Aimeho Va’a Race, les 26 et 27 avril. Une édition anniversaire qui accueillera 510 élèves pour 33 équipes, où les collèges de Bora Bora chez les piriteina, de Rurutu chez les teina et le lycée Tuianu Le Gayic chez les taure’a vont tout faire pour pérenniser leur règne. Un règne durement acquis en 2023, après avoir bouclé les 43 kilomètres de la course en première position dans leur catégorie.

La Aimeho Va’a Race, c’est cette course incontournable dans le va’a scolaire où les élèves de quatre archipels (les îles Marquises sont absentes de la course) de Polynésie ont l’occasion de faire briller leur établissement. La Hawaiki Nui des jeunes, en quelque sorte. La 20e édition se déroulera le week-end prochain, les 26 et 27 avril. 43 kilomètres à parcourir dans le lagon de Moorea où 510 élèves venus des quatre coins du Fenua s’affronteront dans un relais endiablé, départ baie de Pao Pao pour une arrivée à Tema’e. “Dans le lagon, car les scolaires ne peuvent pas en sortir, indique le règlement”, explique François Dherbecourt, directeur de l’Union du sport scolaire polynésien (USSP). “Et tant mieux, vu les conditions météorologiques annoncées les jours de course”, ajoute-t-il. Apparemment, cette 20e édition s’annonce musclée.
 
En même temps, c’est l’objectif de cet événement, reconnu comme “grande manifestation du pays” et labellisé “Grande cause nationale 2024” : promouvoir l’activité physique chez les jeunes et la replacer au cœur du quotidien. Mais c’est aussi une échéance très attendue chez ces jeunes rameurs, qui attise leur esprit de compétition. La Aimeho à Moorea, c’est “quelque chose de fort”, raconte François Dherbecourt, ancien prof d’EPS sur l’île Sœur. C’est d’autant plus important de la perpétuer, alors qu'elle avait connu trois années d’absence durant les années Covid de 2020 à 2023, date de la reprise. “Historiquement, la première course était un déplacement entre le collège de Afareaitu et le collège de Pao Pao. Depuis, l’événement a bien grandi, passant de six équipes il y a 23 ans à 33 équipes aujourd’hui.”
 
Une course inclusive
 
La course s’étale donc sur deux journées. La première journée, vendredi 26 avril, concerne les élèves en situation de handicap cognitif des établissements spécialisés comme le centre Papa Nui, l’IIME de Paea, la classe Ulis du collège de Pao Pao et pour la première fois la Fraternité chrétienne. En tout, 30 élèves en situation de handicap tenteront de boucler une distance équivalente à la course du lendemain (soit 43 kilomètres) sur une boucle d’1,5 kilomètre en enchaînant les relais à bord de deux V12. Pour arriver au terme de ces 43 kilomètres, une distance qui est loin d’être anodine pour les non-initiés, ces élèves seront coachés par les jeunes de l’option va’a du collège de Pao Pao et leur expérience de la rame.
 
Cette course avant la course a été mise en place en 2019 par l’USSP, qui a fait de l’inclusion un cheval de bataille. Encore plus durant ces dernières années teintées d’olympisme, afin que tous les jeunes sans exception puissent profiter du sport. “Il n’y a pas de classement, c’est un relais collectif pour essayer d’atteindre ensemble la distance de 43 km, la même que le lendemain. C’est devenu un événement attendu pour les élèves des établissements spécialisés dans les handicaps. L’idée, c’est qu’un jour, un de ces élèves puisse faire la grande course du samedi, même si j’estime que celle du vendredi est déjà une grande course”, témoigne le directeur de l’USSP.
 
Les taure’a rentrent dans la course
 
Le samedi, les hostilités débuteront avec le départ des 33 équipes représentant les collèges et lycées de quatre archipels de la Polynésie française, et qui feront tout pour s’imposer dans leur catégorie sur le parcours de 43 kilomètres ponctué de neuf étapes. “Il y aura des changements d’équipe à chaque étape grâce au bateau suiveur, et les équipes sélectionneront leurs rameurs et rameuses les plus frais pour la dernière étape”, le sprint final, dit François Dherbecourt. Cette année, la compétition devrait même augmenter en intensité car après la phase test de 2023, la catégorie des taure’a sera officiellement intégrée dans le classement. Les 14 équipes de cette catégorie d’open lycée et de post-bac rejoignent elles aussi la course au titre, qui aurait dû être remporté l’année dernière par le lycée Tuianu Le Gayic, arrivé premier de la catégorie lors de la phase test.

Rédigé par Tom Larcher le Vendredi 19 Avril 2024 à 18:39 | Lu 579 fois