Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Les hôpitaux doivent mieux "repérer les soins non pertinents" (Igas)



PARIS, 21 février 2014 (AFP) - Face à la "forte croissance" de l'activité hospitalière, qui "pose problème du point de vue financier", l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) recommande dans un rapport, publié vendredi, d'améliorer le repérage des "soins non pertinents".

Dans ce rapport, l'Igas rappelle que, selon une étude publiée en 2011 par la Direction générale de l'offre de soins (DGOS), 10,3% des lits d'établissements de santé seraient occupés de manière injustifiée (sans délivrance de soins) pour une journée donnée. Ainsi, 7% des hospitalisations se révèleraient inadéquates soit au cours du séjour, soit dès l'admission (environ 3%). Le coût total de ces séjours non pertinents s'élèverait à 2,3 milliards d'euros, selon les calculs de la DGOS.

De plus, l'activité hospitalière est en "forte croissance", observe l'Igas, une situation qui "pose problème du point de vue financier et nécessite une régulation".

Entre 2009 et 2011, le nombre de séjours en établissements de santé a augmenté de 1,8%, et la hausse des "séances" (sans hospitalisation complète) s'élève à 8,2%, relève l'Igas. La progression du nombre d'actes est coûteuse, et n'est bénéfique que si elle s'accompagne d'un "maintien de la qualité" et d'une "amélioration de la pertinence des soins", affirme l'Igas.

De "nombreux facteurs" expliquent la croissance de l'activité, selon les inspecteurs, notamment le vieillissement de la population, l'évolution de son état de santé ou encore des facteurs structurels. Mais le phénomène est "principalement" dû à un changement dans les pratiques médicales et au progrès technique. Les dépistages sont plus efficaces, de nouveaux traitements apparaissent, les séjours deviennent dès lors moins longs mais plus chers, et se multiplient.

Ces bouleversements vont se poursuivre, assure l'Igas, qui préconise aussi de "renforcer le suivi, l'analyse et la prévision de l'activité hospitalière", en développant la recherche prospective.

Rédigé par () le Vendredi 21 Février 2014 à 08:46 | Lu 515 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies