Tahiti Infos

Les forains prennent leurs marques


Lesta Parker et un autre forain, Joinville Reva, ont procédé aux mesures pour lancer la construction des stands (Crédit : Anne-Charlotte Lehartel).
Lesta Parker et un autre forain, Joinville Reva, ont procédé aux mesures pour lancer la construction des stands (Crédit : Anne-Charlotte Lehartel).
Tahiti, le 29 avril 2024 – Au PK 0, le comité Teahupo’o Hava’e Horue a donné ce lundi le coup d’envoi de la construction des baraques, à moins de trois semaines des Trials de la Shiseido Tahiti Pro. Parmi les défis de cette édition à deux mois des JO, les forains devront à nouveau s’accommoder d’une surface réduite, mais aussi d’une gestion “plus stricte” des eaux usées. 

 
Cette année, la Shiseido Tahiti Pro a été avancée du 22 au 31 mai, soit deux mois avant les épreuves de surf des Jeux olympiques de Paris 2024. Et comme chaque année depuis la première édition de 1997, les forains du comité Teahupo’o Hava’e Horue seront au rendez-vous. “Le retour de la compétition au mois de mai, ça nous rappelle de bons souvenirs avec de belles séries de houle !”, se réjouit Lesta Parker, trésorier et porte-parole de l’association.
 
Mais avant l’entrée en scène des surfeurs, cette semaine, l’heure est aux préparatifs. Objectif : inaugurer les baraques la veille du week-end des Trials, qui se tiendront le 18 ou 19 mai. Les forains ont donc moins de trois semaines pour monter leurs stands. “On a participé à plusieurs réunions, et jusqu’à la semaine dernière, on ne savait pas si on serait sur la plage ou pas”, déplore Lesta Parker. Si le délai est relativement court, il n’est pas pour autant insurmontable.
 

Une gestion “plus stricte” des eaux usées


Ce lundi matin, les mesures sur la plage du PK 0 ont finalement donné le coup d’envoi de la construction, qui se fera avec le soutien de la commune. Si la nouvelle passerelle piétonne devrait être inaugurée avant la compétition, en attendant, le comité continue de composer avec le chantier. “On va faire comme l’an dernier, avec des stands plus petits, en espérant que les tôles seront retirées pour que ce soit plus agréable pour les visiteurs. Ce n’était pas extraordinaire, l’an dernier, mais on a quand même pu bien travailler. C’est l’objectif pour les familles, mais on est aussi là pour animer le village”, remarque Lesta Parker.
 
Parmi les nouveautés, “ça va être plus strict au niveau du service de l’hygiène concernant les eaux usées : on va tout récupérer dans un bac et pomper pour évacuer, alors qu’avant on fonctionnait avec un puisard”, annonce le trésorier. Durant l’événement, les véhicules n’auront plus accès à la plage, dont la partie haute, criblée de trous, sera aplanie. Les visiteurs pourront s’orienter vers le parking payant de Patrick Ng Pao, côté montagne, qui sera gratuit pour les résidents de la rive gauche de la rivière.
 

Et pendant les JO ?


Au total, huit grandes familles de Teahupo’o participeront à cette nouvelle édition. Par manque de place et de temps, Lesta Parker a préféré renoncer, aussi pour se préparer pour le rendez-vous olympique de juillet. Les forains seront de la fête, mais pas sur la plage pour des raisons de logistique et de sécurité. Un déchirement qui se traduira par un déménagement sur le terrain Ng Pao, mais qui n’empêche pas le comité de souhaiter “marquer le coup pour les JO” avec des habillages aux couleurs locales plus prononcés.
 

Rédigé par Anne-Charlotte Lehartel le Mardi 30 Avril 2024 à 13:09 | Lu 1943 fois