Tahiti Infos

Les factures d'électricité explosent à Moorea


Tahiti, le 19 juin 2023 - Mauvaise surprise pour les habitants de Moorea qui ont vu leur facture d'électricité exploser. De 5 000 à 60 000 Fcfp pour certains, la différence est énorme. L'Épic Te ito rau no Moorea-Maiao, qui a repris en régie la gestion de l'électricité depuis le 1er janvier dernier, reconnaît une “erreur”, promet de trouver des solutions “au cas par cas” et assure qu'il n'y aura “plus de souci” dès le mois de juin.  
  
“Je tiens avant tout à m'excuser auprès de la population pour les désagréments subis qui sont, en partie, indépendants de notre volonté. Si j'avais été à la place des abonnés, j'aurais eu la même réaction”, a d'emblée reconnu Lionel Lesage, le directeur général de l'Épic Te ito rau no Moorea-Maiao, qui a vu l'explosion des messages sur les réseaux sociaux en fin de semaine dernière. En effet, de nombreux habitants ont eu la mauvaise surprise de voir leur facture d’électricité exploser. Le directeur de l’Épic, qui a repris en régie la gestion de l'électricité sur l’île Sœur depuis le 1er janvier dernier, explique à Tahiti Infos que le problème vient du décalage qu'il y a eu au niveau de certaines relèves : “Une partie de la population a reçu des factures pour le mois de février calculées sur dix jours, donc c'était une facture assez faible. Mais en avril, la relève a pris en compte les vingt jours restants de février, en plus des trente jours de mars, soit cinquante jours. Donc effectivement, ça a choqué la population, c'est normal.” Et pour cause !
 
“On ne vit plus là, on survit !”
 
Recevoir une facture de 60 000 Fcfp quand on a l'habitude de payer 5 000 Fcfp par mois, ça fait mal au porte-monnaie. D'autant que beaucoup d'abonnés n'ont tout simplement pas cette somme sur leur compte en banque. “J'avais une facture aux alentours de 6 000 Fcfp à peu près, et d'un coup, je me retrouve à devoir payer plus de 40 000 Fcfp ! Et d'autres personnes que j'ai vues gagnent le Smig et ont reçu une facture de 70 000 Fcfp ! Comment elles font ? On ne vit plus là, on survit ! On ne va pas travailler uniquement pour payer le courant quand même”, s'agace Valéline Papara, épouse Agnie, à l'origine de ce “coup de gueule” sur les réseaux et jointe ce lundi par Tahiti Infos.
 
“Il n'y aura pas de pénalités”
 
“Je suis entièrement d'accord ! C'est vraiment une erreur et on s'excuse auprès de la population”, concède, de son côté, Lionel Lasage. “Évidemment, il n'y aura pas de pénalités, on va faire des régularisations, des facilités de paiement, recalculer certaines factures”, poursuit-il, essayant néanmoins de temporiser : “Quand on lisse sur l'année, la facturation a été faite par rapport à la consommation réelle. Il n'y a pas eu d'augmentation. Les personnes qui ont de grosses factures aujourd'hui, avaient des factures anormalement basses précédemment.” Certes. Il n'en demeure pas moins que la différence est énorme et que tout le monde ne peut pas s'acquitter de tels montants. Pourtant, il faut bien payer, sinon, plus de courant.
 
Du “cas par cas”
 
D'autant que le calcul n'est pas le même selon qu'il s'agit d'une facturation sur trente ou cinquante jours, puisque l'on passe à la tranche supérieure. Lionel Lasage se veut rassurant et affirme que “pour ces dépassements de tranches, ce sera soit remboursé, soit défalqué sur les prochaines factures”. Mais il reconnaît que ce n'est pas simple et qu'il faut que les abonnés viennent à l'agence pour étudier leur situation au “cas par cas”, notamment pour ceux qui sont en prélèvement automatique. Or, il n'y a qu'une seule agence qui se situe à Vaiare et elle ferme à 15 heures. “J'habite à Pao Pao et je n'ai pas pu y aller aujourd'hui. C'est de l'autre côté de l'île. Je vais essayer d'y aller demain matin mais c'est vraiment compliqué.”
 
"Ce qui est certain aujourd'hui, c'est que les factures seront désormais effectuées sur trente jours, que ce soit de l'auto-relève ou des factures estimées. Donc à partir du mois de juin, il n'y aura plus aucun souci”, promet ainsi le directeur de l'Épic.
 
Lionel Lasage a bien évidemment été contacté par les élus de Moorea qui étaient très sollicités par la population. Mais le directeur de l'Épic a tenu à dédouaner toute responsabilité communale : “Je tiens à préciser que la responsabilité de ce désagrément revient à l'Épic, pas à la commune. La commune a créé une société dont j'ai la charge et les employés sont complètement indépendants. Ce ne sont pas des agents communaux.”
 
Un collectif est envisagé
 
Quant à la promesse faite lors de la création de l'Épic de faire baisser le prix de l'électricité, Lionel Lasage relativise et préfère parler de prix “modéré”. Avec l'installation, dès 2024, de centrales solaires en complément des centrales thermiques, il assure que cela permettra de pallier l'augmentation du prix du combustible et ainsi de stabiliser le prix de l'électricité. “Dans les autres îles, le prix de l'électricité a augmenté. Nous, on n'augmente pas. On sait qu'avec le prix des hydrocarbures qui augmente en permanence, si on était resté uniquement avec des centrales thermiques à Moorea, le prix aurait flambé.”
 
De son côté, Valéline Papara Agnie ne décolère pas et n'entend pas en rester là. “Encore ce matin, j'ai eu des témoignages, beaucoup de gens m'envoient des messages. Même quand je vais au magasin, on me soutient.” Elle réfléchit à monter un collectif avec d'autres abonnés mécontents pour être sûre que leur situation soit réglée rapidement. Le fait qu'il n'y ait qu'une seule agence sur l'île, située à Vaiare, n'arrange rien. Un souci dont a bien conscience le directeur de l'Épic qui a pour projet “de délocaliser de l'autre côté de l'île”.
 
 

Lionel Lasage, directeur général de l'Epic Te ito rau no Moorea-Maiao
Lionel Lasage, directeur général de l'Epic Te ito rau no Moorea-Maiao

Rédigé par Stéphanie Delorme et Vaite Urarii-Pambrun le Lundi 19 Juin 2023 à 17:35 | Lu 2718 fois