Tahiti Infos

Les PNC d’ATN au front


© DR
© DR
Tahiti, le 6 juillet 2023 - Après plusieurs jours de grève, aucun protocole d'accord n'a été trouvé entre la direction d’Air Tahiti Nui et les deux syndicats grévistes. Les incertitudes sur les vols perdurent tandis que les grévistes se montrent intransigeants.
 
“On va mobiliser les troupes pour tenir sur la durée”, indiquait sur le piquet de grève, jeudi, Magali Juventin, déléguée syndicale de A ti'a i mua, l'un des deux syndicats du personnel naviguant d’Air Tahiti Nui en grève. Sous un chapiteau installé devant le siège social de la compagnie aérienne, les grévistes arboraient fièrement leurs pancartes. “Plus de considération pour notre métier”, c'est ce qui ressort du lot des revendications.
 
Michel Monvoisin, p-dg de la compagnie, a été contraint de lâcher du lest. Alors qu'il avait été question de faire passer le nombre d'heures de vol minimum de 67 à 75 par mois, la direction a laissé tomber cette possibilité. Cette dernière a convenu que les 5% d'effort fait sur le salaire lié à la crise Covid seront restitués à compter du 1er juillet 2023 et non plus du 1er janvier 2024 comme cela était initialement prévu. “Les 5% restitués étaient déjà acquis”, commente Magali Juventin. Cyril Le Gayic, de la CSIP, va même plus loin en disant que “c'est de l'arnaque”.

“Il faut être raisonnable”

Mais le dialogue entre la direction et les grévistes est difficile. Ce mercredi, les deux syndicats ont quitté la réunion lorsque la direction a voulu entamer le sujet de l'ICV alors qu'ils espéraient une discussion autour des conditions de travail et de la rémunération. Néanmoins, avec les nouveaux calculs de l'indice du coût de la vie (IVC), la rémunération du personnel d'ATN pourrait augmenter.
 
Jeudi, les grévistes attendaient un signe de la direction. “On aime notre compagnie, mais on ne nous a pas dit qu'on allait avoir une direction sourde à nos demandes”, expliquait Magali Juventin alors que les PNC se sont montrés “solidaires” pendant la crise Covid en acceptant la baisse de 5% sur leur salaire.
 
Le personnel volant fait partie des atouts de la compagnie”, a reconnu Michel Monvoisin. Il espère trouver un terrain d'entente, mais “à un moment donné, il faut être raisonnable”, selon lui. Chaque vol est susceptible d'être annulé, comme cela a été le cas de celui pour Los Angeles mercredi soir. “Les équipes au sol prennent en charge les passagers”, a expliqué le directeur de la compagnie au tiare.

Rédigé par Jules Bourgat le Jeudi 6 Juillet 2023 à 18:32 | Lu 2986 fois