Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Les Mers Australes, éditrice de livres pour enfants, fête ses 30 ans



PAPEETE, le 18 novembre 2016 - Lancée par Vatiti et Guy Wallart en 1986, la maison d’édition Les Mers Australes publie des ouvrages pour les enfants. Un lectorat gourmand qui fait dire aux fondateurs que la littérature jeunesse se porte bien. De nombreux ouvrages ont été réédités, certains se vendent à plusieurs milliers d’exemplaires, en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie. Pour autant, le duo ne se repose pas sur ses lauriers, il continue de créer de nouvelles collection dont une récente pour les adolescents et envisage de relancer la publication de Pai coco.

"Il n’y avait pas de livres pour les enfants il y a 30 ans. Sur le territoire on n’en faisait pas", se rappelle Guy Wallart. "J’ai été longtemps enseignant, à Tahiti et dans les îles et, en1982, j’ai saisi une occasion, celle d’écrire deux livres pour enfants : Honu la Tortue et La Légende du uru. " Ils sont parus chez Haere Pō, en français, en anglais et en tahitien. "Ça a été le début de l’aventure."

Fort de ces deux expériences, Guy Wallart a été invité à intervenir au cours d’un stage organisé par le Centre territorial de recherche et de documentation pédagogique (CRDP). Il devait, y parler de littérature pour enfant. Sont nés, à la suite des échanges et du stage, deux nouveaux ouvrages : Le Petit Nuage rose et Le Cyclone. "Ça a été les deux premiers livres de notre maison d’édition. Les deux premiers livres cousus, avec une couverture rigide, à destination du jeune public."

Un amour de jeunesse

Ainsi est née "Les Mers Australes", une maison d’édition co-fondée par Vatiti Wallart, Guy Wallart, Alain Wallart et Abner Guilloux. En pratique, la maison d’édition est co-gérée aujourd’hui par Vatiti Wallart et Guy Wallart, même si les quatre fondateurs gardent chacun des parts. Vatiti se charge de tout l’aspect pratique, logistique, administratif. Elle fait le lien avec l’imprimeur basé à Hong-Kong. "On a cherché à faire imprimer localement mais ce n’est pas possible pour des raisons techniques et financières." Guy Wallart, lui, raconte et dessine. "J’aime écrire pour les enfants", affirme-t-il. "Mes années d’enseignement, en particulier auprès des élèves en difficultés, m’aident certainement à savoir ce que le jeune public attend." Quant au dessin, c’est un amour de jeunesse. "J’ai fait les beaux-arts de 5 ans à 22 ans. Je passais tout mon temps libre à faire de la peinture, de la sculpture, de la gravure et même des décors de théâtre. J’ai touché à tout."

Si Guy Wallart signe certains ouvrages, il n’est pas le seul auteur et illustrateur de la maison d’éditions. "On reçoit des manuscrits toutes les semaines, avec des textes et/ou des dessins. Les manuscrits viennent de Polynésie, mais aussi de Nouvelle-Calédonie, de France, d’Italie, de Chine même. Notre idéal serait de publier des écrivains et illustrateurs locaux, mais nous n’en avons pas suffisamment. La littérature jeunesse c’est particulier." Quand le duo reçoit ces manuscrits, chacun part de son côté avec un exemplaire. "Puis on se retrouve pour en discuter et là, on se chamaille", plaisante-t-il. Au final, Les Mers Australes publient en moyenne cinq titres par an.

"La littérature jeunesse a un public"

La petite entreprise ne connait pas la crise. "Nos livres se vendent bien, nous sommes même peut-être les seuls éditeurs ici à ne pas nous plaindre. La littérature jeunesse a un public." Les chiffres le prouvent (voir encadré). Entre autres explications, Vatiti et Guy Wallart ajoutent : "Les parents veulent que leurs enfants lisent, car lire c’est réussir. Et puis, en grandissant, les enfants se désintéressent. Ils se contentent de petites phrases sur Facebook ou de Tweet." À entendre le duo, les lecteurs, passé un certain âge, ne tournent plus les pages de romans. Ils ne prennent plus le temps de lire.

Quand ils se retournent, qu’ils regardent leur histoire commune avec Les Mers Australes, ils pensent à leur premier livre. "Aujourd’hui il fait un peu vieux, mais à l’époque on en était très fiers." Ils se souviennent aussi parfaitement de ce jour où, alors qu’ils étaient à Paris pour un salon, ont reçu un appel de leur fille. "Elle nous parlait d’un mail qu’on avait reçu, qui parlait de prix, de sélection de livres de cuisine pour enfant et qui était signé Cointreau. Elle nous l’a présenté comme un spam, tellement ça paraissait louche. Elle nous l’a quand même transféré." Après l’avoir lu et vérifié les informations, Vatiti et Guy Wallart ont découvert que leur livre 20 Recettes à la noix de coco avait remporté un prix, dans sa catégorie, au World Cookbook Awards. "Un plus", assurent-ils. "Car nous publions des livres pour les enfants de Tahiti, si ça plait ailleurs, tant mieux mais ce n’est pas l’objectif premier."

Aujourd’hui ils ont toujours des projets. Ils envisagent de relancer Pai Coco, "un magazine qui a bercé l’enfance d’un grand nombre de Polynésien". Paraissant trois ou quatre fois dans l’année, ce magazine proposait une bande dessinée, des jeux, des histoires, des blagues, des travaux manuels, un dossier sur un thème donné : le nouvel an chinois, le marae, le cacao, le moustique… "On créait tout de A à Z, ce qui nous prenait un temps fou." Et ce qui a été la cause de sa mort, ou plutôt de sa mise en veille. "On était une équipe de quatre enseignants à travailler sur Pai coco, on est à la retraite maintenant, on va peut-être pouvoir le relancer."

En attendant, Les Mers Australes a récemment élargi son offre en créant une collection pour les adolescents. Elle a fait paraître Maui, l’attrapeur du soleil et Ruata’ata et la naissance de l’arbre à pain de Rosalie Cruchet et Guy Wallart lors pour le salon du livre 2016 et promet d’autres sorties dans les semaines à venir.

Quelques chiffres…

Les mers Australes ont publié 70 titres.
Ils impriment leurs ouvrages à 3 000 exemplaires, certains sont épuisés, nombreux ont été réimprimés.
La collection "à tue tête" (14 Comptines de Tahiti, Noël sous les étoiles de Tahiti, 14 Nouvelles comptines de Tahiti…) s’est vendue à plus de 20 000 exemplaires.

Contacts

Facebook : Éditions des Mers Australes
http://www.editions-mers-australes.com

Tél. : 87 72 29 94 ou 40 48 13 97
vatiti@editions-mers-autrales.com

Rédigé par Delphine Barrais le Vendredi 18 Novembre 2016 à 17:52 | Lu 2212 fois






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Octobre 2018 - 14:18 Manavib's en concert sur le paepae a Hiro

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués