Tahiti Infos

Les Champignons de Paris à Moorea


La pièce de théâtre qui traite des essais nucléaires au temps du CEP, a conquis le public samedi soir à Moorea.
La pièce de théâtre qui traite des essais nucléaires au temps du CEP, a conquis le public samedi soir à Moorea.
Moorea, le 7 novembre 2021 - La pièce de théâtre Les champignons de Paris, de la compagnie du Caméléon était jouée samedi soir à Mooorea sur le site Pererau à Pihaena devant une centaine de personnes. Bien qu'elle en soit à sa 120e représentation, elle connaît toujours autant de succès. Lundi, ce sera au tour de 160 jeunes scolarisés d'assister au spectacle, toujours à Pihaena.
 
La compagnie du Caméléon a joué dans la soirée de samedi sa pièce de théâtre Les champignons de Paris sur le site Pererau de l’association Pererau Piha’e’ina à Moorea. Pour rappel, cette pièce, crée en 2016, raconte la période des essais nucléaires en Polynésie Française entre 1966 et 1996. Alors que le trio de comédiens, composé de Guillaume Gay, Teuru Tepa et de Tuarii Tracqui, en est à son 120ème spectacle, celui-ci connaît toujours autant de succès.

Une centaine d’habitants de l’île sœur ont tenu à être présents pour découvrir, ou redécouvrir pour certains, plusieurs scènes inspirées de faits réels durant la présence du centre d’expérimentation du Pacifique (CEP). “On va longtemps parler du fait nucléaire parce qu’il y a un tel traumatisme et que bien évidemment, c’est un nouveau processus pour pouvoir accéder à cette vérité et pour faire correspondre des mémoires aussi. Pendant des années et des années, il va falloir communiquer et parler sur le sujet, mais ce qui est intéressant à travers le théâtre, c’est que ce n’est pas une parole d’institution, même s’il y a eu un travail énorme qui a été fait au niveau du Pays et de l’État,” explique Guillaume Gay, comédien et directeur de la compagnie du Caméléon.

Démarche de quête de la vérité

Tout comme une partie de la classe politique et de la population, la compagnie du Caméléon est dans une démarche de quête et de transmission de la vérité pour bâtir un avenir meilleur au fenua. “L’objectif est de pouvoir contribuer à cet élan essentiel de justice et de vérité, d’apporter une pierre à l’édifice supplémentaire pour informer la population sur ce qui s’est passé sur la nature du mensonge d’état pour ensuite voir comment réconcilier les peuples à travers la vérité et continuer à avancer ensemble”, ajoute Guillaume Gay.

En plus du grand public, la compagnie du Caméléon continue également à jouer sa pièce Les champignons de Paris pour les jeunes scolarisés, notamment les collégiens et les lycéens. Près de 160 jeunes de Moorea vont justement assister à la pièce lundi au site Pererau. L’idée est de transmettre l’histoire des essais nucléaires à cette jeunesse qui, pour la majorité, n’en a eu que vaguement connaissance. “Les jeunes tombent des nues. Ils ont une connaissance éparse sur je sujet vu qu’ils en ont entendu parler à la télévision, mais quand tu vas dans les détails, ils sont à mille lieux d’imaginer comment cela s’est passé. Le thème des essais nucléaires n’est pas enseigné dans les écoles. C’est souvent aussi un sujet tabou dans les familles parce qu’il y a un trou dans la transmission. Il y a un besoin de se réapproprier cette histoire”, conclut Guillaume Gay.

Une centaine de personnes est venue assister à la représentation de la compagnie du Caméléon.
Une centaine de personnes est venue assister à la représentation de la compagnie du Caméléon.

Pierrot Thième, habitant de Paopao : “Le fait de voir cette pièce te choque”

“J’ai été agréablement surpris par le spectacle parce que le jeu d’acteur est excellent. Je n’avais pas trop suivi l’histoire des essais nucléaires, mais le fait de voir cette pièce te choque. Tu te rends compte en gros comment les acteurs arrivent à faire passer un message et en même temps à te montrer comment était l’époque du CEP. C’est le rapport entre la France et comme ils le disent avec la petite Polynésie. Ils étaient obligés de subir ces essais nucléaires pour la grande patrie française. C’est bien de se rendre compte de cela. On ne peut pas changer le passé, mais c’est juste bien de savoir comment tout cela s’est passé en espérant que des choses comme cela ne se reproduisent plus.”

​Flavien, touriste de Bordeaux : “Cette pièce doit être jouée en France dans un maximum d’endroits”

“Les acteurs sont très bons. Il y a beaucoup d’émotions et d’informations sur un événement qui est trop peu connu, en France en tout cas. J’en avais entendu parler avant de venir en Polynésie, mais je pense qu’il est important de voir ce spectacle qui explique un peu tout. Les petites scènes au cœur des atolls des Tuamotu dans lesquelles on découvre la vie des habitants m’ont marqué. Ils n’avaient pas connaissance des dangers. On voit au fur et à mesure qu’ils comprennent que les essais sont dangereux et qu’ils ont peur. On commence vraiment à prendre conscience à ce moment du spectacle de la vie que ça doit être, à quel point ça devait être difficile pour la population, surtout des Tuamotu, qui faisait face à ces dangers. On parle peu des essais nucléaires à l’école en France. Quand on évoque ce sujet, on nous dit qu’il y a eu des essais nucléaires en Polynésie. On n’en sait pas plus, sur par exemple le nombre de tirs, la dangerosité, etc. Je pense que cette pièce doit être jouée en France dans un maximum d’endroits pour que le plus de gens possible comprennent ce qui s’est passé et qu’on ne fasse pas les mêmes erreurs. L’histoire sert à ça.”

Isabelle Ozan, habitante de Pihaena : “Un devoir de mémoire rare et indispensable”

“C’est la troisième fois que je vois la pièce et à chaque fois, il y a une émotion très forte qui me prend. Je pense que ce sentiment est partagé par beaucoup de Français qui sont là depuis longtemps. C’est une espèce de culpabilité qui est partagée, qu’on est obligés de porter au quotidien puisque les essais nucléaires planent toujours dans la conscience collective. Je pense que ce genre de spectacle est un devoir de mémoire rare et indispensable que tout le monde doit voir. Il y a aussi le jeu des acteurs qui est exceptionnel. Ce fardeau des essais nucléaires plane encore, qu’on le veuille ou non, sur les gens et sur le fait que cela peut revenir régulièrement même quand on est là depuis longtemps.”

Rédigé par Toatane Rurua le Dimanche 7 Novembre 2021 à 12:57 | Lu 930 fois