Tahiti Infos

Leptospirose : déjà 60 cas depuis le début de l'année


En moyenne, on recense une centaine de cas de leptospirose par an en Polynésie française. Depuis début 2015, 60 cas ont déjà été comptabilisés, trois ont provoqué des décès.
En moyenne, on recense une centaine de cas de leptospirose par an en Polynésie française. Depuis début 2015, 60 cas ont déjà été comptabilisés, trois ont provoqué des décès.
PAPEETE, le 17 avril 2015. Le bulletin de la veille sanitaire hebdomadaire publié ce vendredi fait état de 60 cas de leptospirose depuis le début de l'année 2015 en Polynésie française et d'une "situation épidémique persistante" et de trois décès confirmés. Les 60 cas se répartissent pour 37 cas à Tahiti, 6 cas à Moorea, 16 aux îles Sous-le-Vent et un seul aux Marquises (Hiva Oa). Il convient ainsi d'être toujours extrêmement prudents lors des épisodes pluvieux en évitant de marcher pieds nus dans la boue ou des eaux sales. L'incidence en Polynésie française de cette maladie est importante, 80 fois plus importante que ce qui est constaté en France précise un rapport de la Haute autorité de santé, en raison "d'un climat tropical et des conditions sanitaires en élevage différentes". Selon une étude statistique menée sur la leptospirose entre 2006 et 2012, la moyenne des cas annuels de cette maladie est de 99 par an. L'étude indique 127 cas en 2010, 89 en 2011, 101 en 2012. Entre 2006 et 2012, 17 personnes sont décédées de leptospirose, soit une létalité de 2,4%.

La leptospirose atteint l'homme par contamination avec une bactérie, soit par contact avec des animaux infectés ou par contact avec des eaux ou d’autres produits souillés par les urines des animaux infectés peut se guérir facilement si elle est traitée à temps. Mais le temps d’incubation de la maladie (en moyenne 10 jours) et les symptômes les plus courants (fièvre et céphalées) peuvent conduire les personnes atteintes à minimiser la gravité de ces symptômes, retardant ainsi le traitement et conduire à des complications, le plus souvent aux reins. C'est ainsi que 67% des cas de leptospirose déclarés sur le territoire conduisent les patients atteints à être hospitalisés. "Avec une incidence très supérieure à la métropole, la leptospirose est une préoccupation de santé publique en Polynésie française. Par ailleurs, le mode de vie (marche pieds nus, baignade, agriculture familiale) rend difficile l’application stricte des mesures de protection individuelle". C'est donc à chacun d'entre nous d'être sensibilisés à ce risque important afin d'adopter les bons comportements.

Rédigé par Mireille Loubet le Vendredi 17 Avril 2015 à 16:01 | Lu 4138 fois