Tahiti Infos

Le vaccin Nuvaxovid disponible le 14 mars


Tahiti, le 09 mars 2022- Nuvaxovid, le nouveau vaccin contre le covid, sera disponible dès lundi 14 mars au fenua. Les autorités sanitaires ont, au cours d'un point presse, détaillé son utilisation et fait le point sur la vaccination et l'épidémie liée au variant omicron en cours en Polynésie française.
Le vaccin Nuvaxovid sera disponible dans tous les centres de vaccination de Polynésie française à partir du 14 mars, c'est ce qu'ont annoncé les représentants de la plateforme covid lors d'un point presse ce mercredi. Le nouveau venu dans l'arsenal de lutte contre l'épidémie de covid-19 est un vaccin à “protéine recombinante”, c’est-à-dire qu'il utilise une protéine cultivée en laboratoire, ici la fameuse protéine spike qui permet au virus de pénétrer dans les cellules, et un adjuvant. Avec ce principe vaccinal éprouvé, Nuvaxovid est présenté comme une alternative aux vaccins déjà utilisés. Il est destiné aux personnes de plus de 18 ans qui “présentent une contre-indication aux vaccins à ARN messager, comme le Comminarty de Pfizer, ou qui refusent ces mêmes vaccins”, selon Remi Mayan, infectiologue de la Direction de la santé.

Le schéma de primovaccination de Nuvaxovid prévoit deux injections espacées de trois semaines. Une dose de ce vaccin peut également être utilisée en remplacement d'une dose de Comminarty en tant que deuxième dose d'un schéma vaccinal. Néanmoins, à l'heure actuelle, la troisième dose ne peut se faire qu'avec le vaccin de Pfizer.
 
Autre changement dans le schéma vaccinal : le principe “une infection égale une injection”, tel que le résume Manutea Gay, responsable de la plateforme Covid. Il est maintenant possible, dans les schémas vaccinaux, de faire valider une infection à la covid, à condition qu'elle soit certifiée par un test officiel, réalisé soit à l'institut Mallardé, soit dans une pharmacie ou une autre structure de santé du pays. Avec cette attestation de positivité, il est possible de générer un “certificat de rétablissement” qui peut, dans le schéma vaccinal, remplacer une, et une seule, dose de vaccin dans le schéma classique à trois doses.
Nuvaxovid n'est pas recommandé, pour le moment, pour les femmes enceintes, ni les femmes allaitantes. Or, les femmes enceintes non-vaccinées qui contractent le covid présentent des “risques accrus de complication de la grossesse et de développer des formes graves” et les risques sont grands pour les fœtus aussi, rappelle Daniel Ponia, responsable vaccination de la plateforme covid, qui insiste sur l'efficacité prouvée des vaccins à ARN messager pour les protéger et insiste sur la nécessité pour les femmes enceintes à se faire vacciner.

​Omicron ne recule qu'aux îles du Vent

Le vaccin Nuvaxovid disponible le 14 mars
 
Le recul de la vague épidémique omicron dans les îles du Vent est confirmé par le dernier bulletin épidémiologique qui présente une baisse globale de tous les indicateurs, mais “le virus est toujours en circulation” rappelle Daniel Ponia. Les autres archipels présentent un temps de retard et n'ont pas encore amorcé la décrue. Ainsi, l'épidémie semble en phase d'expansion aux Australes, notamment à Rapa où le taux d'incidence sur une semaine dépasse les 12 000 pour 100 000 habitants. Si le variant omicron représente 100% des cas de contamination au fenua, le sous-lignage BA.2, encore plus contagieux, est fortement majoritaire à Tahiti et Moorea où il représente plus de 80% des criblages réalisés par l'ILM. Une nette diminution de l’absentéisme scolaire est notée dans tous les archipels, à l'exception des Australes.

Si l'épidémie exerce encore une pression sur les capacités de soin du Pays, cette vague épidémique provoque beaucoup moins de décès que celle liée au variant delta lors de l'hiver austral de 2021. Sept décès provoqués par l'épidémie sont à déplorer depuis l'arrivée d'omicron au fenua. Cela est en grande partie dû à la vaccination, précise Remi Mayan, qui appelle la population à continuer à se vacciner. Manutea Gay remarque ainsi que la moitié des 18-60 ans et 27% des plus de 60 ans ayant un schéma vaccinal à deux doses, n'ont toujours pas reçu leur troisième injection. “Malgré l'annonce par le haussariat de l'allègement des mesures, nous voulons insister sur l'importance de se faire vacciner pour se protéger et protéger ses proches. L'évolution de l'épidémie est incertaine. Quand on a un vaccin, il vaut mieux l'utiliser que de laisser le hasard faire les choses et risquer inutilement de développer une forme grave”, insiste Remi Mayan.

 

Rédigé par Antoine Launey le Mercredi 9 Mars 2022 à 20:04 | Lu 1988 fois