Tahiti Infos

Le tennis en plein essor à Ua Pou


Pacôme Teheitaeva et Cédric Bonno, les fondateurs de l'AS Ua Pou tennis.
Pacôme Teheitaeva et Cédric Bonno, les fondateurs de l'AS Ua Pou tennis.
Ua Pou, le 9 octobre 2021 – De nombreux habitants de Ua Pou se sont pris de passion pour le tennis. Dans le village de Hakahau, on ne compte pas moins d'une centaine de licenciés, répartis en trois clubs. L'un d'entre eux, l'AS Ua Pou tennis, plein d’ambition, souhaite miser sur la jeune génération.
 
Le tennis a le vent en poupe à Ua Pou, comme peuvent le constater chaque soir les habitants du village principal de l’île, Hakahau. En effet, avec une population avoisinant les 1 500 personnes, il ne compte pas moins d’une centaine de licenciés répartis en trois clubs. Les deux courts de tennis disponibles sont donc régulièrement pris d’assaut et ne suffisent pas toujours à contenter tout le monde. Hommes, femmes, enfants, peu importe leur âge ou leur classe sociale, ils se retrouvent tous dans la bonne humeur pour jouer des matchs amicaux sous le regard des passants qui s’arrêtent parfois pour assister au spectacle, le temps d’un échange.

Un réel engouement pour ce sport semble avoir gagné la commune, ces deux dernières années. Ce que rien ne laissait présager auparavant comme nous le confie Richard Taata, le jeune président très actif de l’AS Ua Pou Tennis : “Quand j’étais à Tahiti pour mes études, il m’arrivait de faire quelques parties de tennis en amateur avec des copains juste pour m’amuser. Ça fait 11 ans que je suis rentré à Ua Pou et jusqu’à l’année dernière je n’y avais jamais rejoué, je pratiquais beaucoup d’autres sports comme le foot ou le basket et, pour être franc, ça m’agaçait de voir le filet de tennis parfois installé sur le terrain de basket quand je venais pour dribbler. Aujourd’hui, je suis président d’un club de tennis et j’ai pour projet de commander trois nouveaux filets !” 

Mais si la plupart des adhérents du club ont commencé le tennis récemment, à l’instar de leur président, ce n’est pas le cas de tous. Pacôme Teheitaeva et Cédric Bonno pratiquent le tennis depuis de nombreuses années, ils sont à l’origine de la création du club et peut-être en partie responsables du récent intérêt des habitants de l'île pour le sport de raquettes : “Ce qui me plaît c’est que c’est un sport individuel où il y a de l’échange avec des partenaires, nous explique Cédric. J’en fais depuis mon enfance, je suis l’un des rares dans ce cas, les autres ont commencé tard mais ils ont vite appris. J’aime affronter les autres îles mais pour l’instant les compétitions sont interdites, j’attends avec impatience que ce soit de nouveau possible de rencontrer d’autres équipes”.

​“Mon objectif maintenant, c’est de former les jeunes.”

Très motivé, Vetea Paul Teanomaui veut former les jeunes, il a obtenu le diplôme fédéral d'initiateur et compte aller plus loin.
Très motivé, Vetea Paul Teanomaui veut former les jeunes, il a obtenu le diplôme fédéral d'initiateur et compte aller plus loin.
Certains joueurs sont très investis dans leur pratique comme Vetea Paul Teanomaui qui a redécouvert le tennis ces deux dernières années à Ua Pou après l’avoir arrêté pendant trois ans, depuis qu’il avait quitté Tahiti pour venir s’installer sur l’île aux pierres fleuries. Il s’est pris de passion pour ce sport, à tel point qu’il y joue maintenant tous les jours ou presque : “Au début c’était un passe-temps, je jouais comme ça, mais depuis que Richard a créé le club l’année dernière je me suis beaucoup plus investi. Mon objectif maintenant, c’est de former les jeunes. Pour ça, je dois participer à des tournois et représenter le club dans les îles Marquises et à Tahiti, afin d’améliorer mon palmarès pour pouvoir être un bon formateur. J’ai déjà obtenu mon diplôme d’initiateur fédéral que j’ai passé ici à Ua Pou mais j’espère bien continuer et aller plus loin.”

Richard Taata, le président de l'AS Ua Pou tennis mise sur les jeunes pour la pérennité du club.
Richard Taata, le président de l'AS Ua Pou tennis mise sur les jeunes pour la pérennité du club.
Richard met effectivement l’accent sur les jeunes cette année. Il considère leur formation comme la seule façon de pérenniser un club dans le temps : “Les enfants d’aujourd’hui sont les champions de demain ! Ils assurent la continuité et sont essentiels à la pérennité du club. On fait ce qu’il faut pour les former convenablement et leur donner envie de continuer le plus longtemps possible. Mon objectif est d’être un club formateur. On essaie de permettre à tous de pouvoir jouer mais tout le monde ne peut pas se payer une raquette et des balles en plus de payer sa licence, on a le soutien financier de Marielle [un magasin local] et ça nous aide déjà beaucoup. L’année dernière, il y a eu un effet de mode qui a fait que tout le monde voulait faire du tennis, il y a aussi le fait que les restrictions sanitaires ne permettaient pas la pratique de sports collectifs, ça a joué. Aujourd’hui, il y a un peu moins d’adultes licenciés mais plus de jeunes, ce qui laisse envisager un bel avenir pour le tennis à Ua Pou.”

Lorsqu’on lui demande quelles sont ses ambitions pour le club il répond en rigolant : “Déjà exister l’année prochaine ! Avant d’ajouter,“j’aimerais organiser des compétitions interclubs, internes et externes, faire sortir quelques champions, déjà au niveau local. Ensuite viser plus loin si cela est possible …”

Rédigé par Jean Ollivier le Samedi 9 Octobre 2021 à 15:18 | Lu 993 fois