Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Le sucre dans le viseur de l'UPLD



En 2013, le Parlement français a adopté une proposition de loi visant à réduire la quantité de sucre dans les produits laitiers et les sodas, bien plus élevée dans les DOM qu'en métropole.  (Photo d'illustration AFP)
En 2013, le Parlement français a adopté une proposition de loi visant à réduire la quantité de sucre dans les produits laitiers et les sodas, bien plus élevée dans les DOM qu'en métropole. (Photo d'illustration AFP)
PAPEETE, le samedi 30 avril 2016. Eliane Tevahitua interpelle le ministre de la Santé, par le biais d'une question écrite, sur le problème de l'obésité au fenua et s'en prend aux produits trop sucrés comme les « sodas ou les yaourts ».

Eliane Tevahitua a adressé jeudi une question écrite au ministre de la Santé Patrick Howell. La représentante UPLD à l'assemblée s'inquiète du surpoids des Polynésiens. En mars, une étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet notait que 13 % des adultes sont obèses dans le monde. En Polynésie, 38% de la population est obèse notait l'étude. Si des politiques de lutte contre l'obésité ne sont pas mises en œuvre "rapidement" dans le monde, des "conséquences sanitaires d'une ampleur inconnue" sont à craindre avertissait un médecin qui a réalisé cette étude.
Diabète, hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires ou articulaires... le surpoids fait des ravages sur la santé. « La CPS a recensé en 2012, 7 400 patients diabétiques dont 94 % ont 40 ans et plus. Près de 2 300 diabétiques dépendent d'un traitement quotidien par l'insuline (type 1) pour leur survie et 5 300 présentent un diabète non insulino-dépendant (type 2). Le nombre de diabétiques a été multiplié par deux sur la dernière décennie », indique la représentante UPLD dans son courrier. « C'est la deuxième longue maladie après l’hypertension artérielle (aussi elle-même souvent complication du surpoids et de l’obésité) et elle coûte hors complications près de 2 milliards de Fcfp, indique la CPS. »

La loi sucre dans les DOM
Les maladies liées aux surpoids « demeurent incontestablement les principaux fournisseurs de patients en longue maladie », remarque Eliane Tevahitua. « Ces derniers étaient 36 799 fin 2014 (soit 13.6 % de la population) contre 5 386 patients en 1994, qui consomment à eux seuls 51 % des dépenses de l'assurance maladie, c'est-à-dire 22.553 milliards de Fcfp. Chaque année, le nombre de Polynésiens en longue maladie augmente de 3 000 nouveaux dossiers. »
Le schéma d’organisation sanitaire (SOS), examiné en février dernier par les représentants, prévoit de "faire de la lutte contre les facteurs de risque du surpoids une priorité du Pays". La représentante interpelle le ministre de la Santé sur les moyens qui seront mis en œuvre. « Quels moyens financiers et humains supplémentaires allez-vous consacrer à partir de 2016 à la prévention de l'obésité et du diabète ? », demande-t-elle.
L'élue demande aussi pourquoi le gouvernement local ne s'est pas inspiré de la loi Lurel sur le sucre. En 2013, le Parlement a mis fin à des pratiques alimentaires discriminantes pour les départements d'outre-mer, où les aliments étaient auparavant plus sucrés qu'en métropole et les dates de péremption allongées. « Certains produits alimentaires vendus, comme les sodas ou les yaourts, présentent une concentration en sucre ajoutée nettement plus élevée -jusqu'à 30 % de taux de sucre en plus- que ceux produits et vendus en France métropolitaine, sans que le consommateur en soit toujours informé », regrette l'élue. Celle-ci dresse donc une liste de pistes pour combattre la mauvaise alimentation : «retirer le sucre raffiné blanc de la liste des PPN », "inscrire (dans la liste des PPN) le sucre de coco à l'index glycémique bas ou le miel local », « aider nos agriculteurs à développer leurs exploitations » afin de « favoriser une alimentation saine et équilibrée »...
Le ministre de la Santé a un délai d’un mois pour répondre à la question de la représentante UPLD.


Rédigé par Mélanie Thomas le Samedi 30 Avril 2016 à 09:30 | Lu 3609 fois







1.Posté par Mils Bobcat le 30/04/2016 10:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une loi pour les DOM mais nous ne sommes pas un DOM!!!! Est ce que cette loi s''étend aussi pour les POM !!!

2.Posté par Le Vieux le 30/04/2016 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'UPLD vient de découvrir l'eau tiède !!! Cela fait plus de trente cinq ans, depuis le premier jour au j'ai mis le pied en Polynésie j'ai constaté qu'il y avait un grave problème de santé, et je ne suis pas médecin. Mais tout ceux qui viennent le constatent a l’aéroport. Il suffit de regarder les gens dans la rue madame . Nul besoin de lire une étude vieille de trois a quatre ans pour cela madame de l'UPLD. Je te jure.... quelle hypocrisie, suffisance et incompétence, a vomir.

3.Posté par LEPETANT le 01/05/2016 05:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le sucre n'est pas le seul problème. Le problème principal, c'est le fait que les Polynésiens éprouvent un plaisir intense à s'empiffrer.
Pour en finir avec l'obésité, il faut et il suffit de leur apprendre à manger deux ou trois foins moins de nourriture. Malheureusement plus facile à dire qu'à faire.

4.Posté par TEKI TOA le 01/05/2016 07:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Madame Tevahitua devait être en hibernation lorsque l'UPLD était au pouvoir. Elle vient de se réveiller......

5.Posté par Mathius le 01/05/2016 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le plus marrant Temaru était tellement content du sucre qui a donné un médaille économique à la brasserie de Tahiti.

6.Posté par jean le 01/05/2016 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça bouffe n'importe quoi et a toutes heures. Pas étonnant que les buffets sont a 8 ou 10 mille francs sinon c la faillite. haha

7.Posté par John Paul ALBANI le 01/05/2016 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

johnpaul
un petit hachi frittes à 6h du mat avant de commencer les cours ?

8.Posté par JE SUIS OSCAR le 01/05/2016 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Disons le clairement : c'est un effet indirect des essais nucléaires et des changements induits sur le mode de vie des polynésiens.

9.Posté par pif paf le 01/05/2016 16:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans le viseur : tous les élus et autres responsables qui se sont sucrés sur le dos des polynésiens.

10.Posté par VATEA le 02/05/2016 08:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le sucre est un effet des essais ...... 70 % de personne en surpoids .... lol .. j'aime bien lire les conneries ..... ma fille tombe de vélo , c'est la faute à FRITCH ..... c'est la faute à l'éducation et aux parents qui font des enfants et qui ne s'en occupe pas ...point

11.Posté par ariitaia le 02/05/2016 08:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce week-end, un hyper marché de Punaauia bradait des pots d'un gallon de mayonnaise à moitié prix.
La CPS devrait l'attaquer en justice !

12.Posté par Mathius le 02/05/2016 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hé les commentateurs, si nous demandions à tous les elus en surchargés de démissionner pour incitation à bouffer n'importe quoi?
Cool, il resterait plus grand monde pour nous politiquement escroquer.
Emere, qu'en penses tu 😜😛😘😍📢😋

13.Posté par ici et ailleurs le 02/05/2016 09:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'obésité : un fléau trop répandu dans le monde, et en tête des Pays les plus atteints : de nombreuses îles du Pacifique.
Le sucre n'est peut-être pas le seul responsable (sucres masqués dans l'alcool, facteurs génétiques ?).

En tout cas, ça devrait être une véritable priorité pour le Pays (coûts de santé, bien-être personnel, image induite, etc.)

14.Posté par citoyen le 02/05/2016 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le plus grand distributeur de sucre dans le pays : la brasserie de Tahiti !
Faut il prioriser la santé contre le fleuron de l'économie "locale" ?

15.Posté par Lou le 02/05/2016 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous avez raison. De toute façon, ce n'est pas une "loi" (que l'UPLD aurait pu faire passer lorsqu'elle était au pouvoir) qui va changer la manière de se nourrir des Polynésiens. Il faut les rendre responsables de leur corps dès le plus jeune âge.
Mais comment demander à des parents obèses d'éduquer leurs enfants sur ce point?
Le message doit plutôt passer au niveau de l'école et de la vie associative... avec le soutien du ministère de la Santé.

16.Posté par Substance le 02/05/2016 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qui produit du sucre de coco ici?

17.Posté par Noel Flantier le 02/05/2016 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On a diabolisé les graisses pendant 30 ans et on a fait deux générations d'obèses dans le monde entier.
Le véritable ennemi est le sucre bien entendu, sous toutes ses formes y compris la baguette de pain blanc PPN et la bière tous deux à index glycémique stratosphériques.
Si vous voulez perdre du poids, passez au régime paléolithique et fuyez tous les produits industriels et transformés.
L'obésité n'est pas qu'une question de calories. C'est une réaction inflammatoire de l'organisme face à des alliments pour lesquels il n'est pas conçu.
Se poser la question de la valeur nutritionnelle réelle de l'aliment avant de le manger est un bon début.

18.Posté par jeremy le 03/05/2016 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Madame Eliane Tevahitua a tout à fait raison de présenter cette problématique, qui met en cause lourdement la santé des Polynésiens et pèse lourdement sur les comptes de la CPS. Mais nos dirigeants politiques, très liés à des amis économiques protégés, oseront-ils faire face au problème de la sur-consommation de sucre, notamment de sodas ? Quelques mesures pour commencer: retirer le sucre des PPN, interdire toute publicité pour les produits très sucrés (définir des seuils), interdire tout parrainage sportif et culturel (comme pour l'alcool), interdire la vente des sodas en rayons réfrigérés. Ensuite, si cela ne suffit pas, on taxe, comme pour le tabac.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués