Tahiti Infos

Le sous-marin américain endommagé en mer de Chine avait heurté un mont sous-marin


LT. MACK JAMIESON, MACK JAMIESON / US NAVY / AFP
LT. MACK JAMIESON, MACK JAMIESON / US NAVY / AFP
Washington, Etats-Unis | AFP | mardi 02/11/2021 - Le sous-marin nucléaire américain endommagé le mois dernier en mer de Chine a heurté un mont sous-marin qui ne figurait pas sur les cartes, selon les premiers résultats de l'enquête rendus publics lundi.

"L'enquête a établi que l'USS Connecticut avait percuté un mont sous-marin qui n'était pas signalé sur les cartes alors qu'il opérait dans les eaux internationales dans la région indo-pacifique", a indiqué une porte-parole de l'US Navy, la capitaine de frégate Hayley Sims, dans un communiqué.

Les résultats de l'enquête sur l'incident ont été remis au commandant de la 7e Flotte, le vice-amiral Karl Thomas, qui doit maintenant décider si des sanctions doivent être prises, a précisé la porte-parole.

L'USS Connecticut, un sous-marin à propulsion nucléaire de la classe Seawolf, avait heurté un objet d'abord non identifié dans l'après-midi du 2 octobre alors qu'il naviguait en immersion en mer de Chine méridionale. Onze marins avaient été blessés.

Il avait dû faire surface mais il était encore en état de naviguer et avait pu rejoindre l'île de Guam, territoire des Etats-Unis dans le Pacifique.

Interrogé sur les premiers résultats de l'enquête américaine, Pékin a exhorté mardi les Etats-Unis à "donner des détails" sur l'accident.

Washington "n'a jamais donné d'explication claire sur les intentions du sous-marin nucléaire, ni le lieu précis de l'accident", a affirmé devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

M. Wang a exhorté les Etats-Unis à "cesser" d'envoyer des sous-marin nucléaires en mer de Chine, faute de quoi ce type d'incident deviendra "plus fréquent", a-t-il argué.

La Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et y a construit des avant-postes militaires sur de petites îles et atolls, tandis que les Etats-Unis et leurs alliés patrouillent régulièrement dans les eaux internationales de la région pour faire valoir leur droit à la liberté de navigation.

le Mardi 2 Novembre 2021 à 05:56 | Lu 583 fois