Tahiti Infos

Le retour du don à la Croix-Rouge, pour éviter les amendes


Le retour du don à la Croix-Rouge, pour éviter les amendes
Tahiti, le 12 août 2021 – Les personnes verbalisées pour violation du couvre-feu ou du confinement pourront de nouveau verser un don de 5000 Fcfp à la Croix-Rouge. Si le don efface l’infraction, et évite le règlement d’une amende qui peut aller jusqu’à 89 400 Fcfp, il reste soumis à certaines modalités.
 
Les personnes verbalisées pour non-respect des mesures de couvre-feu ou de confinement pourront verser un don de minimum 5000 Fcfp à la Croix-Rouge, indique la Direction de la Sécurité Publique (DSP) de Papeete.

Pour ce faire, il suffit de remplir un courrier de transmission à la Croix-Rouge et de le déposer avec la somme en espèce à la délégation qui se situe derrière le stade Pater à Pirae. Il est également possible de joindre à ce courrier un chèque, qui peut être déposé à la Croix-Rouge directement, ou envoyé à leur boîte postale.

C’est en mai 2020, après le premier confinement, que le parquet général près la Cour d’appel de Papeete avait fait le choix de mettre en place cette originale alternative aux poursuites judiciaires, qui visait, selon le procureur général Thomas Pison, à “transformer ce qui était au départ un geste d'incivisme en geste de solidarité.”

Si le versement de cette somme efface l’infraction, c’est au contrevenant de faire lui-même la démarche. Le don n’est donc pas obligatoire, l’amende pouvant être payée de manière classique. Les contraventions pour non-respect du couvre-feu et du confinement le dimanche s’élèvent à 16 100 Fcfp. Une amende de 4ème classe, qui peut monter jusqu’à 89 400 Fcfp suivant certains cas de figure. La récidive dans les 15 jours est quant à elle punie d’une amende de 178 000 Fcfp.

Le don à la Croix-Rouge ne concerne toutefois pas les personnes poursuivies pour le délit de violation habituelle du couvre-feu ou du confinement. Si les forces de l’ordre verbalisent pour la troisième fois en moins de 30 jours une personne qui ne respecterait pas ces mesures, elle encoure une peine d’un an d’emprisonnement et une amende de 450 000 Fcfp.

 

Rédigé par Valentin Guelet le Jeudi 12 Août 2021 à 20:28 | Lu 1808 fois