Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Le projet de loi sur le "Smig à 120 000 Fcfp" revu et corrigé



Les Contrats d’insertion pour le développement ne pourront être utilisés que sur la zone du Tahiti Mahana Beach et seulement jusqu'au 31 décembre 2017 selon le nouveau texte du projet de loi de Pays.
Les Contrats d’insertion pour le développement ne pourront être utilisés que sur la zone du Tahiti Mahana Beach et seulement jusqu'au 31 décembre 2017 selon le nouveau texte du projet de loi de Pays.
PAPEETE, le 22 septembre 2014. Le projet de loi de Pays créant le Contrat d’insertion pour le développement et l’instauration d’un salaire minimum plus bas que le Smig (à 120 159 Fcfp) sera débattu prochainement à l’Assemblée de Polynésie. Depuis les critiques sévères émises par le CESC il y a un mois, des modifications ont été apportées à ce texte gouvernemental. Première modification d’importance, ce nouveau projet de loi de Pays qui a été adressé aux élus de l’assemblée territoriale le 5 septembre dernier a intégré l’augmentation du SMIG. Ainsi, ce contrat d’insertion pour le développement a été très légèrement valorisé et passe désormais à 120 159 Fcfp.

Enfin et surtout, le plus gros écueil du texte précédent a été effacé. En effet, les représentants du CESC refusant des conditions de travail au rabais avaient particulièrement tiqué lors de la rédaction de leur avis défavorable en août dernier sur l’absence de bornage dans le temps de l’application de ce texte. Bien que, Gaston Flosse, alors président du Pays répétait avec acharnement sur les plateaux de télévision que ce SMIG à 120 000 Fcfp n’était applicable que durant la phase de construction du complexe Mahana Beach, rien dans les articles du projet de loi du Pays tel qu’il avait été présenté au CESC au mois d’août dernier ne limitait son application dans le temps. C’est désormais chose faite et ce dès l’article premier du projet de loi du Pays. «Jusqu’au 31 décembre 2017, il peut être conclu un contrat de travail dénommé Contrat d’insertion pour le développement, pour toute nouvelle embauche de salariés, aux fins de participation aux grands projets de construction, d’équipement et d’aménagement dans la zone de développement économique prioritaire de Tahiti Mahana Beach». Cette fois les choses sont claires et ne tiennent pas seulement aux promesses médiatiques du président polynésien retiré subitement de la scène politique. Au-delà du 31 décembre 2017, si le salarié de ce Contrat d’insertion pour le développement continue d’être salarié par l’entreprise qui l’emploie, il retrouvera le droit commun du droit du travail et des conventions collectives en vigueur.

Autre nouveauté, l’exposé des motifs par le gouvernement sur ce texte fait état de l’avis rendu par le Haut conseil de Polynésie, le 28 août dernier. Lequel «a relevé le caractère novateur des mesures proposées». Le Haut conseil relève toutefois que «l’instauration d’un salaire minimum spécifique à une telle zone dérogeant au code du travail et aux conventions collectives, n’a pas connu de précédent sur le territoire national, si bien que les juges n’ont jamais été amenés à se prononcer sur ce type de mesure». Le Haut conseil précise encore que «Le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général».
Pour le gouvernement polynésien ce nouveau contrat de travail doit permettre la création d’une zone touristique majeure et pour le réaliser et arriver à convaincre des investisseurs, il faut que la Polynésie soit compétitive. L’instauration d’un salaire spécifique «permettant la réinsertion des demandeurs d’emploi ou l’ajout d’un jour de travail annuel permettront d’optimiser la productivité des personnels». L’enjeu selon le gouvernement polynésien est donc également social en fournissant du travail –à moindre coût pour les entreprises- à des personnes qui en sont privées depuis longtemps. Le taux de chômage a atteint 21,8% de la population active polynésienne fin 2012 : il a doublé en cinq ans et touche particulièrement les jeunes peu diplômés.

Le médecin référent pour tous

Le Contrat d’insertion pour le développement est donc un contrat à durée limitée dans le temps (au 31 décembre 2017) et dans une zone géographique : celle du complexe du Tahiti Mahana Beach à Outumaoro. Il ne peut être conclu que pour toute nouvelle embauche de salariés (précédemment chômeurs ou travaillant à temps partiel). Les autres dérogations de ce contrat sont la suppression du jour férié du lundi de Pentecôte ; la suppression du délai de carence de trois jours pour les employeurs lors des absences pour maladie égal ou supérieur à 15 jours.
La nouveauté de la création d’un médecin référent en Polynésie française qui s’applique aussi à ce Contrat d’insertion pour le développement est en revanche étendue à l’ensemble des salariés. Le projet de loi du Pays prévoit en effet l’instauration d’un médecin référent pour la délivrance des arrêts maladie. Le salarié devra indiquer à la Caisse de prévoyance sociale (CPS) le nom du médecin référent qu’il a choisi, avec l’accord de celui-ci, le seul habilité (sauf exception) à délivrer un arrêt de travail ouvrant droit à l’indemnisation journalière.

Rédigé par Mireille Loubet le Lundi 22 Septembre 2014 à 17:27 | Lu 1524 fois







1.Posté par Mathius le 23/09/2014 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi la plainte a l'encontre de l'inspection du travail, pour non assistance à personnes mises en danger dans la démolition de l'hôtel maeva beach est gardée sous silence pas les médias?
Ça me rappelle étrangement l'histoire la mort d'un ouvrier pendant la construction de la présidence.
Aurait'il une auto censure?

2.Posté par tupai le 23/09/2014 09:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et les élus, dont beaucoup ne montrent pas d'acharnement au travail, juste lever la main au moment du vote, auront ils droit à ce salaire au rabais ?

3.Posté par Mathius le 23/09/2014 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avant de parler des salaires au rabais il serait urgent de parler du remblais du terrain qui est un trou sans fond à remplir.
Est ce que nous pourrions avoir les études sur ce remblais?
Le scandale encore une fois est à la base d'un hypothétique chantier qui devrait sortir la Polynésie de la crise.
Pourquoi encore une fois les politiques ne disent pas la vérité sur ce remblais du mahena beach?
Comment stabiliser un terrain pour recevoir des structures immobilières aussi lourdes?
Ok, tout est faisable mais allez dites nous a combien, car le mensonge est de nous dire le nombre de mètres cube à remplir alors qu'aucune etude approfondie a été faite. Pourtant tous les proffessionels ont alerté la commission a ce sujet.
Quel sage qui disait qu'avant de construire ta maison, assis toi et compte tes deniers....

4.Posté par Karl le 23/09/2014 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai qu'il est beaucoup plus simple et facile de faire payer le prix de la compétitivité aux sans dents, plutot que d'avoir le courage de faire toutes les reformes qui s'imposent pour degraisser le mammouth. Qu'ils soient bleus, oranges, jaunes, rouges ou verts, notre classe politique toute entière est en perdition.

5.Posté par tupai le 23/09/2014 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pour faire un remblai il faut des cailloux, beaucoup, ça implique de nouvelles agressions contre les rivières déjà très sollicitées, notamment la Papenoo, et effectivement on n'a pas les chiffres, juste un global qui ne signifie pas grand chose,
le tahoeraa joue sa partie sans tenir compte des habitants, du peuple.

6.Posté par eccehomo987 le 25/09/2014 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A moins que je ne sache pas comprendre le français, quand on écrit :

«Jusqu’au 31 décembre 2017, il peut être conclu un contrat de travail dénommé Contrat d’insertion pour le développement, pour toute nouvelle embauche de salariés, aux fins de participation aux grands projets de construction, d’équipement et d’aménagement dans la zone de développement économique prioritaire de Tahiti Mahana Beach»

il est question de la conclusion, donc du début du contrat , et aucunement de sa fin ....
En conséquence, les travailleurs de ce chantier pourront recevoir ce SMIG dévalorisé bien au-delà du 31 décembre 2017 ...

Maintenant, espérons que le Peuple empêchera le Gouvernement de poursuivre ce projet sans rapport avec la réalité polynésienne ....

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 14:31 Covid-19 : Un nouveau décès et 2154 cas actifs

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus