Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Le lien entre troubles bipolaires et maladies cardiovasculaires reste méconnu



Paris, France | AFP | vendredi 29/03/2019 - Les personnes souffrant de troubles bipolaires ont plus de risques de développer des maladies cardiovasculaires, mais une nouvelle enquête montre que ce lien reste largement méconnu y compris des médecins et des patients concernés, alors que les connaissances sur la maladie en général progressent.

Si la quasi-totalité des personnes interrogées (94%) connaissent au moins de nom cette maladie psychiatrique, seuls 35% sont capables de la décrire correctement, conclut ce sondage mené par Odoxa à l'occasion de la journée mondiale des troubles bipolaires samedi.
Mais, par rapport à la précédente enquête réalisée en 2009, la connaissance de la nécessité de prendre un traitement à vie progresse de 7 points et la proportion de personnes évaluant correctement l'âge de début de la maladie augmente de 14 points, soulignent la Fondation Fondamental, l'association de patients et de proches Argos 2001 et le Collège de la médecine générale.
D'autres aspects de la maladie restent toutefois obscurs pour la population mais aussi pour les personnes concernées. Ainsi en va-t-il de l'association entre troubles bipolaires et maladies cardiovasculaires.
"79% des Français et 68% des médecins généralistes l'ignorent! Et ce taux reste important chez les patients et les aidants: respectivement 62,9% et 61,9%", soulignent les trois organismes, qui y voient "une zone d'ombre préoccupante".
"Au sein de la Fondation Fondamental, nous avons montré que la prévalence du syndrome métabolique (des anomalies du métabolisme tels que le diabète, l'obésité ou l'hypertension) est deux fois plus importante chez les patients qu'en population générale", explique Marion Leboyer, directrice de la fondation dédiée à la lutte contre les troubles psychiatriques.
Or ces troubles "prédisposent aux maladies cardiovasculaires qui sont la première cause de mortalité de nos patients", ajoute-t-elle, appelant à une plus grande sensibilisation sur ce sujet.
On estime qu'en France entre 650.000 à 1,6 million de personnes sont atteintes de ces troubles, qui apparaissent généralement entre 15 et 25 ans. 
Auparavant appelés "psychoses maniaco-dépressives", ils se caractérisent par une alternance de phases dépressives et de phases d'exaltation dites maniaques ou hypomaniaques. 
Cette pathologie est généralement prise en charge avec un traitement régulateur de l'humeur, des psychothérapies spécialisées et le respect d'une bonne hygiène de vie.
Le diagnostic met souvent très longtemps à être posé: il y a en moyenne 10 ans entre le premier épisode de la maladie et la mise en place d'un traitement adapté.
Le sondage d'Odoxa, conduit auprès de 1.000 Français et 154 médecins généralistes, a été complété par une consultation auprès des adhérents d'Argos 2001, qui a permis de recueillir les réponses de 116 patients et 63 aidants.

le Vendredi 29 Mars 2019 à 06:57 | Lu 226 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies