Tahiti Infos

Le Tavini prend la parole à Tarahoi


Tahiti, le 12 juillet 2023 - Les 57 élus de Tarahoi ont rendez-vous ce jeudi pour examiner onze rapports, quasiment tous issus de l'ancienne mandature. Comme prévu également, le texte visant à modifier la composition du Cesec sera étudié pour que la quatrième institution du Pays puisse enfin se remettre au travail. Sept questions orales, dont quatre du Tavini, ouvriront cette séance et permettront de tendre la perche au gouvernement sur divers sujets.
 
“Je note que pour cette première séance, il n'y a que des questions de la minorité, donc j'encourage notre majorité à poser plein de questions”, déclarait, avec un petit sourire, le président du Pays Moetai Brotherson lors de la séance de l'assemblée du 22 juin dernier. Et il a été entendu. Pour la séance prévue ce jeudi, le Tapura posera deux questions, une seule des élus non-inscrits A here ia Porinetia, et quatre du groupe Tavini.

C'est un outil de contrôle parlementaire qui permet aux élus de l'assemblée d'interpeller le gouvernement sur des sujets ponctuels et sur des points d'actualité. Il faut dire que la séance de questions orales est un exercice intéressant tant pour la majorité que pour ses détracteurs. Mais pas pour les mêmes raisons.

D'un côté, cela permet à la majorité de tendre la perche au gouvernement sur des sujets qu'il souhaite développer ou mettre en avant. Et de l'autre, c'est l'occasion pour l'opposition de pointer du doigt l'action du gouvernement et d'appuyer là où ça fait mal. Le 22 juin par exemple, le Tapura avait saisi cette opportunité pour mettre la pression sur le gouvernement concernant la cherté de la vie et la suppression programmée de la fameuse TVA sociale. Une promesse de campagne dont on ignore tout pour l’instant du calendrier et des modalités.

Étudiants, lagons et bons alimentaires en question

Ce jeudi, c'est donc le groupe majoritaire qui sera à la manœuvre dans l'hémicycle avec deux questions relatives au domaine de l'éducation : l'une sur la prochaine rentrée scolaire, avec la problématique des absences des enseignants, et le point sur la réforme “Lehartel” de l'Éducation mise de côté par son successeur au ministère de l'Éducation, Ronny Teriipaia. La deuxième concerne le sempiternel souci de nos étudiants concernant leurs demandes de bourses et de logement.Une troisième question sera posée au président du Pays cette fois sur “l'occupation grandissante et anarchique de nos lagons”, et les solutions à apporter pour que “nos mers retrouvent leur utilisation principale : servir de garde-manger” aux générations futures. Et pour rester dans la mer, c'est la filière perlicole et les "réformes appropriées" à apporter pour soutenir cette activité qui fera l'objet d'une question orale d'un élu Tavini.

Du côté de l'opposition, le Tapura Huiraatira s'intéresse aux communes et plus précisément à leur soutien financier ainsi qu'à l'avenir compromis des CAE (convention d'accès à l'emploi) dans les collectivités locales, où "un quota de cinq CAE par commune" aurait été fixé. A Here Ia Porinetia (AHIP), par la voix de son élue non-inscrite Teave Chaumette, demande à faire le point sur un dispositif mis en place en 2022 par l'ancienne ministre des Solidarités, Isabelle Sachet. Il s'agit de la carte Auti'a qui est venue remplacer les bons alimentaires octroyés par la Direction des solidarités, de la famille et de l'égalité (DSFE) aux familles en difficulté. 500 familles de la zone urbaine de Tahiti ont ainsi pu expérimenter ce nouveau moyen de paiement plus moderne et sécurisé, et l'heure est aujourd'hui au bilan.

11 rapports au menu de la séance
 
Rien de bien folichon au menu de cette séance. Tous les textes, ou presque, proviennent en effet de l'ancienne majorité et ne devraient, a priori, pas provoquer de débats houleux dans l'hémicycle. Trois projets de loi sur le tourisme seront notamment étudiés : le premier sur le pilotage et la déconcentration de la politique touristique de la Polynésie française ; le deuxième sur la règlementation en matière d'hébergements touristiques ; et le dernier sur les aides octroyées aux pensions de famille. Un nouveau texte émane du gouvernement comme l'a évoqué Tahiti Infos ce lundi : il s'agit d'un projet de délibération relatif à l'organisation et la recomposition du Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec).

Depuis septembre 2022, les membres de la quatrième institution du Pays sont au chômage forcé en attendant d'être renouvelés. Or, ils doivent être obligatoirement saisis pour avis sur tous les textes à caractère économique et social. Et ils ne devraient pas manquer de travail avec la session budgétaire qui se profile à l'horizon et les mesures fiscales attendues pour maîtriser le coût de la vie. Enfin, notons que la proposition de l'élue non-inscrite AHIP Nicole Sanquer de proroger la commission d'enquête sur la gestion de la crise sanitaire a été retenue et inscrite à l'ordre du jour de cette séance qui sera la dernière de la session administrative 2023.
 

Rédigé par Stéphanie Delorme le Mardi 11 Juillet 2023 à 16:31 | Lu 3127 fois