Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Le Sofitel de Tahiti vise le "5 étoiles"



Les douze bungalows sur pilotis ont été rénovés.
Les douze bungalows sur pilotis ont été rénovés.
Papeete, le 3 juin 2019 - Géré depuis octobre 2018 par le géant mondial Accor, le Tahiti Ia Ora Beach Resort, avec son nouveau label Sofitel, affiche clairement ses ambitions dans l'hôtellerie du luxe. L'hôtel a trois ans pour devenir un "5 étoiles". Et pour réussir ce challenge dans l'univers du luxe, l'établissement a misé sur le relooking très design de ses douze bungalows sur pilotis.


Luxe, calme et pilotis ! C'est probablement l'impression qui viendra à l'esprit du touriste en posant ses valises dans l'un des douze bungalows sur pilotis totalement rénovés du Tahiti Ia Ora Beach Resort by Sofitel. En chantier depuis deux ans environ, les bungalows viennent tout juste d'ouvrir depuis une semaine. Et une chose est sûre, ils répondent clairement aux ambitions luxueuses affichées par la direction de l'établissement depuis son transfert vers le groupe Accor. Design épuré, couleurs douces et chics, matériaux naturels, les nouveaux bungalows s'inscrivent clairement dans le haut de gamme.

300 MILLIONS DE FRANCS INVESTIS

Didier Lamoot, directeur régional du groupe Accor pour la Polynésie française et Heikura Vaxelaire, directrice commercial et Marketing.
Didier Lamoot, directeur régional du groupe Accor pour la Polynésie française et Heikura Vaxelaire, directrice commercial et Marketing.
"Le label Sofitel est dans le 'Luxury level'. On a trois ans pour passer en 5 étoiles", prévient d'entrée de jeu, Didier Lamoot, directeur régional du groupe Accor pour la Polynésie française. Avec le transfert de sa gestion au géant mondial Accor et son label Sofitel en octobre dernier, l'établissement de la côte ouest de Tahiti a changé de catégorie pour jouer dans la cour des grands de l'hôtellerie. Et à ce jeu, le bungalow sur pilotis au milieu d'un lagon turquoise est l'atout chic indispensable. "On ne peut pas parler de luxe sans avoir un bungalow sur pilotis. Cela répond à une réelle demande des touristes qui viennent en Polynésie. Nous avons investi 300 millions de francs pour leurs rénovations ", affirme Didier Lamoot.


LA CLIENTÈLE EST EN ATTENTE DU "SAVOIR BIEN VIVRE"

Crédit : Grégoire Le Bacon.
Crédit : Grégoire Le Bacon.
Mais l'image de la carte postale luxueuse ne s'arrête pas seulement aux pilotis. Pour cette montée en gamme avec le label Sofitel, l'établissement doit continuer à investir. "On doit se réactualiser, on va refaire les chambres, les suites, développer une gastronomie abordable, faire venir l'art dans l'hôtel. La grande salle de réunion va également être agrandie pour accueillir davantage de monde (...). Il y a clairement une clientèle exigeante en attente du "savoir bien vivre". Elle est prête à mettre le prix, mais à condition d'avoir l'offre qui va avec", insiste le directeur.
La transformation du Tahiti Ia Ora Beach Resort by Sofitel s'inscrit dans la logique touristique des séjours en combo en Polynésie française. Pour répondre à cette demande, le groupe Accor avait besoin d'avoir "un pied-à-terre" sur l'île de Tahiti.
"Nous avons deux hôtels Sofitel à Bora Bora, le Marara et le Private Island et un Sofitel à Moorea. Nous avons déjà commencé des travaux au Marara puis nous aborderons le Private Island. Nous procéderons aussi à un lifting à Moorea. Nous nous devions d'avoir un hôtel haut de gamme à Tahiti. Nous devrions pouvoir offrir un beau circuit de luxe à nos clients d'ici quelques temps", se réjouit Didier Lamoot.


Rédigé par Pauline Stasi le Lundi 3 Juin 2019 à 17:29 | Lu 3059 fois

Tags : HOTEL





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus