Tahiti Infos

Le Pays impose le test RT-PCR avant l'entrée en Polynésie


Tahiti, le 27 décembre 2021 – À l'occasion d'un conseil des ministres extraordinaire lundi, le gouvernement polynésien a pris un arrêté imposant un test RT-PCR –et excluant la possibilité du test antigénique– de moins de 48 heures pour tous les passagers désirant entrer en Polynésie française.
 
Alors que le haut-commissariat annonçait la semaine dernière qu'un décret de l'Etat imposait désormais un test "RT-PCR ou antigénique" de moins de 24 heures pour tous les voyageurs souhaitant se rendre en Polynésie française, le gouvernement polynésien a durci la mesure cette semaine. A l'occasion d'un conseil des ministres extraordinaire lundi matin, le gouvernement a acté l'obligation pour "toute personne âgée d’au moins 12 ans souhaitant embarquer à bord d’un vol à destination de la Polynésie française" de présenter "un résultat de test négatif de dépistage du SARS-CoV-2 effectué par la technique de réaction en chaîne par polymérase (RT PCR), pratiqué dans les deux jours précédant le vol". Décision effective à compter de ce jeudi 30 décembre.
 
Le gouvernement local exclut donc la possibilité de réaliser un test antigénique et impose désormais le seul test RT-PCR réputé plus fiable. En effet, le test antigénique nécessite le même prélèvement nasopharyngé que le RT-PCR, mais avec une technique d'analyse simplifiée. Il est moins sensible et pertinent uniquement si le patient présente des symptômes en rapport avec le Covid-19, indiquent les sites de santé spécialisés. À l’arrivée en Polynésie française, les voyageurs devront pouvoir présenter à tout contrôle le résultat négatif de ce test RT-PCR. Et en cas d’absence de résultat à ce test, un dépistage individuel par cette technique sera réalisé en urgence, précise le gouvernement. Un test qui sera à la charge de la personne à compter du 10 janvier prochain, l'idée étant de laisser passer le délai du retour des vacances de Noël.
 
Isolement de 72 heures "demandé"
 
Le gouvernement a également acté une autre mesure, cette fois-ci "demandée" sans caractère contraignant, aux voyageurs arrivant au fenua. Ces derniers devront réaliser un "isolement prophylactique" –une quarantaine– de 72 heures dans un lieu de leur choix, le temps d’avoir le résultat définitif de l'autre test de dépistage réalisé à l'aéroport à l’entrée en Polynésie française. Les passagers seront contactés uniquement si le résultat du test de dépistage est positif, et la personne sera ainsi informée par le Bureau de veille sanitaire des préconisations à prendre pour limiter la transmission du virus sur le territoire, précise le gouvernement.
 
Des mesures qui complètent le dispositif existant associant vaccination obligatoire pour les voyageurs, test de dépistage du Covid-19 à l’arrivée sur le territoire pour tous, motifs impérieux pour les non vaccinés ainsi que pour les personnes vaccinées arrivant d’une zone particulièrement à risque (rouge ou rouge écarlate) et quarantaine de dix jours pour les non vaccinés pour lesquels le déplacement ne peut être reporté (evasan notamment).
 
Chacun dans ses compétences ?
 
Pour justifier cette décision, le gouvernement s'appuie sur la "situation internationale qui montre la circulation d’un nouveau variant Omicron qui est en train de prendre le dessus sur le variant Delta du SRAS-CoV-2 compte tenu de son extrême contagiosité". Et il rappelle que, depuis la semaine dernière, le nombre de passagers arrivant au fenua et dépistés positifs au Covid-19 est en forte augmentation.
 
Les autorités sanitaires du Pays n'ont pas caché ces dernières semaines leurs réticences sur la fiabilité des tests antigéniques. Et il s'est avéré que la grande majorité des cas de variants identifiés ces dernières semaines à l'aéroport, après avoir passé le filtre du premier test demandé avant le vol, faisaient majoritairement suite à ce type de tests antigéniques… Selon nos informations, le Pays avait d'ailleurs demandé à l'Etat ces derniers jours de ne plus prendre en compte que les tests RT-PCR dans son décret imposant le dépistage à J-1 aux voyageurs. Mais il n'a pas été entendu par Paris.
 
Résultat, le Pays a tenté de rester dans ses compétences, celles de la santé sur le territoire de la Polynésie française, en imposant ce test RT-PCR à l'entrée pour "compléter" le décret national, glisse-t-on avec un sens de la formule très choisi côté Pays.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 27 Décembre 2021 à 15:02 | Lu 7555 fois