Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le Parlement papou adopte une batterie de lois draconiennes contre la criminalité



Le Parlement papou adopte une batterie de lois draconiennes contre la criminalité
PORT-MORESBY, mardi 28 mai 2013 (Flash d’Océanie) – Le Parlement de Papouasie-Nouvelle-Guinée a adopté mardi une série de textes de lois visant à durcir radicalement l’arsenal juridique et pénal de cet État mélanésien, confronté ces derniers mois à une vague de criminalité caractérisée par des vols à main armée, des évasions en masse, des viols en réunion et même des exécutions publiques de femmes sous couvert d’accusations de sorcellerie.
Parmi les textes adoptés mardi : ceux, notamment, qui ressuscitent de fait la peine de mort, bien que ce mode de châtiment n’ait jamais vraiment été supprimé du Code Pénal papou.
Dans le champ d’application de cette peine : des crimes allant du vol à main armée avec récidive, de viols en réunion, de meurtre de personnes accusées de sorcellerie, ou encore de meurtre d’enfants de moins de dix ans.

Pour les cas de corruption active et de détournement de fonds, pour des montants dépassant les dix millions de Kina (environ 3,5 millions d’euros), les coupables risqueront la prison à vie.
Si la somme est inférieure à 10 millions de Kina, alors la peine maximale serait cinquante ans de prison ferme et sans possibilité de libération anticipée.
Concernant les modes d’exécution de la peine capitale, les projets de loi soumis au vote des députés laissaient la porte ouverte à un choix entre la pendaison, jusqu’à ce que mort s’ensuivre, l’administration d’anesthésiants suivie d’une injection de substances létales, l’administration d’anesthésiants suivie d’une privation d’oxygène, l’électrocution et enfin la mort par peloton d’exécution.
Le choix de la méthode d’exécution devrait ensuite être effectué au cas par cas.
Par ailleurs, la loi relative à la sorcellerie, montrée du doigt comme ayant servi de prétexte à des exécutions sommaires et publiques, ces dernières semaines, de femmes accusées de la mort inexpliquée d’un membre de la communauté, a été abrogée, rapporte la radio nationale NBC.

La peine de mort fait théoriquement toujours partie de l’arsenal juridique papou, mais elle n’a pas été pratiquée depuis des décennies.
Motif : la méthode préconisée par les textes, la pendaison, était jusqu’ici jugée inappropriée.
De ce fait, une dizaine d’individus, condamnés à la peine de mort, sont toujours en souffrance.

Dans son dernier rapport mondial rendu public cette semaine, l’organisation de défense des droits humains Amnesty international consacre un chapitre à la Papouasie-Nouvelle-Guinée,http://amnesty.org/fr/region/papua-new-guinea/report-2013 dans lequel, outre les violences faites aux femmes et aux filles, est spécifiquement mentionné le problème des meurtres liés à la sorcellerie.

« De nombreuses informations faisaient état de meurtres liés à la sorcellerie, les femmes risquant généralement plus que les hommes d’en être victimes. À quelques exceptions près, les autorités n’ont pas fait grand-chose pour lutter contre ce problème. En juillet, la police a arrêté huit femmes et 21 hommes, qui ont été inculpés de meurtre et d’actes de cannibalisme sur la personne de trois femmes et de quatre hommes, dans la province de Madang. Les auteurs présumés de ces actes avaient soutenu que les victimes étaient des sorciers », souligne le rapport.


Un « revers majeur », selon l’ONU

La perspective de réactivation de la peine de mort a aussi tout récemment suscité l’indignation de l’ONU et de son Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).
Dans un communiqué vendredi 17 mai 2013, le HCDH considère les intentions papoues comme un « revers majeur » et a exprimé « sa vive préoccupation ».
La Haut commissaire Navi Pillay a également envoyé une lettre au Premier ministre O’Neill « l'exhortant à maintenir le moratoire et à faire partie du nombre croissant d'États membres qui ont aboli cette peine, dont 11 États du Pacifique », a précisé le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d'une conférence de presse à Genève.
La Papouasie Nouvelle-Guinée avait placé en 1954 un moratoire sur la peine de mort avant de voter une loi en 1970 prohibant son application, sans toutefois retirer cette peine de ses textes.
« La recrudescence des crimes violents en Papouasie Nouvelle-Guinée, tels que les viols, les actes de torture et les meurtres, pose, il est vrai, un défi considérable. Néanmoins, il n'a jamais été prouvé que la peine de mort soit plus dissuasive que d'autres sanctions pénales », insiste le porte-parole.

Au plan local, certains sont aussi ouvertement opposés à la peine de mort, mais en raison de leurs convictions religieuses affichées : ainsi, le chef de la police de la province de Jiwaka (Hauts Plateaux), Simon Nigi, n’hésitait pas mi-mai 2013 à estimer qu’en guise de sentence, au lieu de l’exécution, les criminels endurcis devraient avoir « les bras coupés ».
L’officier de police a confié au quotidien The National qu’il était personnellement opposé à la peine de mort, du fait de ses convictions chrétiennes.
« Dieu donne la vie et lui seul peut la reprendre, personne d’autre n’a ce droit de prendre la vie (…) Mais ces gens utilisent bien leur bras pour commettre leurs crimes. Et donc si on leur coupe, ils ne pourraient plus rien faire. Par exemple, si je laisse un pistolet chargé devant un criminel sans bras et que je quitte la pièce, quand je reviens, le pistolet n’aura pas bougé », a-t-il lâché.


Un « Alcatraz » papou ?

Pour les peines d’emprisonnement des criminels les plus endurcis, une autre mesure a été annoncée par les autorités locales : une nouvelle prison de haute sécurité sur l’île de Manus, où se trouve déjà un centre de rétention pour des immigrants clandestins interceptés à destination de l’Australie.
Selon le Premier ministre papou, Peter O'Neill, cet établissement aurait pour principal avantage de se trouver sur une petite île isolée, ce qui devrait rendre plus difficiles les évasions, qui ne cessent de se produire dans les centres pénitentiaires actuels, y compris la prison de Bomana, tout près de la capitale Port-Moresby, ou celle de Beon (Madang).
Selon le projet dévoilé, il s’agirait aussi de la première prison gérée par une société privée, en sous-traitance, a précisé M. O’Neill, qui s’exprimait lors d’une session du Parlement national.
Cette annonce intervient quelques jours après la visite officielle en Papouasie-Nouvelle-Guinée de la Première ministre australienne Julia Gillard.
À cette occasion, des questions de sécurité nationale ont été évoquées, y compris un accord entre les deux pays concernant le retour en Papouasie-Nouvelle-Guinée de conseiller australiens dans le domaine de la police et le développement d’une coopération militaire bilatérale.
La question de la cohabitation sur la même île du centre de rétention pour immigrés (réactivé en octobre 2012 à la demande expresse de l’Australie) et de ce projet de prison de haute sécurité n’a pas encore été explicitement évoquée par le gouvernement local.

Mouvement national contre le crime

Les 13 et 14 mai 2013, à travers tout le pays, des manifestations ont eu lieu sous forme de protestations, manifestations et autres marches pacifiques, dans le cadre d’une action concertée en vue de sensibiliser la population aux violence faite aux femmes de cet État mélanésien et qui ont connu, ces derniers mois, une nouvelle vague de recrudescence.
Le mouvement intervenait aussi en réaction à une recrudescence plus générale de la criminalité dans cet État mélanésien de sept millions d’habitants.
Ce mouvement, baptisé « Haus Krai » (la maison des pleurs en pidgin mélanésien), intervient notamment en réponse à une prolifération de cas de violences faites aux femmes, non seulement dans le cadre conjugal, mais aussi en mode exécution de personnes publiquement accusées de pratiquer la sorcellerie.
Par ailleurs, plusieurs cas de viols collectifs ont été signalés ces dernières semaines, dont certains concernaient des femmes expatriées.
La dernière en date était une jeune chercheuse américaine.
Ce mouvement a aussi été relayé par les organisations de défense des droits des femmes de plusieurs pays de la région, dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Fidji, le Japon, la Malaise et les Philippines.
M. O’Neill, interpellé par de nombreuses pétitions, s’était résolu à présenter ses excuses à la population tout en promettant de prendre des mesures fortes.
Ce dernier a notamment rappelé son intention de durcir les lois condamnant les violences faites aux femmes et d’abroger une vieille loi relative aux pratiques de sorcellerie, perçue comme étant désormais utilisée comme prétexte par des communautés pour montrer du doigt des femmes et les exécuter sommairement, comme ce fut le cas à plusieurs reprises depuis le début 2013.
L’une d’elles, une jeune mère d’un nourrisson, a été brûlée vive sur la place publique, sous les yeux d’une police impuissante.

pad

Rédigé par PAD le Mardi 28 Mai 2013 à 06:34 | Lu 337 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués