Tahiti Infos

Le Medef amer sur le choix du gouvernement


Frédérick Dock, le président du Medef-Polynésie. Archives Tahiti Infos
Frédérick Dock, le président du Medef-Polynésie. Archives Tahiti Infos
Tahiti, le 8 décembre 2023 - Le patron du Medef, dans des vœux bien amers, coupe les ponts avec le gouvernement et attend désormais de voir où les réformes vont conduire le Pays.

Dans ses vœux envoyés bien avant l’heure, mais juste avant l’étude du budget primitif 2024 par l’assemblée de la Polynésie française, le président du Medef, Frédéric Dock, renouvelle vendredi son désarroi. 

Le Livre blanc présenté par le syndicat patronal aux candidats des élections territoriales n’a pas été repris, pas même un peu.

Nous avons patiemment attendu, avec un optimisme certain, les 100 premiers jours du gouvernement Brotherson puis les 200 jours”, écrit Frédéric Dock avant de tirer un bilan de sa propre organisation, se refusant à faire celle du gouvernement. 

Force est de constater que si plusieurs de nos nombreuses propositions ont fait écho, nous n’en avons pas encore mesuré l’impact dans les actions gouvernementales. Peut-être parce que les multiples rencontres auxquelles nous avons participé ne se sont, in fine, jamais révélées être de véritables concertations”, explique-t-il amer une fois de plus.

Dans l’expectative 
 
La loi fiscale proposée par le gouvernement et soumise, très prochainement, à l’examen des représentants à l’assemblée de la Polynésie française, va de notre point de vue à l’encontre des effets recherchés, à savoir le développement économique et la création d’emplois, au bénéfice du financement de nos comptes sociaux”, poursuit-il. 

Alors que dans nos colonnes, il avait prophétisé un arrêt de l’économie et des investissements privés si le gouvernement poursuivait dans sa quête de faire porter le poids du redressement économique sur la fiscalité des entreprises, Frédéric Dock annonce la fin des discussions avec le gouvernent, le temps de voir quels seront les impacts des nouvelles lois fiscales prochainement étudiées à Tarahoi. “Le président de la Polynésie française ayant récemment annoncé sur un plateau de télévision que le prochain bilan interviendrait à la date anniversaire de son élection, il nous revient d’en tirer toutes les conséquences et de laisser le soin au gouvernement de dérouler sa politique comme il l’entend”, conclut-il. “Le temps de la prise d’initiatives, auquel nous n’avons pas failli, est désormais derrière nous.

Rédigé par Bertrand PREVOST le Lundi 11 Décembre 2023 à 06:46 | Lu 3320 fois