Tahiti Infos

Le 1er juin, une Nuit blanche ultramarine et "largement politique" à Paris


Installation artistique pour la Nuit blanche 2023. Crédit Christophe DELATTRE / AFP
Installation artistique pour la Nuit blanche 2023. Crédit Christophe DELATTRE / AFP
Paris, France | AFP | mardi 14/05/2024 - La Nuit blanche spéciale Outre-mer, organisée le 1er juin à Paris et sa banlieue, mais aussi dans les territoires ultramarins, aura une dimension "largement politique" car critique "vis-à-vis du pouvoir français", a indiqué mardi sa directrice artistique, réagissant à l'actualité en Nouvelle-Calédonie.

La 23e édition de la manifestation parisienne d'art contemporain, initiée en 2002 par l'ex-maire Bertrand Delanoë, se déroulera à Paris mais aussi "sur un grand nombre de fuseaux horaires", sept en tout, a résumé lors d'une présentation l'adjointe PS à la Culture Carine Rolland.

En démarrant en Nouvelle-Calédonie, "là où le soleil se lève le plus tôt en France", et en se terminant en Polynésie, où il "se couche le plus tard", elle sera "la plus longue Nuit blanche" organisée, a souligné la maire PS Anne Hidalgo, citée dans le dossier de presse.

En Ile-de-France, la mairie de Paris et les 30 communes associées de la Métropole du Grand Paris (MGP), qui rendra les Vélib' gratuits pour l'occasion, présenteront environ 270 projets artistiques. Rouen et sept territoires ultramarins en dévoilera au moins un chacun.

A Paris, des artistes de Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Polynésie, Nouvelle-Calédonie et Mayotte, mais aussi des Etats-Unis, ancreront cette édition "dans la mémoire des cultures jadis coloniales et aujourd'hui qualifiées d'ultramarines", a dit la directrice artistique Claire Tancons, spécialiste du sujet.

Réagissant aux violences survenues ces derniers jours en Nouvelle-Calédonie, au moment où l'Assemblée nationale entame une révision constitutionnelle décriée par les indépendantistes, Mme Tancons annonce une édition ultramarine "largement politique" car "placée sous le signe d'une grande criticalité vis-à-vis du pouvoir français".

Ainsi voit-elle la performance organisée à la Bibliothèque historique de la Ville, autour des textes de l'écrivain martiniquais Patrick Chamoiseau, comme un exemple de "déconstruction" pour "sortir de cet étau" incarné par la "chape coloniale", a-t-elle indiqué à l'AFP.

Dans le square du Palais Galliera, un "défilé punk rock déconstruit", organisé par la chorégraphe Soroya Thomas, donnera "à voir le corps de l'homme blanc" pour "analyser ce qui fait la prégnance de l'hégémonie masculine blanche", a-t-elle aussi expliqué.

Interrogé par l'AFP, l'adjoint aux Outre-mer Jacques Martial est revenu sur le voyage polémique, mi-officiel mi-privé, de Mme Hidalgo en Nouvelle-Calédonie et Polynésie français à l'automne dernier.

"La présentation aux autorités politiques de cette Nuit Blanche, de ce projet qui les invite à contribuer, à faire pays avec Paris" était "un des objectifs de ce voyage" auquel il a participé, a-t-il justifié.

le Mercredi 15 Mai 2024 à 05:00 | Lu 599 fois