Tahiti Infos

La valse des chefs de service


Tahiti Infos fait le point sur les différentes évictions et nominations au sein de ces structures du Pays qui se retrouvent avec des chefs de service ou des directeurs d'établissement par intérim.  crédit photo Gregory Boissy
Tahiti Infos fait le point sur les différentes évictions et nominations au sein de ces structures du Pays qui se retrouvent avec des chefs de service ou des directeurs d'établissement par intérim. crédit photo Gregory Boissy
Tahiti, le 31 juillet 2023 - Tandis qu'il dévoilait la “dream team” qui composait son gouvernement le 15 mai dernier, le président Moetai Brotherson confirmait les engagements de campagne du Tavini selon lesquels il n'y aurait pas de “chasse aux sorcières” dans les services et établissements du Pays. Deux mois et demi après, force est de constater une valse à la tête de différents organismes. 
 
“Il n'y aura aucune ‘chasse aux sorcières’ dans l'administration.” C'était écrit noir sur blanc dans le programme du Tavini Huiraatira pour les territoriales d'avril dernier. Une fois élu et au moment de présenter les dix ministres composant son gouvernement, le président Moetai Brotherson avait à nouveau confirmé cette volonté affichée pendant la campagne électorale. Prudent, il ajoutait néanmoins qu'il avait bien conscience que “certaines personnes n’auraient pas spécialement envie de travailler avec le nouveau gouvernement” et qu'il faudrait alors “respecter” leur décision. Logique. Enfin, il ajoutait que s'il était amené à “se séparer de certains chefs de service ou d’établissement, ce ne sera jamais fait avec brutalité mais avec bienveillance et humanité”.
 
Devoir de réserve oblige, difficile de savoir véritablement dans quelles conditions les uns et les autres ont été remerciés. Mais deux mois et demi plus tard, il y a bel et bien un jeu de chaises musicales qui s'opère. Tahiti Infos fait le point sur les différentes évictions et nominations au sein de ces structures du Pays qui se retrouvent avec des chefs de service ou des directeurs d'établissement par intérim. Jusqu'à quand durera cet interlude, c'est une autre question...
 
CPS attend directeur désespérément
 
D'abord, rappelons que la Caisse de prévoyance sociale attend toujours qu'un directeur soit nommé. Une situation qui dure depuis le départ de Vincent Fabre “pour raisons personnelles” le 31 mars dernier. Avant que les élections ne rebattent les cartes donc. Sauf que depuis, rien de neuf sous le soleil. C'est toujours Vincent Dupont qui assure l'intérim. Plusieurs candidatures ont circulé mais le gouvernement n'a toujours pas tranché. Et ce, alors que l'assemblée doit entériner ce mardi la suppression de la TVA sociale dont les recettes servaient à financer la protection sociale généralisée (PSG). À la Direction de la santé, les équipes attendent aussi. C'est toujours Damien Durand qui assure les fonctions de directeur par intérim depuis le 7 juin dernier. 
 
Jeu de chaises musicales
 
Après la nomination d'Hervé Varet comme directeur de cabinet du ministre Tevaiti Pomare, c'est Teama Richmond qui a pris la suite à l'Institut Louis-Malardé (ILM) où il assure la direction par intérim depuis le 31 mai. À l'aviation civile, c'est Myriam Namri qui a succédé à Georges Puchon le 21 juin dernier. Toujours par intérim. Idem à la délégation de la Polynésie française à Paris où il y a eu du ménage comme l'avait déjà relaté Tahiti Infos. Caroline Tang, qui semblait cristalliser beaucoup de tensions, a été remplacée par Sarah Teriitaumihau qui a notamment été collaboratrice de Maina Sage quand elle était députée. À l'Épic Vanille, exit Emma Maraeura au profit de Laiza Vongey, nommée directrice par intérim le 13 juillet dernier.
 
Et le 26 juillet, trois arrêtés du conseil des ministres portant nomination de Teiva Shan en qualité de directeur par intérim en lieu et place de Teiva Manutahi à la délégation pour la prévention de la délinquance ; de Timeri Sommers à la tête de la direction de la construction et de l'aménagement et qui succède à Maryline Dal Farra, en poste depuis un an après avoir été conseillère technique auprès de Jean-Christophe Bouissou ; et de Hinano Teanotoga pour remplacer Rotui Tehei à l'agence de développement économique.
 
Une équation à deux inconnues
 
Enfin, l'arrêté de fin de fonctions de Démécia Manuel en tant que directrice des solidarités, de la famille et de l'égalité (DFSE) a lui aussi été pris le 26 juillet dernier mais on ne connaît pas encore son ou sa remplaçante. Elle retourne à l'OPT où elle était directrice de la communication. À l’Office polynésien de l'habitat (OPH), on sait déjà que Moana Blanchard va quitter ses fonctions à la fin du mois comme c'était déjà prévu sous l'ancienne mandature. Mais qui prendra le relais ? Selon nos informations, quelques noms circulent dont ceux de Mario Banner (ancien chef de la police nationale qui a eu maille à quitter ses fonctions) qui a démenti l'information, et de Yan Jambet (ancien gérant d'une agence immobilière ayant notamment travaillé avec l'OPH). Une décision qui pourrait être prise en conseil des ministres de ce mercredi.

Rédigé par Stéphanie Delorme le Lundi 31 Juillet 2023 à 17:31 | Lu 16377 fois