Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


La tuberculose continue à reculer mais le combat reste "fragile"



La tuberculose continue à reculer mais le combat reste "fragile"
WASHINGTON, 17 oct 2012 (AFP) - La tuberculose, qui a tué 1,4 million de personnes en 2011, continue à reculer mais le combat contre la maladie "reste fragile" notamment en terme de financement, a annoncé mercredi l'Organisation mondiale de la santé.

"La dynamique créée pour faire échec à cette maladie est en réel danger", prévient le Dr Mario Raviglione, directeur à l'OMS du département Halte à la tuberculose, dans un communiqué. "Nous sommes aujourd'hui à la croisée des chemins, vers l'élimination de la tuberculose de notre vivant ou vers des millions de décès supplémentaires dus à la maladie".

Selon le rapport 2012 de l'OMS publié à Washington, 8,7 millions de personnes ont contracté le bacille en 2011 (dont 13% sont également infectées par le virus du sida), contre 8,8 millions l'année précédente, enregistrant une baisse de 41% depuis 1990.

Mais la "charge reste toujours considérable" en nombre de décès, qui reste inchangé par rapport à l'année précédente à 1,4 million, ajoute l'OMS. La mortalité avait atteint un sommet en 2003 avec 1,8 million décès.

La tuberculose reste "la principale maladie infectieuse mortelle aujourd'hui", souligne l'OMS.

59% des cas ont été détectés en Asie, 26% en Afrique. L'Inde et la Chine sont les deux pays les plus touchés, avec presque 40% des cas dans le monde.

500.000 enfants de moins de 15 ans ont été touchés, 64.000 sont morts en 2011, détaille pour la première fois l'OMS.

De 1995, date du lancement d'un programme mondial de lutte, à 2011, 51 millions de personnes ont pu être soignées et 20 millions de vies épargnées.

"Ce résultat traduit l'engagement des gouvernements à transformer la lutte contre la tuberculose", estime l'OMS qui se félicite des progrès réalisés en termes de diagnostic, de soins et de recherche pharmaceutique.

Diagnostic en 100 minutes

Mais la lutte "reste fragile", estime l'OMS.

Le rapport note ainsi "une diminution des taux d'incidence et de mortalité" partout mais des "progrès toujours très lents dans la riposte à la tuberculose multirésistante, avec seulement un patient sur cinq diagnostiqué dans le monde". En Inde et en Chine, pays les plus touchés, une seule personne sur dix est diagnostiquée.

L'OMS a toutefois souligné le succès remporté par le Cambodge, qui a enregistré une baisse de 45% de la prévalence de la tuberculose entre 2002 et 2011.

Il se félicite des résultats "impressionnants" obtenus par un nouveau test qui peut donner un diagnostic en 100 minutes, disponible dans 67 pays et, depuis août, beaucoup moins coûteux.

Des nouveaux médicaments prometteurs --les premiers depuis 40 ans-- ont été découverts, qui pourraient arriver sur le marché dès 2013, indique l'OMS. "A terme, ces progrès signifient qu'un nouveau vaccin antituberculeux" pourrait être disponible dans les dix ans, estime l'OMS.

Pour les associations, le rythme de la lutte contre la tuberculose doit s'accélérer. "Les traitements sont inadéquats", estime ainsi TB Alliance, qui prône des médicaments "plus rapides, moins complexes et moins chers".

Médecins Sans Frontières rappelle que "si vous avez la chance d'être diagostiqué et soigné, vous avez 48% de chances d'être guéri". Or "les niveaux de diagnostic et de soins sont terriblement bas", dénonce MSF.

Mais l'élaboration de ces nouveaux outils "a un prix".

Il manque jusqu'à 3 milliards de dollars par an pour lutter contre la maladie alors que 8 milliards par an sont nécessaires et 1,4 milliard par an manque sur les 2 nécessaires pour la recherche et le développement.

"Ce déficit menace de retarder l'administration de soins antituberculeux aux patients et d'affaiblir les mesures" de prévention, selon le Dr Katherine Floyd, qui a coordonné le rapport.

L'OMS appelle à un "financement international ciblé par les donateurs et à la poursuite des investissements par les pays eux-mêmes" pour protéger les acquis et progresser.

Aujourd'hui, 90% de l'aide de donateurs extérieurs pour la tuberculose provient du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Rédigé par AFP le Mercredi 17 Octobre 2012 à 05:46 | Lu 327 fois






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Avril 2021 - 05:55 AstraZeneca, le vaccin mal-aimé

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies