Tahiti Infos

La transition énergétique polynésienne en préparation


La centrale thermique "Emile Martin", navire amiral du groupe Electricité de Tahiti, vallée de la Punaruu à Punaauia
La centrale thermique "Emile Martin", navire amiral du groupe Electricité de Tahiti, vallée de la Punaruu à Punaauia
PAPEETE, 6 novembre 2014 - Ce n'est qu'en début d'année prochaine que le gouvernement polynésien présentera son plan de transition énergétique qui doit permettre au territoire de se désengager progressivement de l'énergie fossile. Mais l'analyse du rapport des orientations budgétaires 2015 trace déjà les pistes prioritaires envisagées.

La polémique lancée il y a une quinzaine de jours, avec la révélation du courrier qu'EDT a envoyé aux maires en leur proposant de lever un impôt communal sur les installations d'autoproduction d'électricité, n'est pas près de s'éteindre. Et ce d'autant moins que le gouvernement polynésien prépare un plan de transition énergétique où l'opérateur historique de l'électricité en Polynésie se retrouve un peu bousculé. Ce plan sera proposé dès janvier 2015 par le ministre en charge des énergies, Nuihau Laurey, et son premier axe de travail concerne justement l'électricité. C'est ce qui ressort en tout cas de l'analyse des documents fournis aux représentants de l'assemblée de Polynésie pour le débat d'orientation budgétaire du 30 octobre dernier.

Les objectifs de cette transition énergétique sont connus : à moyen terme -à l'horizon 2020-, "atteindre 50% de production d'énergie électrique issue de source endogène et renouvelable". Un objectif écrit depuis décembre 2012 dans la Loi du Pays sur les principes directeurs de la politique énergétique polynésienne. A long terme, pour 2030, l'objectif est plus ambitieux encore : "atteindre 70% d'autonomie énergétique au moindre coût" avec une réduction de "la consommation d'énergie fossile de 30% en 2030 par rapport à 2012".

Ayant pris conscience des enjeux qui lient nécessairement la relance économique du Pays à sa transition énergétique, le gouvernement a lancé il y a quelques mois des audits qui "ont conduit le gouvernement à opter pour une réforme du système avec une meilleure définition des fonctions de chacun des intervenants dans la chaîne, une transparence dans les coûts et les rémunérations des acteurs".

EDT en surchauffe

En mars 2014, la Polynésie française a mandaté un cabinet d'audit spécialisé dans les concessions de service public, la société SP 2000 avec comme objectif la refonte de sa politique énergétique. La mission d'une durée de sept mois consiste notamment en l’étude et la mise en place d’une réforme institutionnelle du secteur électrique (production, transport, distribution), la rédaction d’un nouveau cadre législatif et réglementaire, l’appui à la réalisation d’un schéma directeur énergies renouvelables enfin l’étude et la négociation auprès des opérateurs du secteur du coût de revient kWh et de la grille tarifaire. La mission dont les conclusions définitives devraient être connues prochainement, arrive à son terme.

Mais on sait déjà où se situent les priorités et EDT, l'opérateur historique de l'électricité en Polynésie est visé directement. Un paragraphe du rapport du gouvernement sur le débat d'orientations budgétaires est lumineux. "La Polynésie française a délégué en 1960 à la société Electricité de Tahiti (EDT), le service public de la distribution de l'énergie électrique sur l'île de Tahiti (…) Depuis lors, la société EDT est arrivée à obtenir un monopole de fait sur la plupart des îles de Polynésie ". Le message est encore plus clair lorsque le rapport du gouvernement aborde la question du coût de l'électricité : "le coût du service de l'énergie électrique n'est aujourd'hui pas assez transparent et représente une charge importante tant pour les budgets des ménages, que pour les acteurs économiques, alors même que la collectivité de la Polynésie française accompagne financièrement le prix de l'électricité : prise en charge des surcoûts des hydrocarbures à l'entrée, prise en charge du coût des transports inter-îles des hydrocarbures, faible taxation du kWh électrique, au regard de ce qui se pratique ailleurs, diverses défiscalisations accordées pour des investissements des moyens de production".

Le rapport conclut même que la situation de monopole d'EDT alimente sa propre position dominante. "L'absence de règles claires et équitables dans le domaine de l'énergie électrique ne permet pas l'émergence de nouveaux acteurs majeurs. Car si le marché n'est pas fermé, les faits attestent d'une certaine difficulté pour les porteurs de projets, de s'insérer dans un marché sur lequel l'opérateur historique est verticalement intégré".

Cette situation s'est vérifiée encore, il y a quelques jours à peine, lorsque le syndicat pour l'électrification des communes du sud de Tahiti (Secosud) a déclaré infructueux son appel d'offres pour le marché de distribution de l'électricité sur la Presqu'île de Tahiti.

Energies renouvelables : un développement exponentiel

Pour réduire sa dépendance aux importations d'hydrocarbures, la Polynésie française entend lancer un vaste programme de développement des énergies renouvelables. "Des investissements de plusieurs milliards de Fcfp par an sont à réaliser dans les 15 prochaines années pour atteindre un objectif de 70% d'énergie renouvelable en Polynésie à l'horizon 2030. Certaines îles, offrant un mix-énergétique pourraient même atteindre les 100%" précise le rapport gouvernemental sur l'énergie. Il faut dire que le territoire a la chance de pouvoir bénéficier des principales sources d'énergies renouvelables. Le solaire photovoltaïque partout ; l'hydroélectricité à Tahiti (où la puissance d'équipement peut être doublée) et aux Marquises ; l'éolien avec les alizés constants sur les atolls et certaines îles hautes (Îles du Vent et Marquises) ; la bio-méthanisation issue du centre d'enfouissement des déchets de Tahiti ; l'énergie des courants marins (hydrolienne).

Rédigé par Mireille Loubet le Jeudi 6 Novembre 2014 à 16:57 | Lu 1615 fois
           



Commentaires

1.Posté par Zorro le 07/11/2014 06:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et les importateurs de petrole, ils sont contents ?

2.Posté par etienne le 07/11/2014 07:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"l'éolien avec les alizés constants sur les atolls et certaines îles hautes (Îles du Vent et Marquises"....C'est bien la démonstration de leurs lacunes!!!! Les éoliens aux Australes (même pas citées) !!!! Et les Marquises, surtout le solaire vu qu'il est l'archipel le plus proche de l’Équateur!!!!!
N'oublions pas l’énergie des marées, et des courants marins dans les passes (technologies en développement)

3.Posté par Pascal ALBERT le 07/11/2014 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est un vraie révolution annoncée par le gouvernement.

Quel changement par rapport à l'ère FLOSSE !

Bravo au VP, ministre de l'énergie, qui a une vraie vision a long terme, bravo à Edouard FRITCH qui lui fait confiance.

Souhaitons seulement que les lobbys (EDT, pétroliers) ne fassent pas échouer l'affaire. La bataille en coulisse risque d'être rude.

4.Posté par tamatoas le 07/11/2014 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Iaorana ,
c' est la première fois que nous avons un ministre en charge de l'énergie doté d'une telle compétence et d 'expertise sur le sujet . Il suffit de lire son livre pour comprendre qu'il a creusé le sujet , espérons qu'il soit suivi dans les décisions finales !

5.Posté par Tutua . le 07/11/2014 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P4
où est ce qu'il est son livre ? première fois que j'en entends parler

6.Posté par tamatoas le 07/11/2014 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Iaorana Tutua ,
J' avais acheté le livre à la librairie Archipels à coté de l' agence SPEA et de la mairie de Papeete . C' est un ouvrage très intéressant !

7.Posté par uwe le 08/11/2014 07:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bravo ^^


8.Posté par Tutua . le 08/11/2014 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mauruuru tamatoas, je vais y aller

9.Posté par Henry le 08/11/2014 21:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si les polynésiens étaient malins, ils ne feraient pas la même erreur que les européens.
L'énergie éolienne et l'énergie photovoltaïque sont les énergies les plus chères au monde!
Attendez l'arrivée de l'énergie produite par la fusion nucléaire froide.
Renseignez vous sur internet et vous verrez que les italiens commencent déjà la production à grande échelle.
Dans 10 ans ce sera la plus grande révolution technologique de l'histoire.
Ne gaspillez pas votre argent à des énergies qui ne seront que transitoires.
N'oubliez jamais que dans 20 ans vos panneaux photovoltaïques seront morts et vous ne saurez pas qu'en faire! ( pollution)
Soyez plus intelligents que les autres!

10.Posté par emere cunning le 09/11/2014 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Henry,
mon pauvre, t'as pas choisi le meilleur spot pour faire de la pub pour ton nucléaire froid, chaud, tiède or whatever.

11.Posté par Tutua . le 09/11/2014 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est typique. elle ne connait pas, ne sait pas de quoi il s'agit, mais se permet de traiter l'autre de "mon pauvre", en fait il ne s'agit pas de fusion nucléaire à proprement parler, rdv sur wikipédia et autres pour en savoir plus

12.Posté par Henry le 09/11/2014 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La fusion nucléaire à froid n'a rien à voir avec la fission nucléaire. Elle ne produit aucun déchet, ni radiation, et travaille avec de l'hydrogène qui existe à profusion dans la nature et ne coûte rien.
Cela va révolutionner le monde entier d'ici moins de dix ans!

13.Posté par Tutua . le 10/11/2014 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oscar a conduit la voiture à hydrogène d'Arnold Swchartzenneger en Californie
oups ! j'attends l'autre...

14.Posté par tamatoas le 11/11/2014 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Iaorana,
l'énergie la moins couteuse est l'énergie hydraulique, qu'il faudrait exploiter à fond , les retenues coutent chères au départ mais durent longtemps , de plus ça fonctionne tant qu'il y a de l'eau , alors que le solaire seulement de 8H00 à 17H00 et dès qu'il a un nuage c' est fini , il faut ensuite qu'EDT assure la continuité .

15.Posté par Tutua . le 12/11/2014 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le solaire est une bonne solution dans un cadre adéquat dans lequel EDT a sa place. Dans la journée le solaire est envoyé sur EDT qui l'utilise pour toutes les activités humaines. Au retour le soir, ceux qui sont équipés utilisent l'électricité envoyée à EDT. Comme il s'agit de particuliers, même pas besoin de chercher un prix de vente, il ne s'agit pas de producteurs professionnels. Pour cela, il faut un compteur électrique qui tourne dans les 2 sens, mais EDT a pris l'habitude de supprimer ce type de compteurs, ces gros malins

16.Posté par Christian MATKE le 14/12/2014 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une solution d'indépendance énergétique des îles hautes du Fenua (et du Pacifique Sud) encore plus simple, rapide et compétitive que celle mise en place par les habitants ... si, par les habitants!.... de l’île espagnole de "El Hierro" est au point et sera communiquée sous peu à la Présidence. Le VP Nuihau Laurey, expert en ERNC, appréciera sans nul doute la solution s'offrant au Fenua.