Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


" La table à inversion ", par Frédéric Précloux, Chiropracteur à Papeete



Photo d'illustration
Photo d'illustration
Par Frédéric PRÉCLOUX, D.C.(Doctor of Chiropractic) Chiropracteur diplômé de Los Angeles (1986)

Les disques situés entre nos vertèbres sont constitués d’un matériel gélatineux maintenu par un réseau de fibres. Ils sont composés jusqu’à 88% d’eau. C’est au moment du réveil matinal qu’ils comprennent leur plus grande concentration en eau. Puis, tout au long de la journée, à force de jouer leur rôle d’amortisseurs, ils perdent une bonne partie de l’eau qu’ils renferment. Un adulte peut dans les faits, perdre chaque jour jusqu’à 2 cm de hauteur par la perte en fluide de ses disques intervertébraux. Pourtant, en théorie, le cycle du sommeil devrait permettre aux disques de recouvrer l’ensemble de cette perte. Mais, les études prouvent que dès l’âge de 30 ans, la colonne vertébrale a déjà perdu une partie de sa hauteur initiale, parce que les disques intervertébraux ont été dans l’incapacité de recouvrer la totalité des fluides dispersés. Il n’est pas rare de rencontrer des personnes de 60 ans s’étant déjà tassés de 5 cm.

C’est pourquoi, une hydratation correcte et régulière s’avère indispensable pour permettre une bonne capacité fonctionnelle des disques vertébraux. Pourtant, lorsque notre corps se déshydrate, il commence à capter l’eau dans les tissus non vitaux, tels que les disques vertébraux avant de la puiser dans le reste des organes. Ce n’est qu’au bord de l’agonie qu’il puisera cette précieuse eau dans notre cerveau, siège de notre vie.

La dégénérescence discale est un processus de dégradation progressive du disque qui se deshydrate, perdant ainsi ses qualités d’amortissement mécanique.

En prenant de l’âge, la plupart des gens deviennent sédentaires et perdent ainsi, la précieuse mobilité intersegmentaire de leur mécanique vertébrale. Dès lors que cette perte de mobilité est installée, les disques vertébraux compressés ne sont plus réhydratés et perdent de l’épaisseur, ce qui entrainera des syndromes douloureux chroniques, pouvant générer une condition organique facilitant l’installation d’une maladie.

Jusqu’à peu, on considérait que cette dégénérescence était un phénomène inéluctable, dû aux sévices du temps, mais cette période est révolue. Dorénavant, il est établi que si la colonne vertébrale peut dégénérer, il est maintenant possible de tenter de la régénérer.

La table à inversion permet de positionner le corps à l’inverse de son habitude. On est accroché par les chevilles, le dos reposant sur une planche matelassée. En ayant choisi un angle d’inversion particulier, on obtient l’intensité de la traction que l’on souhaitait. Puis, on bascule en arrière en toute sécurité pour se retrouver la tête en bas. Cela permet à notre colonne vertébrale de s’étirer et à nos disques vertébraux de se réhydrater.

L’inversion est une pratique mondialement populaire chez les personnes souffrant du dos, car en permettant l’inversion de la force de gravité, elle libère d’un poids grâce à une véritable décompression vertébrale naturellement soulageante.
La réduction de la pression sur la colonne vertébrale, les articulations et les nerfs, s’accompagne d’une sensation positive d’étirement pouvant aider l’individu à mieux gérer sa condition. Il est à noter parmi d’autres bienfaits, l’amélioration de la posture, de la flexibilité des articulations et de la colonne vertébrale en particulier. En outre, il a été remarqué que l’inversion augmentant le flot de sang au cerveau, elle permette l’amélioration de la concentration.

Néanmoins, il est à noter que la thérapie d’inversion n’est pas à conseiller à tout le monde. Les personnes ayant une condition médicale connue devraient en référer à leur médecin traitant. En effet, certaines études ont montré des risques liés à l’utilisation de l’inversion, comme des modifications du rythme cardiaque, de la pression sanguine ainsi qu’une augmentation de la pression oculaire. Ces risques concernent en priorité les sujets cardiaques, obèses, diabétiques, ceux ayant une pression artérielle élevée, une fragilité osseuse, les femmes enceintes et les personnes ayant de sérieuses conditions oculaires tels que le glaucome. Attention donc, et dans le doute, n’hésitez pas à consulter votre médecin avant d’utiliser une table d’inversion.

Si la thérapie d’inversion est une nouveauté pour vous, commencez par vous habituer progressivement à votre table. Il n’est pas recommandé de vous inverser complètement à 180°, tout du moins au début. Commencez par un angle d’inversion faible, de manière à vous sentir à l’aise. Vous pourrez par la suite progresser graduellement jusqu’à un angle qui vous paraisse confortable et approprié. Sachez que lors d’une décompression vertébrale, on ne ressent pas forcément l’étirement. En effet, comme il n’y a pas de terminaison nerveuse dans les disques, il est important d’être à l’écoute de votre ressenti, afin d’être capable d’interrompre rapidement, pour mieux reprendre plus tard.

Nos disques intervertébraux ne parvenant pas à réintégrer l’eau nécessaire pour reprendre leur volume initial au cours de la nuit, ils se déshydratent et se dessèchent progressivement au fil des années. Non seulement, ils deviennent incapables de remplir leur rôle d’amortisseurs de notre corps, mais une des conséquences directes est que, les trous de conjugaisons formés par l’empilement de nos vertèbres se trouvent rétrécis. Les racines nerveuses compressées pourront générer des douleurs invalidantes, ainsi qu’une perturbation des informations au sein même de notre système nerveux. La thérapie d’inversion est une option naturelle pour « réoxygéner » ses vertèbres en regonflant ses disques. Mais, il ne faut pas non plus négliger un sommeil réparateur, précédé d’assouplissements ciblés et spécifiques de ses zones de tensions. Une horizontalisation régulière est également conseillée par périodes de 3 à 5 minutes seulement, ainsi que le contrôle régulier de sa mécanique vertébrale par un expert en la matière.

Prochain chapitre : Les points triggers.
P.S. : Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à le transmettre à vos amis, votre famille ou vos collègues, susceptibles également d’apprécier les informations qu’il contient.
Tel : 40 42 23 30 – Website : chiropratiquedoucetahiti.pf

Rédigé par Frédéric PRÉCLOUX le Jeudi 9 Avril 2015 à 08:28 | Lu 14217 fois






1.Posté par antifa le 09/04/2015 22:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est quoi cette pub... encore une fois sous prétexte de nous pondre un article . surtout venant de cette personne qui ne pense qu'a faire revenir ses patients ... pardon, je dirai plutôt clients...no comment...

2.Posté par Thierry le 10/04/2015 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ou peut-on se procurer une telle table sur le Fenua ? et à quel prix ?
merci

3.Posté par Onyxcool le 26/04/2015 01:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Réhydraté les disques ? Du grand n'importe quoi ! Rien ne permets de réhydraté ..a part peut être dans le futur les cellules souches

4.Posté par Serge Duval le 04/06/2015 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je n’ai jamais utilisé une telle machine, mais j’en ai entendu des bonnes choses. Je suis content que l’article mentionne l’importance d’être hydraté. L’eau peut faire beaucoup de très bonnes choses pour notre corps. Comme mentionné, cela affecte le dos, ce qui est un problème fréquent pour beaucoup de gens. Merci pour l’article !

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies