Tahiti Infos

La population de Bora Bora se mobilise pour sa deuxième pharmacie


Bora Bora, le 14 janvier 2024 - Le tribunal administratif de Papeete doit rendre sa décision concernant la demande d'annulation de l'arrêté autorisant l'ouverture de la seconde pharmacie de Bora Bora ce 16 janvier. Le Dr Teano Cojan, qui a inauguré son officine dans le quartier de Amanahune le 21 octobre 2023, a reçu le soutien de l'association Tamarii no Bora Bora et d'habitants de l'île venus manifester ce vendredi dans le centre de Vaitape.

Depuis 2019 et la baisse des quotas de population par la loi du Pays autorisant l’ouverture d’une seconde pharmacie dans les communes de 10 000 à 14 000 habitants, la situation dans la Perle du Pacifique n’a cessé de se complexifier. Après quatre ans de procédures et trois demandes consécutives reçues positivement par l’Agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (Arass), la pharmacie du Dr Cojan a ouvert ses portes dans le quartier de Amanahune. Celui-ci risque cependant de voir son autorisation annulée suite à un recours présenté par son confrère, le Dr Nicolas Loyer, propriétaire de la pharmacie de Vaitape, située à 4,4 km de la nouvelle officine.

À l’origine du conflit autour de cette ouverture, la question de l’implantation, jugée par deux fois déjà “non optimale” par le tribunal administratif de Papeete. En août 2020, le projet d’implantation d’une seconde pharmacie face au dispensaire de Bora Bora avait été rejeté “considérant que si le projet se situe à plus de 1 000 mètres de la pharmacie existante, il ne permet pas une desserte optimale de l'ensemble de la population de la commune de Bora Bora et n'améliore pas l'offre pharmaceutique”. L’arrêté avait alors préconisé l’ouverture d’une officine sur la commune de Anau, située de l’autre côté de l’île et dépourvue de pharmacie, mais aussi de cabinet médical. Depuis, l’histoire semble se répéter, l’Arasss considérant que la demande d’ouverture d’une officine à Amanahune est justifiée, du fait de la proximité du collège-lycée et du caractère touristique de la zone, alors que le rapporteur public et le tribunal administratif ont à chaque fois déclaré que cet emplacement “ne correspond pas à une desserte optimale de la population de Bora Bora”. Le Dr Nicolas Loyer affirme de son côté qu’il n’est pas opposé à la création d’une seconde pharmacie dans l’île, mais que “dans l’intérêt général, elle doit se situer à Anau”.

Une population dans l’attente

Craignant une nouvelle annulation de l’autorisation de la pharmacie Cojan, l’association Tamarii no Bora Bora a pris l’initiative de lancer une pétition et d’organiser une manifestation de soutien au jeune pharmacien et à sa famille, présente autour de lui à cette occasion. Une centaine de personnes s’est donc réunie le vendredi 13 janvier pour un défilé au centre-ville. Les participants interrogés ont affirmé leur besoin d’une seconde pharmacie qui garantit leur liberté de choix en tant que consommateurs et leur apporte de nombreux bénéfices en termes de services et de pouvoir d’achat. Dans ce contexte, certains ont pointé du doigt les difficultés pour les jeunes diplômés originaires des îles à s’installer au Fenua après leurs études.

Les relations confraternelles, qui constituent un article du serment d’entrée dans l’ordre des pharmaciens, ont été rappelées, encourageant ainsi les différentes parties à revoir leurs positions afin de dépasser les intérêts personnels de chacun, pour servir au mieux la population. Le tribunal administratif rendra quant à lui sa décision relative au recours présenté par le Dr Nicolas Loyer le 16 janvier.

Rédigé par Lucie Scarparo le Dimanche 14 Janvier 2024 à 15:17 | Lu 2397 fois