Tahiti Infos

"La plupart des gens favorables" au vaccin à Moorea


Tahiti le 13 janvier 2020 - À Moorea, le personnel de la Santé, les guides sanitaires ainsi que les élus, arpentent les quartiers pour sensibiliser les administrés au vaccin contre le Covid-19. Une enquête a même été effectuée auprès d'eux, et les 45 familles de Vaiare rencontrées ne se disent pas opposées à ce vaccin. "La plupart des gens sont toujours très favorables à la vaccination" assure le directeur de l'hôpital de Afareaitu, Philippe Biarez. Interview

Vous avez parcouru les quartiers pour connaître l'opinion de la population concernant le vaccin ?
"Nous avons visité un quartier pour faire une enquête et nous commencerons à organiser la vaccination lundi prochain. Nous avons fait une enquête dans un des quartiers de Moorea pour voir comment la population réagit à la vaccination, quelles sont leurs peurs, leurs attentes, pour pouvoir bien répondre à leurs besoins. Nous avons rencontré 45 familles à Vaiare, qui nous ont répondu, et ce sont à peu près les mêmes familles qui sont tout autour de Moorea.
On leur a posé des questions sur la vaccination en général, pas nécessairement sur le Covid, et ils nous ont dit qu'ils ont confiance dans les vaccins, dans le service de santé. On est toujours dans cette acceptation de lien de confiance. Ils aimeraient avoir plus d'informations sur la vaccination et c'est pour cela qu'il y a encore 20 à 30% de personnes qui hésitent.
La vaccination commence vendredi à Moorea, nous allons vacciner quelques personnes représentatives, des matahiapo que tout le monde connaît et quelques médecins. Lundi commence la vaccination plus générale."
 
Qu'est-ce qui en est ressorti de votre enquête ?
"Cette enquête était très intéressante car elle montre d'abord que la plupart des gens sont toujours très favorables à la vaccination, des enfants notamment mais de toute la population. On n'a quasiment pas d'opposition à la vaccination générale comme on peut le voir dans certains pays ou peut-être dans la zone urbaine de Tahiti. Ce qui est important aussi, c'est qu'il y a entre 70 à 75% des gens qui sont d'accord pour se faire vacciner tout de suite pour le Covid ou qui vont dire à leur entourage, notamment aux personnes âgées, de se faire vacciner. Ce qui est également important, c'est que les gens n'ont pas encore assez d'informations et voulaient en avoir plus. Et enfin, ils ont demandé à ce que les personnes importantes se vaccinent d'abord pour montrer l'exemple. Demain à 13 heures, je me fais vacciner devant le public avec quelques matahiapo importants de l'île ainsi qu'un médecin privé. On va donner l'exemple."
 
Où seront faits les vaccins ?  
"Ils ne se feront malheureusement pour le moment qu'à l'hôpital. Par contre, on va sillonner les quartiers pour informer et pour accompagner les personnes, pour voir s'ils ont des difficultés et voir si on peut trouver des moyens de transports avec la commune, ou avec des familles pour pouvoir les amener à l'hôpital, pour aider les gens à prendre leurs rendez-vous. La vaccination se fera par étape, ce n'est pas tout le monde en même temps, car il n'y a pas suffisamment pour vacciner toute la population tout de suite. Cela va durer environ entre 6 et 9 mois pour vacciner toute la population. On commence avec les plus importants, donc ceux qui ont 75 ans et plus, ensuite les professionnels de santé pour éviter qu'ils ne tombent malades et continuent à soigner les gens et aussi pour qu'ils ne donnent pas la maladie aux autres. Puis des matahiapo un peu plus jeunes, les gens malades, les mūto'i, les pompiers, et puis enfin le reste de la population. La population va être protégée dans plusieurs mois, il faut donc continuer à faire absolument attention et à se protéger. Il ne faut surtout pas arrêter de porter son masque, ne pas s'embrasser, nettoyer les surfaces et se nettoyer les mains. Il faut garder le moral et beaucoup de courage."
 
Comment allez-vous conserver ce vaccin ?          
Ces vaccins vont nous être envoyés pour une semaine, le lundi, car on peut les garder cinq jours dans un frigidaire normal, et on ne va pas avoir besoin de système de congélation compliqué pour faire -80 degrés. Par contre, il faudra qu'on les utilise tous absolument dans les cinq jours, donc cela veut dire que le vendredi, il faut qu'on les ait tous utilisés sinon on les aura gaspillés. C'est une grosse organisation."
 
La particularité, c'est qu'avec un vaccin, on peut avoir cinq ou six doses…
"Exactement, et donc si on ouvre un flacon, il faut qu'on ait six personnes sous la main, et c'est pour cela qu'on va travailler sur rendez-vous. On ne va ouvrir le vaccin que si on est sûr d'avoir six personnes, car cela coûte assez cher quand même."
 
Comment faites-vous pour les doses ?    
"On le prépare en le mélangeant avec du sérum physiologique. Cela s'appelle reconstituer le vaccin. Ensuite, on prend une aiguille avec une petite seringue pour le vaccin, puis une autre petite aiguille et une autre seringue pour un autre vaccin, etc."
 
Cela ne dilue pas le vaccin ?   
"Non, pas du tout, puisqu'il a d'abord été dilué dans le flacon. La dilution ne bouge pas et ensuite on va prendre un petit peu à chaque fois pour un patient. La dilution reste la même. Ce sont des choses qu'on a l'habitude de faire pour d'autres médicaments et c'est très similaire par exemple pour les vaccins de la tuberculose."
 
Qu'en est-il de Maiao ?
"Ce qui est prévu, c'est de continuer à protéger l'île car il est difficile d'envoyer le vaccin là-bas. Il risque de s'abîmer pendant le transport à cause de la chaîne du froid. Donc on attend d'avoir un vaccin plus solide par rapport à la chaleur pour vacciner Maiao, en février espérons-le."
 
Est-ce qu'à l'hôpital de Moorea, tout le personnel est prêt à se faire vacciner ? 
"Une grande partie est prête à se faire vacciner, comme partout il y a encore quelques-uns qui hésitent, car pour nous, le personnel de santé, c'est aussi nouveau ce vaccin. Donc, on travaille en ce moment avec les infirmières, les médecins et sages-femmes, tout le monde, pour mieux comprendre et être au niveau de compétence. On fait beaucoup de formation en ce moment, à la fois pour être efficace pour la population sur ce vaccin et aussi pour que les gens aient plus envie. On a encore quelques hésitants mais la majorité est d'accord pour se faire vacciner."          
 

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 13 Janvier 2021 à 19:41 | Lu 1480 fois