Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


La noix de bétel mieux réglementée à Port-Moresby



La mastication de cette noix qui donne à ses consommateurs une dentition rougeâtre
La mastication de cette noix qui donne à ses consommateurs une dentition rougeâtre
PORT-MORESBY, mardi 29 juillet 2014 (Flash d’Océanie) – Le commerce et la distribution de la fameuse noix de bétel, consommée en Papouasie-Nouvelle-Guinée ainsi que dans plusieurs pays de la région, jusqu’en Asie du Sud-est, fait désormais l’objet de nouvelles mesures introduites dans le but d’améliorer les conditions hygiéniques de sa consommation, systématiquement associée à de disgracieux déchets sur la voie publique.
Powes Parkop, Gouverneur du district de la capitale, qui mène aussi un combat de longue haleine contre cette noix qui donne à ses consommateurs une dentition rougeâtre, avait dans un premier temps, en 2013, annoncé sa détermination à faire disparaître cette noix.
Mais face à une interdiction jugée ineffective, et qui a favorisé le développement d’un marché noir florissant, le responsable a depuis trouvé un compromis : le commerce de cette noix ne sera pas interdit, mais réglementé.
Première mesure : la signature d’un accord avec une société agroalimentaire, Askopina Limited, qui est maintenant chargée de centraliser la production et de conditionner les noix dans des emballages plastiques sous vide.
Les noix sont aussi débarrassées de leur enveloppe organique, dont les restes, sur la chaussée, représentaient une bonne partie des déchets associés à cette consommation.
La seconde étape est également prévue : il s’agirait de construire, à charge des autorités de la capitale, des petits abris (pour une quantité annoncée à deux mille) dédiés à accueillir les vendeurs agréés de cette noix.
Selon Powes Parkop, ces nouvelles mesures sont « gagnant-gagnant », à la fois pour les acteurs de cette filière (les producteurs des provinces du Centre et du Golfe ont désormais un organisme qui centralise l’achat de leur production) et pour les autorités de Port-Moresby, qui devraient constater une diminution du volume de déchets associés à la noix de bétel dans les rues de la capitale ainsi que de meilleurs conditions d’hygiène publique.

Aux îles Salomon voisines, des tentatives similaires d’interdiction de la vente de la noix de bétel se sont jusqu’ici soldées par un échec retentissant.
Les vendeurs, chassés dans un premier temps, sont revenus en masse dans les rues de la capitale Honiara.
Le conseil municipal de la capitale s’est depuis déclaré impuissant face à cette situation.

La noix de bétel (en fait la noix d’arec, fruit du palmier à bétel Areca catechu) se consomme par mastication (chique) et est connue pour ses vertus stimulantes et coupe-faim, un peu comme la coca sud-américaine.
Traditionnellement, après une vingtaine de minutes de mastication, le consommateur recrache ce qui reste de la chique, laissant sur la chaussée des tâches rouges.

pad

Rédigé par PAD le Mardi 29 Juillet 2014 à 09:32 | Lu 511 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués