Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



"La meilleure position du sommeil" par Frédéric Précloux, chiropracteur à Papeete



"La meilleure position du sommeil" par Frédéric Précloux, chiropracteur à Papeete
Par Frédéric PRÉCLOUX, D.C.(Doctor of Chiropractic) Chiropracteur diplômé de Los Angeles (1986) exerçant au Centre Polynésien de Réhabilitation Vertébrale
Nous passons un tiers de notre temps quotidien au lit, soit en moyenne 8 heures sur 24. Ce qui signifie que nous passerons un tiers de notre vie en position horizontale. Cette"horizontalisation" de notre colonne vertébrale s’avère essentielle pour permettre à notre système nerveux de se recharger efficacement. Cependant, il m’a été donné de constater que rare sont les personnes qui maitrisent leur position nocturne, pour bénéficier d’un sommeil de qualité exceptionnelle. C’est dommage, car il est possible de vivre mieux en dormant mieux : voici quelques faits à méditer…

Pour les êtres humains modernes que nous représentons, il existe 3 positions allongées de sommeil : sur le ventre, sur le côté et sur le dos.
Bon nombre de personnes apprécient la position sur le ventre, car le contact de la joue sur l’oreiller devenu chaud, rappelle inconsciemment la délicieuse sensation du sein de la mère, et sa chaleur rassurante. Cependant, le fait d’avoir la tête ainsi tournée à son maximum, place les facettes articulaires de nos vertèbres cervicales, dans un état de butée maximale. Ce qui va induire de fortes contractures de nos puissants muscles du cou.
Autrement dit, ces muscles vont travailler alors qu’ils devraient être au repos. Toutes les fonctions du corps sont censées fonctionner au ralenti pendant la nuit, et en particulier les fonctions musculaires, hormis les muscles de la respiration, évidemment. Quoiqu’il en soit, un muscle ne pouvant rester contracté perpétuellement, le système d’alerte de notre corps qui lui, est en éveil permanent, va se saisir de l’urgence, et nous faire changer de position à peu près toutes les 20 minutes, d’après les études qui en attestent. C’est pourquoi toute personne dormant à plat ventre, puisqu’il va changer sa tête de côté 3 fois par heure, va en réalité se retourner 24 fois au cours d’une nuit de 8 heures de sommeil.
C’est pour le moins ce que l’on appelle un sommeil agité ! Mais, cela signifie également qu’un individu dormant sur le ventre, fait travailler les muscles de son cou de façon parfaitement inutile durant son sommeil. C’est ce qui explique la récurrence des torticolis chez les personnes adeptes de cette position. Ce n’est déjà pas très agréable en soi, que
de se retrouver « bloqué » des cervicales de façon régulière, mais il se trouve qu’il y a en outre, un « cadeau empoisonné » à la clé de cette habitude posturale. En effet, cette position de sommeil s’avère génératrice de frictions des articulations cervicales, ce qui va produire, à l’image d’un papier de verre usant progressivement un morceau de bois, une arthrose précoce des vertèbres du cou. C’est un fait établi, toute personne de plus de 40 ans dormant sur le ventre, fera la preuve sur des radios détaillées d’une arthrose cervicale prématurée.

Vous l’aurez compris, dormir sur le ventre s’avère nocif, c’est même la pire des positions qui soient, débarrassez-vous urgemment de cette habitude qui vous ronge de l’intérieur.
Le deuxième choix c’est évidemment la position de sommeil sur le côté. Cette posture est la plus représentée parmi nos semblables. En étant allongé sur le côté, on se trouve en appui sur un bras, une épaule et sur une jambe. Dans cette configuration, le souci n’est pas réellement musculaire, il est plutôt circulatoire. Nombreuses sont les personnes qui affirment avoir régulièrement des fourmillements dans une main, voire le bras totalement engourdi. De fait, des études ont prouvé sous caméra, qu’un individu ne peut pas rester en moyenne plus de 30 minutes allongé sur le même côté. Cette personne va donc se retourner 2 fois par heure, soit 16 fois sur une période de 8 heures. Il s’agit d’un sommeil relativement agité qui ne permet pas de bénéficier d’un repos totalement réparateur.

En dormant sur le dos, notre corps repose autant sur la jambe droite que sur la gauche, les bras ne sont pas comprimés, la circulation sanguine ne peut être perturbée et aucune contracture musculaire ne sera induite par cette pose. C’est l’unique position de sommeil symétrique. Elle nous permettrait, dans des conditions idéales de silence, de confort et de température, de ne pas avoir besoin de changer de position durant le sommeil : En réalité, c’est la seule posture qui autorise à dormir 8 heures d’affilées du sommeil du juste. Du fait de cette incomparable qualité de sommeil, les personnes qui se mettent à dormir sur le dos, sont heureuses de constater qu’elles passent moins de temps au lit. En effet, en privilégiant l’excellence nocturne, il devient possible de dormir moins, puisque nos batteries sont plus rapidement et plus efficacement rechargées. C’est sans nul doute la position de sommeil à privilégier.

Un bémol toutefois pour ce qui est du choix de l’oreiller. Il est indéniable qu’avec l’âge, l’arthrose cervicale est en progression. Celle-ci provoque une perte de mobilité due à la contracture des muscles de la nuque. Or, on peut avancer que toute personne de plus de 40 ans, démontrera une certaine raideur cervicale vérifiable par radiographie.
Cependant, en plaçant un gros oreiller sous sa tête on la rehausse, tout en rigidifiant sa nuque, ce qui perturbe la détente musculaire et la parfaite circulation du liquide céphalorachidien dans le canal vertébral. Pour faire cesser cette perturbation, nous n’aurons pas d’autre choix que de nous tourner pendant la nuit. L’intelligence du corps veille, n’en doutons pas, et soyons son obligé : C’est la raison pour laquelle, il est vivement recommandé soit, de posséder un oreiller orthopédique qui va soutenir la courbe cervicale (uniquement si l’on est allongé sur le dos cependant), soit, un « mini traversin » que l’on aura judicieusement placé sous sa nuque tout en jubilant du maintien qu’il nous procure.
Ce « mini traversin » curatif pourra être agrémenté d’un oreiller moelleux et peu épais, cette fois-ci placé sous la tête et qui remplira le rôle de nid douillet, compensant largement le côté rigide et monacal de notre coussin nucal à visées thérapeutiques.

Les buts de ce support cervical sont multiples :
- En premier lieu, il permet de nous assurer du parfait maintien de notre courbe anatomique cervicale pendant notre sommeil.
- La tête pesant 6 à 7 kilos, positionnée en dessous du niveau de la nuque, va exercer une traction bénéfique sur la colonne vertébrale, en décomprimant les disques intervertébraux qui vont pouvoir reconstituer leur réserve en eau, et reprendre ainsi leur volume initial.
- Le système nerveux n’étant pas perturbé, la qualité de notre sommeil deviendra exemplaire, et notre sommeil totalement réparateur.
- Notre sommeil étant de bien meilleure qualité, nous allons recharger nos batteries plus rapidement et plus complètement.
- Nous nous sentirons plus en forme tout en ayant besoin de moins d’heures de sommeil : enfin un sommeil au rendement optimal.
- Et pour conclure ; finis les ronflements : avec le support cervical nocturne, on ouvre les voies respiratoires supérieures, l’air inhalé peut donc pénétrer dans la trachée sans utiliser de voies détournées. La respiration se fait non seulement sans effort, mais aussi sans aspérité.

De 1987 à 1990, j’ai eu la chance d’exercer à TURIN en Italie, dans une clinique appartenant à des chirurgiens orthopédistes employant des chiropraticiens. Nous ne traitions que des patients souffrant de dysfonctionnements vertébraux, dont environ 40% de troubles cervicaux. La politique de la clinique était de conseiller à ces patients, d’utiliser les oreillers orthopédiques que la clinique faisait fabriquer. Après avoir interrogé environ 300 patients ayant acheté un oreiller orthopédique pourtant d’excellente facture, j’ai pu constater avec étonnement qu’un mois après cet achat, seuls 30% des patients s’en déclaraient satisfaits et continuaient à l’utiliser au quotidien. Pour le reste, l’oreiller avait soit fini au placard, soit avait été donné à une tierce personne. Ces braves gens en
toute bonne foi, clamaient qu’ils ne se sentaient pas à l’aise dessus. Et pour cause, ces oreillers possèdent un renflement pour la nuque et un creux pour la tête, qui sont identiques pour tous les coussins et quelque soit l’acheteur. Ils ne tiennent absolument pas compte de la morphologie particulière de chacun. Or, nous sommes tous uniques. Voilà pourquoi un support nocturne cervical doit être adapté aux spécificités morphologiques de l’individu. Mais ce n’est pas tout. Une personne ayant une inversion de courbure cervicale, initiant un changement de posture de sommeil à l’aide d’un coussin exerçant une pression sur sa nuque et qui est suivi par un spécialiste l’aidant à améliorer sa mobilité cervicale, pourra voir sa courbe cervicale se modifier, s’améliorer voire s’il est consciencieux retourner à son état initial de lordose cervicale. Le coussin, à supposer qu’il était adapté à l’origine, ne serait à ce stade, plus du tout efficace. C’est pourquoi la résistance du
coussin doit être augmentée tous les 15 jours, pendant une période de 3 mois environ. En pratique, la personne rajoutera une poignée de mousse et réessayera son coussin jusqu’à obtenir le support parfait, c’est-à-dire cautionné par sa petite voix intérieure : Parfait !

Le repos horizontal représente un des 7 piliers de la santé. Pour espérer atteindre une santé d’exception, il est impératif de bénéficier d’un très bon sommeil. Tandis que le matelas se doit d’être rigide et moelleux à la fois, le support cervical joue également un rôle non négligeable pour envisager un sommeil royal. Votre capacité à vous endormir aisément dépendra à la fois d’une maitrise respiratoire, mais aussi d’une aptitude à faire le vide mental afin d’être capable de vous abandonner totalement. Vous aussi, vous méritez de rejoindre le clan fermé de ceux qui ont atteint le plein sommeil, et qui peuvent se permettre de plonger en toute sérénité dans les bras de Morphée…

Le titre du prochain chapitre sera : L’art de la respiration.
P.S. : Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le transmettre à vos amis, votre famille ou vos collègues, susceptibles également d’apprécier les informations qu’il contient.
Tel : 42 23 30 – Website : chiropratiquedoucetahiti.pf

Rédigé par () le Mardi 5 Février 2013 à 05:42 | Lu 27063 fois

Tags : Précloux






1.Posté par Kaddour le 05/02/2013 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avec toutes les avanies qui vont nous arriver sur le coin de la "tronche" d'ici quelques mois ............. On a vraiment besoin de bien dormir !
Courrez vite dans les magasins acheter votre matelas et vos oreillers !!! LOL

2.Posté par Tehei le 05/02/2013 15:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je me lève tellement tôt et me couche tellement tard que j'arrive à me croiser dans le couloir qui va à ma chambre .

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies