Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



La maladie du sommeil pourrait se répandre avec le réchauffement climatique



La maladie du sommeil pourrait se répandre avec le réchauffement climatique
PARIS, 9 novembre 2011 (AFP) - La maladie du sommeil pourrait menacer des dizaines de millions de personnes supplémentaires d'ici à la fin du siècle, le réchauffement climatique élargissant la zone d'influence de la mouche tsé-tsé, vecteur de la maladie, selon une étude publiée mercredi.

La mouche tsé-tsé transporte un parasite, le trypanosome, passé du bétail à l'homme lorsqu'elle se nourrit de son sang. La maladie se traduit par des convulsions et des problèmes graves de sommeil qui, sans traitement, conduisent au coma et à la mort.

Actuellement 75 millions de personnes présentent le risque d'attraper la maladie du sommeil et 70.000 sont touchées chaque année en Afrique de l'Est, de l'Ouest et centrale, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Des chercheurs, emmenés par Sean Moore, du Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), ont réalisé une analyse informatique fondée sur deux scénarios mis au point par des climatologues, qui prévoient au cours du siècle un réchauffement de la température de 1,1 à 5,4 degrés Celsius, en fonction des émissions de carbone.

Ils ont étudié le type de parasite présent en Afrique de l'Est, et les deux espèces de mouche qui peuvent les transmettre.

Ils ont constaté que des poussées de la maladie pouvaient se produire quand les températures moyennes s'établissaient entre 20,7 et 26,1 degrés. Réchauffement aidant, certaines régions de l'Afrique de l'Est pourraient devenir trop chaudes pour que le parasite survive, mais d'autres, ainsi que l'Afrique du Sud, pourraient à l'inverse devenir un hâvre pour les larves.

Ainsi, en 2090, environ 40 à 77 millions de personnes de plus pourraient attraper la maladie, selon l'étude publiée dans le "Journal of the Royal society interface".

En 2008, un organisme américain de préservation de la vie sauvage avait identifié une douzaine de maladies potentiellement mortelles qui pourraient se développer dans des régions plus tempérées, par le biais des moustiques, des parasites et des eaux polluées. Parmi elles, il citait la malaria, le choléra, la fièvre jaune --et aussi la maladie du sommeil.

ri-chc/pjl/sym

Rédigé par () le Mardi 8 Novembre 2011 à 14:26 | Lu 346 fois





Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies


















ranktrackr.net