Tahiti Infos

La leptospirose est une menace à prendre au sérieux


Jour de mauvais temps à Paea le 15 mars 2014. A l'embouchure de la Vaiatu, des body boarders jouent avec les vagues dans l'eau marron en provenance de la rivière.
Jour de mauvais temps à Paea le 15 mars 2014. A l'embouchure de la Vaiatu, des body boarders jouent avec les vagues dans l'eau marron en provenance de la rivière.
PAPEETE, le 20 janvier 2015. Les actions de prévention, les messages d'information pour se prémunir de la leptospirose sont ils suffisants en Polynésie française ? Il semblerait que non : certaines mairies semblent même ignorer que la protection des baigneurs -dans toutes circonstances et pas seulement pour prévenir les noyades- sont de leur ressort.
Après chaque gros épisode pluvieux, c'est le même spectacle : aux embouchures des rivières particulièrement et sur plusieurs dizaines de mètres au large, le bleu clair du lagon devient boueux, marron chocolat. Ce qui n'empêche pourtant ni des pêcheurs locaux venus récupérer des prises plus faciles à attraper, ni les body-boarders ou surfeurs si les conditions de houle sont bonnes, de se mettre à l'eau, de se planter les pieds dans le lit de la rivière encore encombré de déchets venus d'on ne sait où, de bien plus haut en amont dans les vallées. Certains ont bien conscience que l'eau n'est pas dans son état normal et rebroussent chemin, d'autres en revanche espèrent qu'une bonne douche de retour au fare suffira à éliminer les éventuelles bactéries qui flottent, invisibles, dans ce bouillon de culture.

En même temps, pourquoi s'affoler ? Le bureau de veille sanitaire du Pays n'a eu que quelques lignes laconiques d'alerte, vendredi dernier, dans son bulletin hebdomadaire au sujet de la leptospirose : "Risque majeur d'épidémie en période de pluie, six cas signalés depuis début janvier 2015, restez vigilant". Comment exercer cette vigilance ? Aucune directive n'est donnée, partant du principe sans doute que cette maladie, récurrente, est connue de tous.
Pourtant, c'est bien la méconnaissance de cette maladie qui aurait coûté la vie à un jeune surfeur de 14 ans, selon les informations révélées en début de semaine par nos confrères de Polynésie 1re non infirmées depuis par les services de santé du Pays. En 2014, c'est bien la méconnaissance de cette maladie et une prise en charge tardive qui a coûté la vie à deux habitants de Moorea. Preuve encore de la méconnaissance du danger de cette bactérie responsable de la leptospirose, lorsque les sols sont lessivés par les grosses pluies : les interdictions de baignade en raison de la mauvaise qualité de l'eau sont extrêmement rares en Polynésie !

Ces interdictions de baignade sont de la responsabilité des maires. Mais peu interviennent à ce niveau. A Hitia'a O Te Ra, il existe bien une interdiction de baignade permanente dans les rivières de la commune lors des intempéries en "raison des risques de noyades. On a déjà eu des morts" précise le secrétariat général de la mairie. Mais rien n'a jamais été fait au regard de la qualité des eaux, particulièrement à l'embouchure de la Papenoo, pourtant un spot de surf très fréquenté.
Même réponse, à Paea. Selon le secrétariat général de la mairie, il n'y a jamais eu d'arrêté municipal d'interdiction de baignade sur la commune en raison de la mauvaise qualité des eaux, parce que la situation ne s'est jamais présentée. Pas même à Orofero, à l'embouchure de la rivière Vaiatu qui apparait pourtant dans le dernier rapport du Centre d'hygiène et de salubrité publique du Pays (effectuant des points de contrôles de la qualité de l'eau de baignade en mer et en rivière) comme problématique. "Mauvaise qualité de m'embouchure de Vaiatu" ; la préconisation du service étant la "mise en place d'un réseau d'assainissement des eaux pluviales". Le prochain rapport de la qualité des eaux de baignade en Polynésie ne sera publié qu'en 2016 : il rendra public les résultats des analyses d'eaux effectuées par le CHSP en 2014 et 2016. Ces analyses doivent néanmoins être affichés au fur et à mesure de leur arrivée au minimum en mairie, à défaut de l'être sur les sites de baignade comme l'exigent pourtant différents articles du Code général des collectivités locales.


Qu'est-ce que la leptospirose ?

La leptospirose est une maladie bactérienne qui survient par contact direct de l'homme avec des urines d'animaux (cochons, chiens, rats…) Lors des épisodes pluvieux, en raison du ruissellement des eaux jusque dans la mer, le risque de contamination est fortement accru. En Polynésie française, on comptabilise chaque année une centaine de cas confirmés de leptospirose. Sur ces 100 patients : 60 à 80 sont hospitalisés, 20 à 30 peuvent se retrouver en réanimation en raison de complications (rénales ou hépatiques le plus souvent) particulièrement chez des patients pour lesquels le diagnostic a été tardif. La vigilance s'impose car les symptômes initiaux de la leptospirose : fièvre élevée et céphalée peuvent s'assimiler à d'autres maladies plus connues, la dengue et le chikungunya.

Rédigé par Mireille Loubet le Mardi 20 Janvier 2015 à 21:39 | Lu 14167 fois
           



Commentaires

1.Posté par John Devan le 21/01/2015 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les messages de prévention ne fonctionnent pas ici. tout le monde d'épuise à dire aux gens de faire attention aux moustiques (15 morts, voire bcp plus après le Chik), au sucre (combien d'obèses et de diabétique déjà?), à la leptospirose (combien de morts par an ?), à la vitesse et l'alcool sur les routes (combiend e morts ?),...
entre l'absence de volonté des ministres de la santé successifs et l'absence de prise de conscience de la population, il faut accepter ces morts par ailleurs évitables

2.Posté par Zorro le 21/01/2015 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ John Devan : en même temps la nature fait bien les choses, elle élimine les plus idiots et par conséquent les empêche des se reproduire. ;-)

3.Posté par coyote le 21/01/2015 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Zorro,

c'est la théorie de l'évolution !

4.Posté par ldpdt le 21/01/2015 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a bien longtemps que j'ai fait la cote EST
Les odeurs de cochons n'ont toujours pas disparues vers Papeeno, Itia
C'est insupportable, l'odeur du lisier rentre dans les voitures, il faut attendre d'avoir fait quelques Kms pour descendre les glaces et faire chasser cette puanteure.
Pourquoi le territoire accepte t il cela, et les services de l'environnement et de la santé ne sont-ils pas au courant, les cadres de ces services ne se promènent jamais par là ?
A quoi cela sert de faire des sermons sur la leptospirose si l'on ne fait rien contre ces polueurs qui élèvent des cochons sans aucun respect de l'environnement et de la santé d'autrui Rivières puantes, bords de mer puants etc.....
Ministres concernés promenez vous dimanche cote EST et lancez des constats de polutions graves pour le peuple, faites fermer ces élevages de cochons jusqu'à leur conformité
Nous voyons de temps en temps des émissions télé de France qui présentent des élevages, Voyez comme tout y est propre et réglementaire
Ici Boooooof ........mon padle, ma pirogue, mon 4x4, ma bière le reste on s'en fou
Aux armes citoyen, luttons contre ces éleveurs de cochons.........