Tahiti Infos

La feuille de route 2030 de l'innovation pour la Polynésie


Tahiti, le 29 juin 2022 - Le conseil des ministres a adopté lundi la “stratégie de l'innovation 2030” de la Polynésie française, qui va maintenant être transmise au Cesec avant son examen à l'assemblée. Une feuille de route ambitieuse qui, si elle est effectivement appliquée, n'entrainera rien de moins qu'une révolution de l'économie polynésienne.
 
“Polynésie Océan d'Innovation.” C'est le nom de la stratégie de l'innovation 2030 de la Polynésie française. Élaborée lors de la plus grande consultation menée au fenua entre octobre 2021 et mars 2022 auprès de 500 professionnels et acteurs des secteurs privé, public, académique, institutionnel et associatifs, cette feuille de route de l'innovation pour le Pays a été matérialisée aujourd'hui sous la forme d'une synthèse de 256 pages développant “40 actions opérationnelles d'ici 2030”.
 
La stratégie portée par les ministres Tearii Alphaa, en charge de la Recherche, et Yvonnick Raffin, en charge de l'Économie, a été adoptée lundi en conseil des ministres. Elle va maintenant être présentée au Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec) pour avis, avant d'être débattue et votée à l'assemblée. Son but ? Faire émerger des solutions efficientes pour les transitions “écologique, alimentaire, énergétique, numérique et climatique” de la Polynésie française. Deux objectifs spécifiques sont plus précisément identifiés : d'une part, celui de fournir un environnement favorable à l'innovation ; d'autre part, celui de faire émerger des solutions innovantes dans les domaines d'activité stratégiques du Pays.
 
Notons que la stratégie a également été élaborée pour favoriser l'accès des acteurs de l'innovation aux financements nationaux, européens et internationaux. Sur ce point, l'agenda de la stratégie de l'innovation rejoint notamment celui de l'ONU et de ses fameux “ODD” : ses objectifs de développement durable. Chacune des 40 actions nées de cette co-construction de cette stratégie de l'innovation correspond d'ailleurs à un ou des ODD de l'ONU, référencés dans le document de travail du Pays.
 
Ce que contient la stratégie
 
Concrètement la stratégie balaie des pans entiers de l'économie du Pays. Elle ambitionne notamment de faire de la Polynésie le “phare” et le “démonstrateur” de la transition éco-énergétique de l'économie bleue dans les secteurs, industries et infrastructures liés à l'océan et les espaces côtiers et des solutions insulaires contribuant à la neutralité carbone et la protection durable de l'environnement. Elle place le Pays comme “référence de la résilience Terre-Mer des écosystèmes marins et terrestres“ pour lutter contre les pollutions. On y parle encore du développement d'un “modèle d'excellence” de la pêche durable et sélective, de l'aquaculture et de la perliculture éco-responsables ou encore de la transformation agro-écologique de l'agriculture, de l'élevage et de la forêt. Les solutions identifiées visent encore à faire de la Polynésie le “territoire pilote de la bioéconomie insulaire” pour la production et la transformation durables des ressources naturelles dans les filières alimentaires ou d'énergies vertes. De valorisation dans les filières alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques des molécules produites par les organismes terrestres et marins du fenua. D'écotourisme inclusif et raisonné “intégrant les populations et les savoirs et savoir-faire traditionnels des îles”.
 
La stratégie ambitionne par ailleurs de “diffuser la culture de l'innovation et de l'entrepreneuriat” et d'y sensibiliser les nouvelles générations. D'autres actions entendent “développer les talents”, identifier les besoins en compétences et métiers pour créer des filières diplômantes adaptées, mais aussi “favoriser l'émergence d'idées nouvelles dans tous les domaines d'innovation : technologique, scientifique, social, culturel et organisationnel“. La nécessité d'établir un cadre fiscal, juridique et administratif incitatif pour stimuler cette innovation a également été identifiée. Tout comme celle d'accroître l'impact des activités de recherche sur “l'ensemble des dimensions humaines, politiques, sociétales, environnementales, sanitaires et territoriales”, mais aussi la compétitivité de l'économie polynésienne en soutenant des filières d'excellence innovante “valorisables et exportables”.
 
Tout un programme, on l'a dit résolument ambitieux, qu'il appartiendra ensuite de mettre en œuvre concrètement pour développer l'économie de demain au fenua. Une petite révolution.
 
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mercredi 29 Juin 2022 à 19:45 | Lu 1718 fois