Tahiti Infos

La fête de l’orange décalée


TAHITI, le 4 juillet 2023 - La récolte des oranges de Punaauia est prévue le 17 juillet, selon l’association de protection de la vallée de la Punaruu. De coutume, elle se déroule, avec les festivités associées, fin juin. Mais la floraison a été décalée de plusieurs semaines. La maturation des fruits est, en toute logique, impactée.

La fête de l’orange de Punauuia, d’habitude organisée fin juin, aura lieu cette année au mois de juillet. Heimana Haretahi, membre du bureau de l’association de protection de la vallée de la Punaruu, confirme : “Les fruits ne sont pas encore prêts, leur maturation est décalée. Nous devrions commencer la récolte le 17 juillet”. Selon lui, c’est la deuxième fois que cela se produit en peu de temps. Le précédent retard important avait eu lieu lors de la pandémie et avait même entraîné une fermeture de la zone.

Le retard de la maturation, cette année, s’explique par le retard de la floraison. “Les fleurs sont sorties en septembre 2022, au lieu d’apparaître en juillet-août. Ce n’est plus comme avant”, constate Heimana Haretahi. Jean-Yves Meyer, botaniste, confirme que la cause du décalage de la floraison est en lien avec des conditions météorologique défavorables, étant donné que tous les arbres sont concernés. Météo-France, à la lecture des résumés mensuels de juillet et août 2022, note une pluviométrie plus élevée que la normale et un déficit d'ensoleillement sur Tahiti en août 2022.

Deux semaines de récolte au lieu de trois

L’association de protection de la vallée de la Punaruu rassure. Le processus de cueillette ne changera pas, “ce sera seulement décalé”. Toutefois, il pourrait y avoir moins de fruits que d’habitude. “On devrait avoir de quoi cueillir des fruits pendant deux semaines, mais il n’y en aura sans doute pas assez pour une troisième semaine.”

Si tous les arbres ne vont pas donner en quantité, l’association se réjouit de la régénération apparente. Le travail de nettoyage de la zone paye. La récolte des oranges a été interdite en 2020 et 2021. Le samedi 20 juin 2020, lors d’une cérémonie traditionnelle, un unu a été planté à l’entrée de la vallée de la Punaruu pour formaliser la mise en place d’un rahui. Les bénévoles de l’association, selon leurs disponibilités, se sont ensuite mis à l’œuvre. Le rahui a été l’occasion de prendre soin des arbres. Les bénévoles sont montés tous les week-ends ou un week-end sur deux pour arracher les indésirables, des espèces invasives, perturbant l’épanouissement des orangers. La zone concernée, appelée Tamanu ou Tetamanu, s’étend sur environ 400 hectares et compte une dizaine de plateaux.

Pour rappel, une espèce invasive est une espèce vivante introduite hors de son habitat naturel et dont la prolifération provoque des dégâts dans le milieu dans lequel elle s’installe. Le botaniste Ravahere Taputuarai a travaillé avec une équipe au plateau de Maraeti’a. Ce plateau est riche en arbres endémiques. Ses études portent sur les espèces envahissantes qui sont parmi les plus agressives selon lui : le tulipier du Gabon ou pisse-pisse (Spathodea campanulata), le piti (Tecoma stans), le mikania (Mikania micrantha), la pomme calebasse (Passiflora maliformis), le goyavier de Chine dans les zones plus humides (Psidium cattleianum),le miconia à proximité des cours d'eau (Miconia calvescens) et le melinis dans les zones ouvertes (Melinis minutiflora)... La présence des espèces invasives n’est plus à prouver.


Invasives : les efforts payent

L’association a fait le choix de mener contre ces espèces une lutte physique et mécanique. “On n’utilise pas de produits pour préserver nos arbres”, explique Heimana Haretahi. Les espèces envahissantes enserrent les pieds qui ne donnent plus de fruits. Dans les années 1990, six à huit tonnes d’oranges pouvaient être savourées, en 2019, deux tonnes seulement ont été descendues des plateaux. “Nous arrachons sans cesse le miconia, des passiflores ou encore des tulipiers du Gabon”, rapporte Heimana Haretahi. Les orangers, aujourd’hui, se portent mieux. Qu’importe la date ou le volume, la qualité, elle, devrait être au rendez-vous.

Programme

Du 13 au 22 juillet : village des artisans de 8 à 19 heures à la mairie de Punaauia.
Le 14 juillet : Super tau’ati au parc Taapuna de 9 à 15 heures.
Le 15 juillet : Anani tu’aro challenge, à la mairie de Punaauia de 8 à 14 heures, concours Ananai Voice à 18 heures.
Le 16 juillet : To’u vai ‘apira’a, immersion dans la belle époque à la mairie de Punaauia à partir de 18 heures.
Du 17 au 21 juillet : ateliers d’artisanat à la mairie de Punaauia de 9 heures à midi.
Le 21 juillet : Mon fare ni’au, un spectacle au goût de nostalgie à la mairie de Punaauia à 18 heures.
Le 17 juillet : le 7e art sous les étoiles avec la projection de Sonic 2 à 18 heures à la mairie de Punaauia.
Le 18 juillet : soirée ‘ori tahiti à la mairie de Punaauia dès 18 heures.
Le 20 juillet : Farerei hura Anani, un avant-goût du Hura Tapairu, à la mairie de Punaauia dès 18 heures.
22 juillet : défilé à la mairie de Punaauia à partir de 9h et Tuakana en live dès 18 heures.

Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 4 Juillet 2023 à 10:29 | Lu 1284 fois