Tahiti Infos

La course de la mobilité fait des émules


Tahiti, le 26 avril 2024 – Ce vendredi marquait la fin des journées polynésiennes du handicap organisées par la fédération Te niu o te huma ainsi que la fédération polynésienne Sports adaptés et handisport. Un événement qui s'est clôturé par la très attendue course de la mobilité, réunissant ainsi les personnes en situation de handicap et les personnes valides dans un effort commun.
 
Elles ne se croisent finalement que très rarement, voire jamais. Les personnes en situation de handicap et les personnes valides n'ont que très peu d'occasions de partager des activités communes. Pourtant, tous auraient beaucoup à apprendre des réalités et des besoins de chacun, d'un côté comme de l'autre. Une conviction ancrée dans l'ADN de la fédération Te niu o te huma : “C'est déjà la 7e édition des journées polynésiennes du handicap” rappelle Jérémy Lefort, membre de la fédération Sports adaptés et handisport. “Par cette course symbolique de trois kilomètres, on montre que malgré le handicap on peut réaliser des prouesses, se surpasser, qu'on soit valide, en fauteuil, ou en situation de handicap sensoriel, physique, mental, etc. Tout est possible quand on veut, et pour tout le monde.”
 
Et si la distance semble dérisoire, dans les faits, la course représente un véritable challenge pour les différents compétiteurs qui ont finalement pris la chose très au sérieux : “C'était vraiment très dur car il faisait très chaud”, témoignent une coureuse et sa binôme atteinte de cécité. “Et puis on ne s'est pas entraîné pour l'événement, en pensant que cela n’allait être que du fun et du plaisir. Finalement, on a vu les autres mettre de l'effort, quel que soit le handicap, ce qui nous a donné envie de donner le meilleur également. Ma camarade m'a assuré qu'elle voulait courir aussi alors on s'est prêté au jeu et on a tout donné.”
 
Au lancement de la course, deux départs : un premier, pour des raisons de sécurité évidentes, uniquement pour les personnes en fauteuil roulant ; puis un deuxième pour les coureurs debout. Pour les deux catégories, les participants pouvaient concourir seuls ou en binômes avec un accompagnateur. Et afin de sensibiliser les concurrents valides, ces derniers étaient invités à courir les yeux bandés afin de réaliser l'ampleur du challenge pour les personnes en situation de handicap. Une course qui a fait des émules du côté des spectateurs : “C'est vraiment une belle course”, témoigne Lydia, spectatrice et peut-être future participante. “Ça donne envie. Par solidarité déjà, mais aussi pour se mettre, le temps d'une course, à la place de ces personnes qui vivent avec un handicap. S’il y a une course l'année prochaine, je pense la faire !”

Rédigé par Wendy Cowan le Vendredi 26 Avril 2024 à 18:49 | Lu 1294 fois