Tahiti Infos

L'ultimatum des maires aux autorités


Edouard Fritch, lors de son discours devant les maires lundi.
Edouard Fritch, lors de son discours devant les maires lundi.
PAPEETE, le 4 août 2016. Les maires, réunis en congrès depuis le début de semaine, ont adopté ce jeudi matin une résolution. Ils y exposent leur "vision de l’avenir à bâtir" et demandent à devenir de véritables partenaires lors des prises de décision du Pays.

Les maires soulignent d'abord que les communes ont gagné "en maturité et en compétence dans la gestion des affaires de la Cité" , que les élus sont "engagés avec leur conviction et leur courage" et reconnaissent "que des marges de progrès sont encore à réaliser dans nos compétences propres".

"Cette évolution communale semble être reconnue. Oui, la commune est un partenaire incontournable, nous dit-on", ajoute la résolution. Mais les maires regrettent de ne pas être considérés comme des partenaires à part entière. "Pourquoi apprenons-nous les projets par voie de presse ?"
, demandent-ils. "Pourquoi cette impression d’opportunisme de la part du Pays ? Pourquoi être associés in extremis aux grands débats de notre avenir ?"
Les maires crient leur ras-le-bol, leur fiu : "Pau te fiu, taahoa roa !", souligne la résolution. "Entendez ce taahoa qui s’élève du fond des cinq archipels !"

Les maires indiquent : "il est tout à fait légitime que le Pays exerce son pouvoir de décision en matière de projet de société, tout comme nous estimons légitime et indispensable que les communes puissent participer au travail d’élaboration de ce projet". Les tavana fixent un ultimatum aux autorités : "Nous demandons donc à ce qui d’ici trois mois, au plus haut niveau du Pays et des communes, soit décidées les modalités de ce travail qui permettra de définir la vision partagée de l’avenir à bâtir". Les maires souhaitent que "la capacité des communes à agir en autonomie, dans des limites à définir avec le Pays" soit reconnue et "que les communes ne soient plus considérées comme un partenaire avec qui on travaille au coup par coup mais comme un véritable partenaire présent dès le début des processus".



Rédigé par Mélanie Thomas le Jeudi 4 Août 2016 à 16:01 | Lu 2177 fois
           



Commentaires

1.Posté par circonspect le 04/08/2016 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et oui, il y a des limites à définir avec le Pays" soit reconnue et "que les communes ne soient plus considérées comme un partenaire avec qui on travaille au coup par coup mais comme un véritable partenaire présent dès le début des processus".

2.Posté par Lou le 05/08/2016 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est qui "les maires"? Est-ce que cette décision de poser un "ultimatum" est partagée par tous les maires, y compris ceux qui sont membres du gouvernement, ou par ceux qui sont restés fidèles au parti orange. Il doit y avoir une une petite cabale politicienne là-dessous non?

3.Posté par beaulieu le 05/08/2016 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les maires peuvent rêver, mais avec un PS qui entend bien faire en sorte que seule sa volonté soit parole d'évangile, ils n'ont aucune chance d'être vraiment entendu. vivement un changement radical en 2017.