Tahiti Infos

L'oxygène à domicile, aussi une question d'électricité


Tahiti, le 1er septembre 2021 – Avec plus de 900 personnes sous oxygénothérapie à domicile, EDT a suspendu la plupart de ses travaux programmés pour éviter les coupures de courant dans les zones présentant des patients oxygéno-dépendants. L'Arass et EDT échangent quotidiennement sur la cartographie des malades, mais en pratique la situation évolue beaucoup trop vite pour être suivie avec précision.
 
Avec actuellement plus de 900 patients sous oxygénothérapie à domicile en raison de la crise Covid, une question "électrique" s'est posée il y a deux semaines entre les autorités sanitaires et le producteur et distributeur d'électricité EDT. Quid des travaux prévus quotidiennement sur le réseau et entraînant des coupures de courant de plusieurs heures ? Coupures qui rendent évidemment impossible le fonctionnement desdits respirateurs dans les zones concernées par les travaux…
 
Les installateurs privés de matériels d'oxygénothérapie ont fait remonter les premiers la question au Pays et à EDT il y a quelques jours. Dans la foulée, l'Agence de régulation de l'action sanitaire et sociale (Arass) s'est fendue d'un courrier assez salé au distributeur d'électricité… Lui-même pouvant assez difficilement suspendre l'intégralité de ses travaux sans risquer de mettre à mal le réseau électrique, avec les mêmes conséquences pour les patients sous oxygène.
 
La semaine dernière, le ministre en charge de l'Energie et de la Protection sociale généralisée, Yvonnick Raffin, lui-même ancien cadre d'EDT, a adressé un courrier à l'Arass en précisant avoir "sensibilisé EDT sur la problématique" et en demandant à l'agence de fournir à l'opérateur une cartographie précise des patients sous oxygène pour éviter de couper le courant dans les mauvaises servitudes… La théorie est bonne, mais la pratique s'est avérée plus complexe.
 
"On fait au mieux"
 
Contacté, le directeur de l'Arass, Pierre Frébault, confirme désormais "des échanges quotidiens" avec EDT pour mettre à jour un fichier de tous les patients placés sous oxygénothérapie. "Nous l'adressons à EDT qui décale ses travaux et fait attention aux zones à risque". Problème, avec la crise, les organismes plaçant les patients sous oxygène sont appelés à intervenir très rapidement et parfois sur de courtes périodes, explique le directeur de l'Arass. L'agence a donc demandé aux installateurs d'être informée en temps réel des nouvelles installations et désinstallations… Un travail immense, répercuté quotidiennement sur chacun des maillons de la chaîne d'information : installateurs, Arass et EDT. "On fait vraiment au mieux", assure Pierre Frébault.
 
"EDT a adapté son programme de façon à ce que ne restent en coupures programmées de travaux que les coupures qui n’impactent pas le grand public", explique de son côté le producteur et distributeur d'énergie, qui confirme également un "contact étroit et renforcé avec la protection civile et l’Arass" pour gérer la situation. EDT indique également ne pas anticiper de conséquences importantes "si la durée est limitée à 2 ou 4 semaines". Au-delà, la situation pourra générer des retards dans la livraison d’ouvrages (immeubles, hôtel, etc…) "avec une baisse potentielle de fiabilité" sur l'ensemble du réseau…
 
Enfin, c'était une demande formulée par le ministre de l'Energie, EDT confirme faire preuve d'une certaine bienveillance à l'égard des clients placés sous respirateurs qui présenteraient des problèmes de factures impayés. Des dossiers traités "comme d’habitude avec prévoyance et considération pour la situation financière des clients, en veillant à ne prendre aucun risque", souligne EDT.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mercredi 1 Septembre 2021 à 18:07 | Lu 2905 fois